ÉVOLUTION DU MARCHÉ COMICS

Oui m’enfin White Knight a pas fait ses 40k en deux mois non plus
(d’ailleurs je donne les ordres de grandeurs des chiffres dans le long texte que personne ne lit ^^, tu vois où ça démarre et où ça s’arrête)
Mais honnêtement c’est pas ce top qui est inquiétant, c’est tout ce qui se cache en dessous, et particulièrement pour tout ce qui n’est pas de la licence.
Le volume est en progression mais complètement draîné par les collections à petit prix (et les albums petit prix aussi, vu le succès des marvel-verse), et le pari de « ça amène des comics chez les gens donc à terme ça va faire des lecteurs plus réguliers » me semble vraiment pas gagné pour le moment

Oué ça on en parle par ailleurs, perso j’ai toujours dit qu’il fallait un traitement autre des comics avec une gamme petit prix mais vu autrement, j’an avais fait une vidéo à un époque

(punaise ça date de 2017…)

La on paye indirectement la politique attirons le lecteur des franco belges, je pense, et puis bon c’est pas comme si c’était la meilleure période des comics de super héros en ce moment…

2 « J'aime »

Quelque part les collections printemps/été de panini/urban rejoint ton idée avec des arcs complets en souple (ou semi-cartonné pour le côté un peu plus quali de panini) mais qui hélas, n’arrivent qu’une seule fois par an (mais : ça cartonne, sans jeu de mots). Par contre proposer à la fois un récit en souple/low quality et cartonné, c’est un modèle que l’économie de ce milieu ne permet pas (on en discutait dans le dernier podcast enregistré avec N. Beaujouan de 404 Comics) - et là dessus, c’est un peu le serpent qui se mord la queue : y a pas assez de monde, donc on peut pas faire grand chose, donc y a pas de monde qui vient, etc…

Ca saurait depuis le temps si le succès des ventes dépendait de la qualité des oeuvres^^

C’est pas faux mais disons que ça n’aide pas…

Le début des années 90 est la période la plus rentable aux usa
Ce n est pas pour moi la plus qualitative… plutôt le contraire

Moi je me pose la question des trésors de marvel…
L idée me paraît bonne et d ailleurs elle semble marcher… mais pas sur que le oldies parle aux newbies

Ça pourrait être du contenu plus à la must have

J en parle souvent mais je suis sur un discord marvel avec une 20aine d actifs qui sont bien plus jeunes et à écrasante majorité des newbies et le prix est important pour eux ainsi que le rapport prix/pages…

16€ mensuel est déjà un frein pour pas mal en tout cas au départ…

Je me dis qu a tout casser un civil war est plus addictif que plusieurs épisodes plus ou moins stand Aline des années 70… et j adore le marvel des années 70

Le classique problème de titres comme Garfield, par exemple…

Il faudrait peut-être plus de tomes 1 à petit prix : le lecteur est attiré par le prix réduit du premier numéro et, s’il veut lire la suite, l’achètera.
C’est probablement plus rentable que des one-shots à prix réduit.

Concernant la collection Marvel-verse, je me demande quel impact aura l’augmentation de prix (non négligeable… Ils auraient peut-être dû faire un prix intermédiaire à 7,50€).

C’est d’ailleurs le cas dans beaucoup de domaines : il y a des très gros en haut de classement, mais on ne voit pas la queue de la comète, qui contient un grand nombre de titres avec un succès au mieux mitigé.

C’est pour ça que les Marve-verse sont une initiative intéressante : c’est centré sur un personnage, avec diverses périodes (donc pas que du vieux ni que du récent), et à un petit prix.

Tori.

D autre part le mag spidey est bien dans ton top jusqu au 4…
Était ce vraiment le mieux de coupler avec avengers?

J aurais vu plus un mag avengers à 16€ avec cap, avengers forever, captain marvel…
Et garder amazing tel quel ou le muscler avec venom, Carnage, Black cat

On verra le top 2022…

Non c’est vrai, mais comme je l’indiquais plus haut à un plus petit niveau (les libraires Canal BD), les ventes sur 3 mois sont quand même fortement en baisse.

J ai pas vu batman bimestriel…

Ouais, même avis que Fred.

Ptet que l’autre mag fait un four justement au point de tout fusionner ?

Celui de Spidey ?

Non l’avengers

Et bien ne fait que spidey

Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême & GfK

Bilan et analyse annuels du marché de la bande dessinée

Jeudi 27 janvier

2021 l’année de tous les records pour la bande dessinée
et de la consécration d’une passion française unique au monde

Depuis maintenant plusieurs années le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême et GfK ont noué un partenariat afin de suivre et d’éclairer l’évolution du 9 e art. 2021 fera date dans leur démarche.

Le constat est clair : après plus d’une décennie de hausse continue, les ventes de bandes dessinées franchissent un nouveau cap avec près de 900 millions d’euros réalisés, plus de 85 millions d’exemplaires achetés et des taux de croissance supérieurs à 50% !

À ce stade, on peut légitimement parler d’un véritable phénomène de société – qui donne désormais au genre un statut particulier sur le marché du livre et des biens culturels. Ce phénomène repose sur une passion et un engouement des français pour ce genre unique au monde, fondé sur un intérêt pour les bandes dessinées venues de tous les continents – une offre issue d’une création foisonnante portée par les éditeurs du secteur.

Le Festival d’Angoulême est, depuis son origine, le reflet de cette diversité et des courants qu’elle recouvre. La programmation de sa 49 e édition est encore là pour en attester.


LA DYNAMIQUE EXCEPTIONNELLE DU MARCHÉ

Un nouveau statut

Les données GfK Market Intelligence révèlent un chiffre d’affaires 2021 de plus de 889 millions d’€ et 85,1 millions de titres vendus, soit des hausses respectives de +50% en revenus et +60% en ventes. L’univers BD devient ainsi le second type de livre le plus acheté en France avec 24% du marché en volume , talonnant de très près les œuvres de Littérature générale (25%) et dépassant les ventes Jeunesse, de plus de 7 millions d’exemplaires.

Une année hors norme

« La performance 2021 est remarquable par son ampleur et sa diffusion à l’ensemble des segments du marché, commente Camille Oriot, consultante GfK Market Intelligence Livres. D’un côté nous constatons la bonne santé générale du marché, avec de nombreux éditeurs et séries en croissance, mais aussi un recrutement important côté acheteurs. »

Trois faits illustrent parfaitement cette situation :

  • L’univers BD a doublé en 2 ans… et en 10 ans : Ainsi, les ventes 2021 culminent à 85,1 millions d’exemplaires, quasiment le double des résultats 2019. Autre performance en regard du marché total du Livre cette fois-ci : la BD représente 24% des volumes achetés en 2021 soit 2 fois plus qu’en 2012 !
  • Tous les segments BD sont en hausse : En plus de la dynamique extraordinaire du Manga à +107% en volume, tous les univers graphiques sont en forte hausse. La BD Jeunesse affiche +34%, la BD de genre +20%, Comics à +18%. La croissance est aussi constatée aux niveaux sous-segments sauf en BD de genre érotique. Les ventes sont en recul de -7% mais toujours au-dessus de 80 000 exemplaires à l’année.
  • 1,5 million d’acheteurs de BD en plus en 2021 : les données GfK Panel Consommateurs Culture* valorisent ainsi à 7,2 millions le nombre total d’acheteurs de BD en France en 2021, en augmentation de +27%

Changement d’influences : One Piece et Mortelle Adèle aux côtés d’ Astérix

2021 a aussi remis en cause les référentiels du marché constatés depuis quelques années. Jusqu’ici, la dynamique BD était souvent attribuée à la sortie du dernier opus du petit Gaulois. La potion magique a encore fait son effet cette année : Astérix et le Griffon s’est vendu à plus de 1,5 millions d’exemplaires, un niveau équivalent à La fille de Vercingétorix en 2019. Cependant, même en ôtant l’effet Astérix , le marché reste en forte progression en volume (+59%) comme en revenus (+49%).

En parallèle, le phénomène Manga rebat les cartes du marché. Fin 2021, ces séries d’origine asiatique représentent plus d’une bande dessinée achetée sur deux en France.

« Le manga a renoué avec la croissance en 2015 et ne faiblit pas depuis. Il dépasse 15 millions d’exemplaires vendus en 2018 et collectionne les croissances à deux chiffres depuis, précise Sandrine Vigroux, Directrice GfK Market Intelligence Biens Culturels. Il est intéressant de voir qu’avec ce succès du genre, la cible d’acheteurs se diversifie et les parents commencent à acheter pour leurs enfants. »

Pour donner l’ampleur du mouvement en 2021, près de 900 000 mangas étaient achetés par semaine en moyenne. Ces volumes inédits de vente se traduisent directement par une forte présence du manga dans les Top Ventes, au titre ou à la série. Ainsi le 1er volume de Naruto est le manga le plus vendu en 2021 à 275 000 exemplaires, ce qui lui octroie une place dans le top 10 du total Livre aux côtés d’ Astérix . De son côté, One Piece, première série du marché BD, a atteint ainsi plus de 4,3 millions d’exemplaires, en partie animée par la sortie du tome 100 en décembre dernier et par le 1000e épisode de l’animé en novembre.

Les 5 segments manga sont en croissance. Le Shonen domine largement les ventes avec 35 millions d’exemplaires vendus en 1 an (+112%). Suivent le Seinen à 9,6 millions exemplaires (+104%), le Shojo (1,9 million d’ex. à +62%) et les mangas érotiques / autres (plus de 500 000 ex. à +82%).

Une diversité plébiscitée

« Il serait réducteur de considérer la dynamique du marché au seul prisme du manga, l’offre francophone rencontrant toujours un succès public, déclare Camille Oriot. En effet, parmi les meilleures ventes, nous notons aussi les derniers opus de Blake et Mortimer , de Mortelle Adèle et la réinterprétation de Goldorak par un pool d’auteurs français. »

La bande dessinée Jeunesse atteint ainsi les 18 millions d’exemplaires achetés en 2021. Les jeunes lecteurs sont toujours férus de leurs personnages emblématiques : parmi les 20 séries bande dessinée les plus vendues en 2021, 4 sont des séries Jeunesse avec Mortelle Adèle en tête (près de 3 millions ex.), devant Astérix (2,5 millions), Les Sisters (plus de 600 000 ex.) et Les Légendaires (+500 000 ex.).

Les BD de genre frôlent les 17 millions de ventes, boostées par plus de 3 millions d’exemplaires vendus respectivement en Non-Fiction/Documents (+56%) et en Science-Fiction/Fantastique (+19%). Des titres représentatifs de cette dynamique sont Goldorak (Kana), Le jeune acteur, Les aventures de Vincent Lacoste au cinéma (Les livres du futur) et Le monde sans fin (Dargaud).

Les Comics représentent toujours des volumes plus modérés avec 3,6 millions d’exemplaires achetés cette année (+18%), portés par les aventures Marvel et Star Wars en tête.

Téléchargez le bilan GfK – marché de la BD 2021

Rappel : Il est toujours important de souligner que ce bilan de l’année 2021 relève d’une lecture macro-économique. Celle-ci, délivre, par nature et vocation, de grandes tendances. Des analyses concentrées sur certains segments ou acteurs de l’écosystème de la bande dessinée (démarches micro-économiques), feraient apparaître, pour leur part, des disparités et problématiques spécifiques - notamment celles qui touchent aujourd’hui la situation des créatrices et créateurs du 9 e art. De telles approchent sont, bien évidemment, complémentaires.

Au passage, @Tori & @KabFC , il semble que One piece soit la 1ere série en France. mais 4.3Millions, c’est surprenant (après y’a 100 volumes mais bon…). Ne serait-ce pas en cumulé depuis sa sortie ?

C’est marrant… avec tout ce qu’il se passe avec les soldes de nos jours, il a été dit que ça avait moins marché que l’an dernier… d’un côté on y voit des crises et de l’autre, pour les livres…

Non : regarde le nombre d’exemplaires vendus des premiers tomes (sur le top 50 que tu as donné hier) ou des tomes 97 et 100 (sur le top des ventes par valeur) : en six tomes, on atteint déjà presque le million…

Ce qui correspond avec le 8,3% des ventes de mangas que j’ai indiqué ailleurs (sur 85,1 millions de titres, 55% sont des mangas, donc environ 46,8 millions… 4,3 millions, ça représente 9,1% de ce nombre : l’ordre de grandeur est bien le même).

Tori.
PS : Donc, il se vend plus de One Piece que de comics…

Yes bien joué !

Ca pique…