DEUX PETITES FILLES - Cristina Fallarás (Métailié)

http://fbcdn-sphotos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xpf1/v/t1.0-9/10424290_10203129135618460_2675332267949956039_n.jpg?oh=40cab04a11772cf4f432f7bb24e97596&oe=54E04B50&gda=1423165487_629c4a1e9301cc8b4862c8e6881ceee4

[quote]présentation de l’éditeur:
Deux petites filles de trois et quatre ans sont enlevées en plein jour ; l’une d’elles est retrouvée morte, atrocement mutilée, l’autre est portée disparue. Enceinte jusqu’aux dents, Victoria González, journaliste et détective, reçoit un chèque anonyme de 30 000 euros avec l’ordre d’enquêter sur l’enlèvement, et surtout de retrouver au plus vite la deuxième petite fille.Flanquée parfois d’un adjoint accro à la bière brune, Victoria plonge alors au cour de l’enfer. Elle écume les bas-fonds de Barcelone, du Raval, peuplé de prostituées, d’alcooliques et de tous les immigrés échoués là en attendant l’avenir, jusqu’aux Viviendas Nuevas, cité semi périphérique sinistrée, ghetto de pauvres où tout s’achète et se vend à ciel ouvert, y compris les pires perversions. Entre les toxicos qui divaguent, les clodos passifs, les tueurs à gages sentimentaux, les mères folles, toute la ville semble avoir un penchant pour l’horreur et personne ne sera sauvé. Victoria elle-même a bien du mal à échapper à ses vieux démons, à son passé de petite frappe bourrée d’addictions. Seul moyen de se calmer les nerfs : la haine systématique contre d’innocents petits animaux domestiques.Féroce et sans concession, Cristina Fallarás nous entraîne bien loin du Barrio Gótico et de la Sagrada Família : ici la famille est un précipité de haine et les décors sont sordides, on est à l’envers de la ville. Une écriture coup de poing qui n’épargne personne.[/quote]

une détective et son “adjoint” qui sortent des sentiers battus pour un roman immensément noir,et un peu foutraque,qui aborde tout ce qu’il y a de plus sordide dans un Barcelone très éloigné de l’image festive et colorée que l’on peut avoir. ça ne se lit pas aussi facilement que ce que le nombre de pages peut laisser croire