DE PALMA (Noah Baumbach et Jake Paltrow)

Le réalisateur et scénariste Brian De Palma évoque sa carrière devant la caméra de Noah Baumbach (Frances Ha) et Jake Paltrow (Young Ones).

Le documentaire De Palma sortira aux U.S.A le 10 juin.

youtube.com/watch?v=97XoMjwoZ5w

Une bonne idée ce doc, parce qu’on en entend plus bien parler de Brain De Palma depuis quelques temps.
Et la tagline défini plutôt bien son cinéma…

Soirée Brian De Palma ce dimanche 26/03 sur Arte, avec la rediffusion de Obsession (1976) à 20h55 et la première diffusion du documentaire De Palma à 22h30.

Oh, ça fait un joli programme, tout ça…

Il était pas mal, ce docu : même quand on connaît très bien la filmo du bonhomme, on apprend quelques trucs.

De Palma, malgré son côté arrogant et très sûr de lui, voire méprisant parfois, n’est pas bégueule et livre même quelques clés de lecture de son oeuvre, ou de certaines séquences en particulier (j’ai ainsi été très intéressé par ses explications sur le panoramique à 360 degrés de son “Blow Out”, dont il explique qu’il lui a été inspiré par la rotation des bandes magnétiques audio, en studio…).
De Palma se croit le seul et unique héritier de Hitchcock (il en viendrait presque à prétendre qu’il est le seul à avoir compris son cinéma) : c’est évidemment faux, il suffit de voir “Duel” ou “Les Dents de la Mer” de Spielberg pour comprendre qu’il n’y a pas qu’une reprise possible de l’héritage de ce bon vieil Alfred. Il n’empêche que Brian le mégalo est passionnant lorsqu’il aborde la question de l’influence de son aîné sur son propre cinéma.

Le gros problème du docu, c’est ce choix de l’exhaustivité : en choisissant de couvrir l’intégralité de la filmo quand même bien fournie du bonhomme, on finit par la survoler un peu… ce qui est regrettable concernant certains bijoux.
Très recommandable quand même. Attention quand même pour les néophytes, la fin de la plupart des films évoqués est spoilée à mort.

Pour ceux qui s’intéressent aux entretiens (plus exhaustifs) avec De Palma à propos de son oeuvre, il y a le bouquin de référence de Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud, actuellement difficilement accessible, ou alors à un prix indécent.