COMICS & MEDIAS


(Marko) #21

[quote=“Le Doc”]Et pour en revenir à Gremlins (1984), le héros du film, Billy, est un très bon dessinateur et un grand lecteur de comics (on peut discerner ci-dessous un House of Mystery de DC et un Conan de Marvel)…
[/quote]

Dans le lot il y a également un What If avec une chouette couverture de Golden.

img15.hostingpics.net/pics/744228G29374820140118190345large.jpg

img15.hostingpics.net/pics/317884gc20138.jpg


(Le Doc) #22

LE GEANT DE FER (1999)

Le jeune Hogarth partage ses lectures préférées avec son nouvel ami, un robot géant venu de l’espace…et le comic-book montré dans la seconde image a inspiré l’une des scènes les plus émouvantes de ce superbe film d’animation réalisé par Brad Bird.


(Le Doc) #23

CAPTAIN AMERICA : FIRST AVENGER (2011)

Ces gamins se précipitent au kiosque à journaux pour acheter le tout premier numéro de Captain America Comics de Simon & Kirby…dont la célèbre couverture est également parodiée dans l’un des spectacles que Captain America (Chris Evans) donne pour soutenir l’effort de guerre.


(Le Doc) #24

THE MIST (2007)

Avant de combattre une horde d’araignées venues d’une autre dimension dans cette adaptation d’une nouvelle de Stephen King, David Drayton (Thomas Jane) n’oublie pas de prendre un Hellboy pour son fils. On distingue aussi un numéro de The Goon, une des BD préférées du réalisateur Frank Darabont.


(Le Doc) #25

LES INFILTRES (2006)

Dans ce long métrage oscarisé de Martin Scorsese, le mafieux joué par Jack “Le Joker” Nicholson rencontre le personnage de Matt Damon, Colin Sullivan, alors que celui-ci n’est encore qu’un gamin. Il lui fait cadeau d’un sac de provisions, ainsi que d’une pile de comics.


(Le Doc) #26

GENERATION PERDUE (1987)

Pour les Frères Frogs (Corey Feldman et Jamison Newlander), il n’y a rien de plus sérieux que la chasse aux vampires…et les comics !

Et d’ailleurs, le réalisateur de Génération Perdue n’est autre que Joel Schumacher, qui s’est ensuite rendu coupable de Batman Forever et Batman & Robin.


(Marko) #27

Les Déboires de Mr. Bean (1992) : Batman #463 (1991)

img11.hostingpics.net/pics/486167beanbatman.png

img11.hostingpics.net/pics/431519beanbat.jpg

Lorsque Mr Bean se retrouve dans la salle d’attente du dentiste, il a maille à partir avec un morveux pas décidé à partager ses lectures. Qu’à cela ne tienne pour Bean qui emploie du coup un stratagème aussi simple qu’imparable pour arriver à ses fins.


(とり) #28

Dans Les Goonies, il y a une scène coupée se déroulant dans une superette.

On y aperçoit, à côté d’un numéro de MAD (il y en a d’autres durant le film) le Marvel Team-Up 149 et le Warlord 89, tous deux ayant une date de janvier 1985.


Tori.


(Le Doc) #29

L’AMBULANCE (1990) :

Dans le thriller L’Ambulance de Larry Cohen (lui-même fan de comics), une bonne petite série B sortie en 1990, Eric Roberts interprète un dessinateur qui travaille pour Marvel Comics. Quelques scènes ont d’ailleurs été tournées dans les bureaux de la maison d’édition et le patron du héros est joué par Stan Lee qui trouvait ici son premier vrai rôle sur grand écran (après un cameo dans le téléfilm Le Procès de L’Incroyable Hulk).


Sur cette photo, derrière Eric Roberts, on peut distinguer Larry Hama (Wolverine, G.I. Joe…)


(FC powaaaa) #30

ARTISTES ET MODELES (1955)

ça commence par l’aspiration d’un comics de chauve-souris à cause d’un Jerry Lewis empoté !
(pas eu le temps de voir quel était le comic book concerné).

Le synopsis (tiré de wiki) :
“Rick Todd, un artiste de seconde zone, vit avec un colocataire gaffeur, Eugène Fullstack. Ce dernier fait des rêves délirants sur les aventures d’un super-héros nommé « Vincent-le-Vautour » : Rick note les idées d’Eugène, qui parle en dormant, et s’en inspire pour créer une bande dessinée qui lui permet de trouver enfin le succès. Les deux compères font bientôt la connaissance de deux résidentes colocataires de leur immeuble, Abby Parker et Bessie Sparrowbush. Abby s’avère être aussi auteur de BD et, de surcroît, des préférées d’Eugène, celles de « Madame Chauve-souris ». Abby s’inspire de sa copine fofolle, Bessie, pour écrire ses histoires…”


ARTISTES ET MODÈLES (Frank Tashlin)
(Le Doc) #31

C’est The Bat Lady.

Il n’y a d’ailleurs que deux BD visibles à l’écran dans Artistes et modèles, les comics fictionnels The Bat Lady et Vincent le Vautour.
Les autres publications ne semblent pas exister, les kiosques ne vendent que The Bat Lady

Mais il y a aussi Vincent le Vautour. Les gosses adorent Vincent le Vautour

Les militaires aussi…


(FC powaaaa) #32

Ah merci Doc !
Bon, je viens de le voir en entier (c’était pas prévu, mais comme je n’ai pas sommeil), et en 1955, il semblerait que le scénariste soit d’accord avec un certain Fred’ !
C’est assez intéressant de voir comment la chose est intégrée dans le film !

Jim, tu l’as déjà vu ?


(Marko) #33

House 2 (1987) : Love and Rockets #16 (mars 1986)

img11.hostingpics.net/pics/757479house2thesecondstoryloverockets.png

img11.hostingpics.net/pics/282677hohernandez4667420130222145133large.jpg

Dans ce film d’horreur à tendance humoristique avec son intrigue à base de crânes de cristal, l’acolyte et ami du personnage principal a en sa possession un exemplaire de la série phare des frères Hernandez.


(Photonik) #34

[quote=“Marko”]

Dans ce film d’horreur à tendance humoristique avec son intrigue à base de crânes de cristal,[/quote]

Je connais un autre film horrifique à tendance humoristique basée sur une intrigue du même type : le quatrième “Indiana Jones”.
Brrrrr. J’en frissonne et j’en ris encore à la fois.


(Jean-Marc Lainé) #35

[quote=“Le Doc”]GENERATION PERDUE (1987)

Pour les Frères Frogs (Corey Feldman et Jamison Newlander), il n’y a rien de plus sérieux que la chasse aux vampires…et les comics !

Et d’ailleurs, le réalisateur de Génération Perdue n’est autre que Joel Schumacher, qui s’est ensuite rendu coupable de Batman Forever et Batman & Robin.[/quote]

Toute la scène du comic shop est sans doute le truc le plus flippant du film. Parce qu’on a l’impression d’être entrés dans une maison de fous, où l’on craint à la fois pour sa santé mentale et pour son intégrité corporelle. Genre, un lieu entre l’antre de dingue et la caverne d’initiés (ou l’inverse).
Cette vision des lecteurs de comics est sidérante (même si elle remplit bien son rôle dans l’intrigue).

Jim


(Le Doc) #36

LE JOUJOU (1982)

Richard Pryor se déguise en Spider-Man dans Le Joujou, le remake américain du Jouet de Francis Veber.

Le Joujou est signé Richard Donner, réalisateur de Superman (et d’une grande partie de Superman 2) et producteur exécutif de X-Men et X-Men Origins : Wolverine.


(Le Doc) #37

TRUE ROMANCE (1993)

Dans les premières scènes de True Romance, réalisé par Tony Scott sur un scénario de Quentin Tarantino, Clarence (Christian Slater) emmène Alabama (Patricia Arquette) dans un comic-shop. Il lui demande si elle veut voir le #1 de Spider-Man avant de lui raconter l’histoire de Sgt Fury and his Howling Commandos #18 (dans lequel Nick Fury apprend la mort de sa bien-aimée Pamela Hawley)…en feuilletant un numéro de Sleepwalker !

youtube.com/watch?v=ccExv81k9so


(artemus dada) #38

Les années 1970 semble être un endroit où les comic books “pullulaient”, du moins au travers des séries télévisées qui nous en parlent comme The Get Down et Quarry :


(Marko) #39

Les Nerfs à vif (1991) : Captain Marvel #53 et #62 (1977/79)

img15.hostingpics.net/pics/778605nerfsvif.png

img15.hostingpics.net/pics/558095nrefsvif2.png

img15.hostingpics.net/pics/531136GilKaneCaptainMarvel531977.jpg

img15.hostingpics.net/pics/4735361071187.jpg

Dans le “Cape Fear” de 1991 (loin d’être le meilleur Scorsese des 90’s à mon humble avis), on peut apercevoir quelques photos et images familières dans la cellule de Max Cady, et en particulier deux illustrations qui proviennent des couvertures de la série du kree défunt.


(Le Doc) #40

REVOLUTION :

Dans un épisode de la saison 2 de la série Revolution, Aaron Pittman (joué par Zak Orth) griffonne des signes mystérieux sur la couverture du numéro 4 de The Saga of the Human Torch.