Ecrivain amateur cherche avis de passionnés

Bonsoir,

Je m’appelle Alban j’ai 24 ans. Je suis passionné par les romans et suis écrivain amateur (deux livres quasi terminés et quelques nouvelles) et ai été introduit il y a très peu dans le vaste monde des mangas par des amis. Suite à Bakuman, je rêve de voir un lecteur qui “adapterait” mes histoires en un visuel… Un peu comme les faire naître. J’aime beaucoup les mangas d’action (shonen si je ne m’abuse) pour leur intensité et la fantasy (pour leur liberté et leur “frivolité”).

Je me suis mis au défi d’écrire une ébauche d’histoire (sans parler de script, names, storyboard ou autre) et aimerait votre avis. Merci d’avance, je vous souhaite une bonne lecture.

Titre : Pas trouvé / cherché
Genre : Aventure, combats, fantasy (et un brin d’humour)

Francie, an de Grâce 1687.

Abari est un jeune fermier de 16 ans, sans culture, il n’en est pas moins vif et insouciant. Amené à partir dans son petit village de Gasconie pour une course futile, il sera retardé par un détrousseur qui après une légère cavalcade se terminera bien (il récupère ses possessions) et le voleur loin de s’excuser s’en va sans un mot, le pas léger. En retard pour le dîner, Abari revient pour contempler sa maison en ruine, enflammée. Des soldats vindicatifs aux armoiries du Comte de Champêtre s’en prennent à lui après qu’Abari ait découvert les corps de ses proches. Il réussit à fuir tant bien que mal avec pour seules possessions le collier de sa mère (qu’il a gardé après avoir découvert le corps) et le peu de nourriture qu’il a lâché sur le chemin. Il vit pendant une semaine comme un voleur dans le village, n’ayant aucune autre famille (et pas le sou) mais est assez mauvais dans cet art et rencontrera à nouveau le voleur qui l’avait retardé.

Ganja revenait d’un larcin qu’il avait commis et retrouve ce paysan en haillon déchirés, plus maigre. Il a pitié et offre le résultat de ses méfaits. Bien que peu bavard, le voleur de 18 ans et le paysan, tous deux sans famille se lieront d’amitié. Abari apprendra plus tard que Ganja a aussi des comptes à régler avec le Comte de Champêtre. Après une journée fructueuse de larcins (généreusement taxée par la petite guilde de voleurs locale), les deux “compères” partent à l’auberge. Ils y trouveront un étrange individu.

Leko est issu de la petite bourgeoisie bien qu’éduqué comme un noble en devenir. Ne supportant plus l’autorité parentale et la pression de sa réussite obligatoire, Leko fugue et s’enivre a deux journées de routes de Artoz, capitale de Gasconie où il rencontrera les deux lascars. Sympathique bien qu’aimant un peu trop s’entendre parler, Leko, désœuvré suivra les deux jeunes par curiosité.

Sur la route, les trois voyageurs rencontrent Hibiscus, une fillette de 15 ans un peu trop mature pour son âge, itinérante, qui fait son Tour de Compagnonnage en Magie. Ils affronteront des épreuves ensembles qui les lieront tous les quatre.

Afin de donner envie de lire, chacun des personnages est affublé d’un caractère tranchant :

Abari (héros) : faible mais endurant et très têtu, il est un peu trop enhardi par son désir de vengeance. Pugnace, solide, honnête il est cependant trop timide avec les filles. Il apprend vite.
Ganja (voleur) : Très agile, bon coureur et a la morale douteuse, Ganja est assez sombre et parle peu. Il a le don de faire tomber amoureux toutes les filles qu’il rencontre alors qu’il n’est jamais intéressé.
Leko (noble) : Plaintif au possible mais bon escrimeur (et assez riche) il ne manque pas une occasion de tenter de briller bien que cela tourne souvent au ridicule. Il aime les femmes et tombe amoureux (pour quelques minutes) de toutes les filles qu’il rencontre mais depuis qu’il est dans le groupe, Ganja semble monopoliser les succès à son grand désarroi.
Hibiscus (magicienne) : Timide aux premiers abords… Elle cache bien son jeu. Vicieuse et maline elle ne manque pas une occasion de montrer la supériorité de la femme sur l’homme (et bien que Leko applaudisse souvent), Ganja l’ignore alors qu’Abari semble amoureux.

Il est évident que ca ne s’arrête pas là, que le Comte Champêtre n’est qu’un pion (fou) dans l’échiquier et qu’un vaste complot menace jusqu’aux fondements même de la Royauté de Francie et du Saint-Empire Gernique. Ceux là même qui par “accident” ont tué les innocents qu’il ne fallait pas.

Merci pour vos avis à venir.