DARKEST MINDS : REBELLION (Jennifer Yuh Nelson)

V1_SY1000_SX675_AL

DATE DE SORTIE FRANCAISE

8 août 2018

REALISATRICE

Jennifer Yuh Nelson

SCENARISTE

Chad Hodge, d’après le roman de Alexandra Bracken

DISTRIBUTION

Mandy Moore, Gwendoline Christie, Amandla Stenberg, Harris Dickinson…

INFOS

Long métrage américain
Genre : science-fiction/thriller
Titre original : The Darkest Minds
Année de production : 2018

SYNOPSIS

A la suite d’une épidémie mondiale qui a décimé 98% des enfants et adolescents, de jeunes survivants développent des pouvoirs psychiques extraordinaires. Un gouvernement craintif les réunis dans des “camps de réhabilitation”. La jeune Ruby, seize ans, parvient à s’échapper et rejoint un petit groupe de résistants…

La bande-annonce :

V1

Le début est prometteur et les thèmes développés parlent forcément (pour reprendre un exemple lié aux comics) aux lecteurs des X-Men, mais Darkest Minds : Rebellion montre vite ses limites. La réalisation est assez plate, l’interprétation pas très relevée et les rebondissements accumulent les clichés. Encore une adaptation de roman « Young Adult » vite oubliable, et qui se termine sur une fin ouverte qui ne connaîtra pas de suite vu que le film a fait un flop à sa sortie…

Ah oui, j’avais vu ça, aussi. Je n’avais pas détesté, j’avais trouvé ça agréable même si on « sent » trop l’envie de franchise et si ça s’oublie rapidement sur la fin.
Dans le genre, j’avais préféré La 5e Vague.
Mais je crains vraiment que les films Young Adult sont une mode bien terminée.

Je crois aussi, quelques échecs monumentaux en la matière ayant précipité le genre vers son tombeau (et de manière étonnamment rapide). Mais je ne pense pas que ce soit une bien mauvaise nouvelle…

Il y a eu un excès, clairement, mais tout n’était pas à jeter. Le premier Labyrinthe m’a beaucoup plu. Hunger Games 2 est plutôt bon.
Mais c’est vrai que la chute a été ultra rapide et brutale. Quand on voit le succès du premier Divergente, et la saga n’a pas pu avoir de fin…

Tout n’était pas à jeter, oui. Mais l’esprit général n’était pas bien puissant.
Ce n’est pas parce que les ados sont jeunes qu’il leur faut de la fiction pré-digérée.

Mon gosse, par exemple, son kiff SF, ce n’est pas le prochain Star Wars, avec son côté familial/scénario mouliné. Il a aimé Interstellar, Arrival, et il attend Ad Astra.
Ses séries préférées, c’est Breaking Bad, Black Mirror, etc.

Les studios qui font dans le Young Adult fadasses ne prennent pas la mesure de l’évolution des goûts des ados.
13 Reasons Why et Euphoria, là, ok… ça a un minimum de sens. Mais même quand on ne leur parle pas d’eux (des séries avec des ados, pour des ados), ils s’intéressent.

Moi, quand j’étais ado, je n’aimais déjà pas ça !

Ben moi, quand j’étais ado, ça n’existait carrément pas.

Y avait déjà le cinéma, à cette époque ?

:wink:

[File sans demander son reste]

Jim

Oui.
Je m’en rappelle parce que je passais mon temps à critiquer tout ce que je voyais en salle.
Si jeune et déjà si vieux…
D’un autre côté, c’est beau, la constance.

Je suis teeellllllllement d’accord.

Jim