DUNE, LE MOOK (Collectif)

image

Tout le monde connaît Dune . Livre mythique des années 60, cette œuvre dantesque a bouleversé la littérature par sa créativité et sa folie. Une épopée magistrale qui questionne les notions de pouvoir et de religion et continue d’inspirer les amoureux de la science-fiction. Alors qu’une ambitieuse adaptation menée par le réalisateur Denis Villeneuve se prépare pour décembre 2020, les éditions L’Atalante , les éditions Leha et le podcast C’est plus que de la SF ont décidé de s’associer pour publier un mook (magazine-book), d’au moins 192 pages, entièrement dédié à ce monument littéraire.

Dune, le Mook s’intéressera principalement au premier volet de la saga par le prisme de ces cinq grandes thématiques.

  • Frank Herbert, un auteur visionnaire (30 à 35 pages)

Le mook s’ouvre sur les coulisses littéraires de cette saga « pas comme les autres » et se concentre sur son créateur. En plus de présenter la première biographie détaillée de l’auteur en une quinzaine de pages, cette section s’intéressera à ceux qui ont popularisé l’œuvre en France, par le biais d’entretiens exclusifs ; Gérard Klein , l’éditeur français de Dune , Michel Demuth , son traducteur aujourd’hui décédé, ou encore l’artiste Wojtek Siudmak , qui a illustré la saga dans sa version française en poche. On évoquera aussi le travail de Brian Herbert qui s’est donné pour mission de faire revivre le mythe.


Illustration de Fred Vignaux.
L’artiste réalisera 5 doubles pages reprenant les grands moments du livre.

  • L’univers de Dune (40 à 45 pages)

Tous les piliers de l’édifice et plus encore : l’épice, la rivalité opposant les Atréides aux Harkonnens, les Fremen, la Guilde Spatiale, l’école Bene Gesserit, le Jihad Butlérien. Des articles éclectiques et pointus seront aussi au programme : l’universitaire québecoise Isabelle Lacroix vous persuadera de faire une lecture féministe de Dune , l’astrophysicien Roland Lehoucq et son équipe de scientifiques analyseront pour vous les planètes, l’épice, les vers des sables ; le journaliste Marcus Dupont-Besnard vous expliquera comment fabriquer votre propre armure – utile en prévision des canicules à venir.

  • Les personnages (45 à 50 pages)

À chaque figures marquantes de l’univers dunien son portrait pleine page réalisé par Aurélien Police : Dame Jessica, Leto, Gurney Halleck, Duncan Idaho, Vladimir Harkonnen, Feyd Rautha, l’Empereur Padishah, Irulan, Chani, Stilgar… et, bien sûr, Paul Atréides — qui deviendra Muad’Dib — ce personnage fascinant, mélange d’Alexandre le Grand, de Lawrence d’Arabie et du prophète Mahomet. Et dans les articles, de références historiques en éclairage symbolique, vous découvrirez les anecdotes et détails propres à chacun de ces personnages légendaires.


Photo © Chiabella James - Vanity Fair

  • Les adaptations (55 à 65 pages)

Des tentatives cinématographiques malheureuses aux succès certains des jeux vidéo en passant par les transpositions graphiques et musicales, Dune a connu moult adaptations. Cette partie reviendra, entre autres, sur la tentative hallucinée d’ Alejandro Jodorowsky et l’aventure complexe de David Lynch – heureusement défendue, seul contre tous, par François Theurel , alias Le Fossoyeur de Films .

Dédicace « spéciale geeks » : le game designer Philippe Ulrich , le compositeur Frank Klepacki et quelques stars de Westwood Studios ont répondu présents à notre invitation. Enfin, une quinzaine de pages seront consacrées à l’adaptation de Denis Villeneuve avec, nous l’espérons, du contenu exclusif !

  • Réflexions (30 à 35 pages)

La parole aux universitaires et intellectuels de tous poils ! Des tribunes libres pour parler écologie, géopolitique, spiritualité, science, philosophie, stratégie militaire, science-fiction, et tant d’autres sujets qui sillonnent le roman de Frank Herbert. Après ça, vous serez aussi calés qu’un Mentat !

Nous avons la chance d’être particulièrement bien accompagnés pour donner vie à cette entreprise chorale :

13 autrices et auteurs incontournables de fantasy et de science-fiction :

  • Pierre Bordage ( Les Guerriers du Silence )
  • Rodolphe Casso ( Nécropolitain )
  • Olivier Cotte ( Le Lendemain d’un Monde )
  • Sara Doke ( La Complainte de Foranza )
  • Catherine Dufour ( Le Goût de l’Immortalité )
  • Laurent Genefort ( Omale )
  • Jean-Luc Istin ( Les Terres d’Arran )
  • Romain Lucazeau ( Latium )
  • Alex Nikolavitch ( Trois Coracles cinglaient vers le couchant )
  • Olivier Paquet ( Les Machines Fantômes )
  • Claude Scasso ( Transfert )
  • Thomas Spok ( Uther Pandragon )
  • Joëlle Wintrebert ( Chromoville )

16 scientifiques et universitaires de renom :

  • Mehdi Achouche (Maître de conférence en anglais à l’université de Lyon III)
  • Sami Aoun (Politologue et enseignant à l’École Politique à l’université de Sherbrooke)
  • René Audet (Maiîre de conférence en littérature à l’université de Laval)
  • Anne Besson (Maître de conférence en littérature et spécialiste de la fantasy)
  • Dominique Bougerol (Maître de conférence à Paris III Sorbonne Nouvelle et spécialiste de la propriété intellectuelle)
  • Fabrice Chelma (Institut parisien de chimie moléculaire)
  • Corinne Gendron (Chaire de responsabilité sociale et de développement durable à l’université de Québec)
  • Isabelle Lacroix (Sociologue à l’université de Sherbrooke)
  • Frédéric Landragin (Directeur de recherche au CNRS)
  • Roland Lehoucq (Astrophysicien au Commissariat à l’énergie atomique de Saclay et président des Utopiales)
  • Tristant Rivard (Doctorant en philosophie à l’université de Grenoble)
  • Karim Si-Tayeb (Généticien à l’université de Nantes)
  • Daniel Suchet (Professeur à Polytechnique)
  • Jean-Sébastien Steyer (Paléontologue au CNRS et au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris)
  • Sara Teinturier (Chargée de cours et spécialiste des religions à l’université de Sherbrooke)
  • Natacha Vas-Deyres (Maître de conférence en littérature et spécialiste de la SF française)

13 essayistes, journalistes et vidéaste passionnants :

  • Nicolas Allard ( Star Wars, un récit devenu Légende )
  • Olivier Bénis (France Inter)
  • Sébastien Celerin (Jeux de rôle magazine)
  • Hervé de La Haye (chercheur indépendant et compositeur)
  • Marcus Dupont-Besnard (Numerama)
  • Benjamin Fau ( Dictionnaire des séries télévisées / Le Point Pop)
  • Pierre William Fregonese ( Raconteurs d’Histoires : les 1000 visages du scénariste du jeu vidéo )
  • Michel Goya (spécialiste en histoire militaire, anime le blog La Voie de l’épée)
  • Philippe Guedj (Le Point / Le Point Pop)
  • David Meulemans (éditeur aux Forges de Vulcains)
  • Alexandre Sargos ( Tolkien à 20 ans )
  • Thierry Soulard ( Les Mystères du Trône de Fer )
  • François Theurel , alias Le Fossoyeur de Films

Pour accueillir ce prestigieux contenu, il nous fallait un contenant qui le soit tout autant. L’ouvrage que nous souhaitons réaliser prendra la forme d’un mook (voir définition dans la FAQ, plus bas) d’au moins 192 pages servies dans un grand format : 27,2 cm x 19,2 cm.

Quelques exemples de ce que sera la maquette intérieure du mook.

Nous avons fait appel à Superscript pour créer un écrin digne du contenu de ce mook - la même équipe qui a œuvré à la création de la revue transmedia Carbone , et dont on ne peut que saluer le talent et le dynamisme. Nous ne doutons pas qu’elle relèvera le gant d’habiller de chair le titanesque squelette que nous allons leur confier.

Cette maquette sera sublimée par les travaux de deux illustrateurs de grand talent : Fred Vignaux , l’actuel dessinateur de Thorgal (Le Lombard) et Aurélien Police , qui réalise bon nombre de couvertures pour le compte des éditeurs majeurs de l’imaginaire, sa littérature de prédilection.

En outre, quatre artistes de renom international nous font l’honneur d’accepter que leurs œuvres soient présentes dans ce mook : Stan et Vince pour leur affiche du film Jodorowsky’s Dune , le suédois Kilian Eng spécialiste du retro-futurisme psychédélique, et Wojtek Siudmak , peintre majeur de l’imaginaire français du XXe siècle. Émile Denis se chargera quant à lui des portraits des auteurs du mook. (Dont certains se trouvent plus haut.)

1 J'aime

Alex, as-tu le droit de nous en dire plus ?
Si on connait mal Dune, ça peut être intéressant ?

En attendant un éventuel « éclairage intérieur » (ça fait très jodorowskien dit comme ça…) de la part du camarade Nikolavitch, ma première réaction à la lecture de tout ça est que ça fait plutôt envie, mais que ça frappe tout de même par un côté un peu fourre-tout.

En ce sens, ça entend visiblement autant s’adresser qui « connaît mal Dune » (pour répondre à Soyouz), aux connaisseurs déjà un peu pointus mais ayant envie d’aller encore un peu plus loin, ou encore aux « fanboys » nostalgiques (là je pense par exemple à la section annoncée concernant W. Siudmak… bon, moi aussi, je les garde précieusement mes vieux Pockets avec les couv’ « d’époque » parce que c’est lié à mes souvenirs de découverte des œuvres, mais enfin, objectivement… je peux difficilement imaginer plus hors sujet que la couverture du Messie de Dune).

Pour le dire en termes plus positifs, ça a l’air de se vouloir un ouvrage qui brasse large et qui pourrait, idéalement, accueillir dans un même mouvement la découverte et l’approfondissement.

Il y a un risque inhérent de frustration avec ce genre de projet, car finalement à viser simultanément différents types de lecteurs pour vendre le même « produit », ça peut donner quelque chose qui ne satisfera chacun qu’à moitié.

Personnellement, autant je suis curieux de lire Michel Goya sur la question, par exemple, ou des universitaires traitant de religion ou de sociologie, ou des auteurs comme Bordage (… ou Nikolavitch :stuck_out_tongue_winking_eye: déjà auteur de sympathiques notes de blog sur le sujet), autant le guide pour faire son cosplay de Fremen, ça ne me fait pas particulièrement baver (ce qui serait de mauvais goût dans le contexte, de toute façon).

Ceci étant, à 20 € seulement, et vu le côté « bel objet » qui s’annonce, je pense qu’il y a plutôt peu de risques de crier à l’arnaque au bout du compte.

Oui, c’est un peu ce que je crains. J’avais été finalement un peu déçu de ma lecture du Alan Moore des Moutons Électriques pour ces raisons.
Après, Dune, je ne connais que de loin, donc mon approche serait forcément différente de celle que j’ai eue pour le bouquin de Moore (j’espère juste que je vais réussir à tout comprendre, parce que par moment, les essayistes et les universitaires, je ne comprends pas toujours ce qu’ils écrivent ! :scream:)

J’ai pas encore franchi le pas … (mais ça cartonne … ce qui n’est pas une surprise)

Lloyd Chéry répond à cette question dans sa présentation audio du projet.
Le casting est alléchant, je n’ai pas pu résister longtemps avant de dégainer la carte de la même couleur que les yeux des amateurs d’Épice !

Merci. C’est très clair.

Je l’ai feuilleté.
Ils essaient de nous refourguer un ersatz, un certain « Alexandre Nikolavitch ». On voit bien que c’est pas le même, mais on ne se laissera pas tromper par les imitations.

À part ça, je l’ai reposé parce qu’un feuilletage rapide m’a donné l’impression qu’on parlait beaucoup, mais alors beaucoup, des adaptations. Et en soi, je m’en fous un peu, des adaptations.

Jim

Jim, cela ne parle pas que des adaptations, mais elles sont utilisées pour illustrer les propos.
mais j’avoue que cela m’a un peu énervé de voir des images et des commentaires sur le futur film de Villeneuve (que personne n’a encore vu je suppose) qui semblent le présenter comme LA bonne adaptation… Chacun en pensera ce qu’il voudra après visionnage.

Sur 254 pages, on a : 34 pages sur Frank Herbert, 36 sur l’univers de Dune, 56 pages sur les personnages, 74 sur les adaptations, 28 sur diverses réflexions.
D’accord les adaptations se taillent la part du lion, mais ce n’est qu’environ 30%.

Le reproche que je fais au mook est l’utilisation de couleurs de texte parfois difficiles à lire comme la couleur sable par exemple… surtout que les lettres sont minuscules (pour faire tenir les articles en 1 page le plus souvent).

J’avoue que les articles sur l’univers de Dune extraits du livre du Belial Dune - exploration scientifique et culturelle d’une planète-univers m’ont « larguée » plus d’une fois et m’ont convaincue de ne pas prendre ce livre.

J’ai préféré la partie sur les personnages où les divers auteurs présentant leurs éclairages des personnages. J’y ai relevé des gaffes sur certains faits mais ce n’est pas très grave au fond. Alex Nikolavitch s’est intéressé aux Harkonnen.

Les réflexions sont intéressantes aussi bien que trop philosophiques à mon goût selon les auteurs.

La partie sur Frank Herbert m’a permis de découvrir plus de la biographie de l’auteur que je n’en connaissais déjà.

Voilà ce que j’ai pensé de ma lecture… à petites doses vu le problème de la fonte trop petite pour mes yeux.

ginevra

Formellement, mon autre reproche, en tout cas l’autre raison pour laquelle j’ai reposé, c’est que je le trouve mal façonné, mal relié.

Jim

Je cite les concepteurs concernant la reliure : Une reliure dite « suisse » qui permet d’ouvrir le livre à plat sans en abîmer le dos et de s’offrir ainsi un confort de lecture incomparable.

J’ajoute que, à l’usage, il est vrai que cela permet de mieux voir les doubles pages d’illustrations.

ginevra

Ah c’est pas ça : c’est que les cahiers ne sont pas alignés, côté coupe. Ça donne l’impression de touches de piano décalées, et je trouve ça très désagréable. Si c’est voulu, encore un indice pour me dire que c’est pas pour moi.
(Ouais, j’ai trop de choses chez moi, le moindre prétexte est à saisir.)

Jim

Et puis si ça peut te permettre de râler un peu …

Ah pareil : je ne rate jamais une occasion.

Jim

La présentation disait :

  • Frank Herbert, un auteur visionnaire (30 à 35 pages) → 34, OK
  • L’univers de Dune (40 à 45 pages) → 36… donc entre 10 et 20% de moins
  • Les personnages (45 à 50 pages) → 56, donc entre 10 et 20% de plus
  • Les adaptations (55 à 65 pages) → 74, donc entre 15 et 35% de plus !
  • Réflexions (30 à 35 pages) → 28, donc entre 10 et 20% de moins

Et quand un tiers du bouquin est dédié à une seule partie, ce n’est pas négligeable, tout de même (d’autant moins quand cette partie n’intéresse pas la personne qui s’intéresse au livre).
C’est assez logique que Jim ait eu l’impression que ça en parlait beaucoup.

Tori.

j’étais passé à côté du fil.

bon, les adaptations participent du phénomène Dune, et y a quand même une grosse actu qu’il fallait traiter (même si cette actu a été décalée, mais bref).
Et puis je trouve cool, par exemple, d’avoir une interview de Brontis Jodo.

après, sur ma partie, Lloyd m’a contacté pour le truc, et comme il avait lu des trucs que j’avais pu dire sur Dune, il a effectivement trouvé que je serais pertinent sur les Harkonnen (à raison : sur les Atréides, c’est à propos de Leto II que j’aurais eu le plus à en dire, mais ça sortait du cadre du bouquin).
en tout cas, je suis assez fier de me retrouver au milieu d’un tel aréopage d’intervenants, dont certains sont des gens que je respecte infiniment professionnellement et humainement.