DESPERADO (Robert Rodriguez)

Action
Long métrage américain
Ecrit, réalisé, produit et monté par Robert Rodriguez
Avec Antonio Banderas, Salma Hayek, Joaquim de Almeida, Steve Buscemi, Cheech Marin, Danny Trejo, Quentin Tarantino…
Année de production : 1995

Robert Rodriguez a été révélé en 1992 avec son premier long métrage, El Mariachi, une production indépendante tournée pour la modique somme de 7225 dollars avant de récolter 2 millions de dollars au box-office. Des résultats qui ont tellement plu à la Columbia, le distributeur américain de El Mariachi, que le studio a décidé de financer un deuxième volet qui peut être vu à la fois comme une suite et un remake doté d’un budget un peu plus confortable (7 millions de dollars) tout en étant tout de même assez modeste vu la complexité des morceaux d’action (Antonio Banderas et Salma Hayek ont presque senti leurs cheveux brûler sur la photo ci-dessous).

Avec son « El Mariachi », Robert Rodriguez a revisité la figure de l’Homme sans Nom du western spaghetti. L’Homme en Noir à l’étui de guitare bourré de flingues parcourt le Mexique pour se venger de ceux qui lui ont fait du tort, laissant derrière lui une traînée de cadavres. Dans El Mariachi, le personnage était joué par Carlos Gallardo (qui a ici un rôle secondaire), remplacé dans Desperado par Antonio Banderas, l’espagnol poursuivant sa carrière américaine après Philadelphia et Entretien avec un Vampire. La première scène, une histoire racontée par le volubile Steve Buscemi, donne le ton en exagérant à peine la légende qui entoure le Mariachi pour préparer aux affrontements suivants.

Le néo-western de Robert Rodriguez reprenait les éléments les plus délirants du spagh’ pour concocter un récit de vengeance certes assez creux sur le fond mais totalement jubilatoire dans la forme. Les spectaculaires morceaux d’action ne manquent jamais de punch, grâce un montage ultra-dynamique qui sait toujours bien jouer sur le timing et le rythme donné par l’enthousiasmante bande originale permettant d’entendre notamment Los Lobos, Tito & Tarentula, Dire Straits et Carlos Santana.

En têtes d’affiche, Antonio Banderas et Salma Hayek forment un couple diablement sexy qui sait faire monter la chaleur. Et la galerie de gueules secondaires est savoureuse, de Joaquim de Almeida en grand méchant à Steve Buscemi en bon pote, en passant par Cheech Marin, Tito Larriva, Danny Trejo et Quentin Tarantino, devenu l’un des meilleurs potes de Robert Rodriguez, avec sa blague crados à base de bière et de pisse.

Huit ans plus tard, Robert Rodriguez a terminé sa « Trilogie Mexicaine » avec un dernier opus intitulé Desperado 2 : Il était une fois au Mexique, dont je ne garde pas cette fois un très bon souvenir. Mais je ne l’ai pas revu depuis sa sortie en 2003…

Let go of your love
Ride his pulse and you forget
Slow down your time will come
If not tonight surely by the dawn
Just take it like a man
The strange face of love

1 « J'aime »