CRIME SYNDICATE #1-6 (Andy Schmidt / Kieran McKeown)

Faudrait en faire une autre, du coup !

Faudrait une Crisis en 2022. C’est évident.

C’est sûrement déjà dans les tuyaux.

Et celle d après aussi

Crime-Syndicate-5-1

The Crime Syndicate crosses the line for the last time…and Alexander Luthor demands justice! Earth-3’s Luthor, Savanna, Venus, Power Tower, Red Hood, Lonar, and Thaal Sinestro band together to form the Legion of Justice and defend their world at all costs. Will the looming threat of the Legion stand in the way of Owlman, Superwoman, and Ultraman’s quest for global takeover? It all builds to a cliffhanger that will leave you on the edge of your seat!

Question of the month: Who is Luthor’s secret weapon?

Listen to the latest episode of our weekly comics podcast!

Also, in this issue’s backup, witness the origin story of Johnny Quick, illustrated by Bryan Hitch!

Crime Syndicate (2021-) #5

Written by Andy Schmidt
Pencils Bryan Hitch, Kieran McKeown
Inks Bryan Hitch, Dexter Vines
Colored by Olyoptics Oliff, Steve Oliff, Alex Sinclair
Cover by Jim Cheung, Romulo Fajardo Jr., Howard Porter
Release Date: July 6, 2021

Crime-Syndicate-5-3

Crime-Syndicate-5-4

Sympa’.
Andy Schmidt se concentre ici sur la Legion of Justice, les super-vilains devenus super-héros ici. On les voit surtout affronter un Johnny Quick psychotique et Atomika, avant de se réunir puis de prendre une raclée par le CSA en pleine formation.
C’est sympathique, mais ça reste limité. Le jeu des changements sur les super-vilains héroïques est rigolo, mais le CSA est trop facilement vainqueur, bien que les interactions soient bonnes. Kieran McKeown livre toujours un job correct, mais sans briller.
La back-up sur Johnny Quick n’apporte rien, et Bryan Hitch confirme que la vitesse, c’est pas son truc.

Il était trop fort sur Hawkman mais là, ça manque de pêche!!

1 « J'aime »

La vitesse pour dessiner ?

Sur Flash, il ferait un malheur au sens littéral du terme!! Une ou deux sorties par an!! :sweat_smile:

Crime-Syndicate-6-1

Crime Syndicate #6

Written by: Andy Schmidt
Art by: Bryan Hitch, Kieran McKeown

Look, up in the sky! It’s a bird! It’s a plane! It’s…Ultragirl? That’s right, folks, Kara Zor-El of Earth-3 arrives, and it’s far from a happy family reunion! Can Ultraman take his cousin down and reclaim his place as the true last survivor of Krypton? Meanwhile, on a hidden island in the Pacific, Emerald Knight must finally decide: Will he stand with the Legion of Justice? Or will he give in to the Crime Syndicate? Don’t miss out on the shocking finale that shakes Earth-3 to its core!

Crime-Syndicate-6-3

Crime-Syndicate-6-4

Bon final.
Andy Schmidt précipite un peu sa conclusion, mais il retombe sur ses pattes et « ose » des choix pour son Crime Syndicate.
On voit donc les super-vilains s’unir malgré les impératifs, avec donc Emerald Knight qui rejette Sinestro pour embrasser sa noirceur, tenté et poussé par Superwoman. Ultragirl repousse Ultraman et veut l’anéantir, car elle rejoint la justice de Lex Luthor, mais Atomica la tue et pousse ainsi Ultraman vers l’équipe. Le monde est à eux, et s’ils se tirent la bourre en réunion, ils s’unissent pour leurs propres intérêts… mais sans Johnny Quick, bien mort.
Je suis surpris de ce choix « fort » mais légitime ici, et Andy Schmidt est cohérent dans son approche et son univers. Tout ça se lit bien, c’est efficace et fluide, avec une histoire un peu « sale gosse » et divertissante. Kiern McKeown propose des planches efficaces, même si son Owlman est quand même assez moche.
En back-up, l’origine d’Atomica est basique, « oublie » Ray Palmer pour ne parler que de Ryan Choi (et, fan de Ray, ça ne me plaît guère), mais ça se lit bien, surtout avec cette idée « sale gosse » où Atomica explique en fait son plaisir de faire souffrir à Lex Luthor devenu « sa chose », qu’elle peut torturer comme elle veut. Bryan Hitch est efficace et pro’.

Une mini-série divertissante, donc, qui remplit bien son défi de proposer des histoires correctes, assez méchantes et efficaces sur le Crime Syndicate.
Ca ne révolutionne rien, mais c’est cohérent et sérieux. C’est bien.