DE GRÂCE (Arte)

Pierre Leprieur est né au Havre, avec du pétrole et du sel dans le sang. Homme de tous les combats, il est devenu par son engagement politique et syndical une figure respectée parmi les dockers. Mais le soir de ses 60 ans, alors que ses proches sont réunis pour son anniversaire, tout s’effondre. Son fils cadet, Simon est arrêté au volant d’une voiture que son frère Jean, concessionnaire, lui a prêtée pour la soirée. Un kilo de cocaïne est retrouvé dans le châssis.

Drame/thriller
Série française/belge
Créée par Maxime Crupaux et Baptiste Fillon
Avec Olivier Gourmet, Pierre Lottin, Panayotis Pascot…
À partir du 8 février 2024 sur Arte

Le Doc est le meilleur. Je te dois une pizza.

J’ai commencé la série sur une chaine que j’affectionne tout particulièrement car elle propose de bonnes séries, bien faites surtout. J’ai beaucoup aimé les « Papillons noirs », « Polar Park » qui est un petit bijou du genre ou encore « Jeux d’influence »…

Ayant consommé les trois premiers épisodes, l’histoire raconte la vie d’une famille de Dockers (plus précisément, le Père l’est et ses autres enfants se sont orientés sur d’autres secteurs professionnels). Les premiers épisodes montent cette partie du Havre, très syndicalisé, très hiérarchisé, avec des rapports humains très durs et où la rivalité est brutale.

Evidemment, un meurtre (sinon c’est pas drôle) est commis. Ca devient le bordel et c’est le bon moment pour tout déballer sur cette famille Le Prieur.

J’écris très souvent que les séries Arte sont très bien faites car elles sont bien écrites, denses et bien réalisées. A mi-parcours, le pari est réussi, le port du Havre d’Alphonse Brown fait peur (la séquence où les policiers et le juge sont bloqués est très bien rendue) en correspondant à une zone de non-droit (commun).

Le casting est cinq étoiles, la photographie montre une belle image maritime du Havre… il ne manque qu’Edouard Philippe en guest-star.

J’en languis de regarder la suite. :wink:

1 « J'aime »

C’est un port, quoi.

Quoi?

Disons que c’est pas trop surprenant

Je ne parle pas de surprise.

Ah pardon. Tu confirmais.

1 « J'aime »