CINEMA PURGATORIO (Alan Moore, Collectif)

[quote=“silverfab”]Du fort encourageant et du moins…en NetB ça passe bien, surtout pour les trucs “moins”(les passages de guerre par exemple) mais y a fort à parier qu’une bonne colo ´toshop à la truelle va passer par là :unamused:
[/quote]

J’ai chargé les quatre premiers numéros, et c’est en noir & blanc.

Jim

[quote]CINEMA PURGATORIO #10 (MR)

(W) Alan Moore & Various (A) Kevin O’Neil & Various

From the Civil War re-imagined with giant insects, to the dystopian giant monsters of the Vast. Seduced by the cute, yet overwhelmed, Pru or guffawing at the madcap Modded. Or just enthralled by the tapestry of cinematic history upon which Alan Moore is weaving another masterful tale, the finest anthology in history continues. Join a master class of horror creators as they spin stories to terrify and delight. Now showing: Cinema Purgatorio by Alan Moore and Kevin O’Neill, A More Perfect Union by Max Brooks and Gabriel Andrade, Code Pru by Garth Ennis and Raulo Caceres, Modded by Kieron Gillen and Nahuel Lopez, and The Vast by Christos Gage and Gabriel Andrade. Each story has its own cover by the series artist and there is also an Ancient Tome Premium edition limited to 1000 copies.

MATURE THEMES
48pgs, B&W
APRIL 2017
[/quote]

Ohla ohla ohla… J’étais passé à côté de ce fil et c’est le lien fait par le Doc depuis la VF qui m’y envoie… mais mis à part que les avis émis ici me confortent dans mon absence d’envie d’aller lire le titre dont il est question ici… c’est grave si, par ailleurs, j’ai de grosses envie de rebondir sur le débat HS avec six mois de retard ??.. :confused:

Parce que bon, Denis de Rougemont c’est bien gentil mais c’est idéologique à mort, à manier avec précaution. Et je ne connais pas suffisamment Jacques Rancière (c’est sans doute un tort de ma part), mais si le résumé qu’en donne N.nemo est fidèle à sa pensée, ça sent la vision “scolaire” (et “scolaire” old school, avec ça) du XVIIe siècle, réduit au seul théâtre classique. “La structure très stricte des histoires avec début milieu fin”, j’ai envie de dire d’aller lire un peu quelques grands romans baroques comme L’Astrée ou Artamène et on en reparle… (Et je m’en tiens à des exemples français.)

N’ayant pas lu le texte en question, peut-être que je comprends de travers, que c’est beaucoup plus subtil de ça, etc. ; mais en première instance, ma réaction serait plutôt :

… Des points de repères arbitrairement choisis et reliés entre eux de façon un peu tordue, j’ai l’impression… :mrgreen: