FANTASTIC FOUR #642-645 (James Robinson / Leonard Kirk)

Dès janvier, à l’occasion de l’arc The End is Fourever !, le titre Fantastic Four reprendra sa numérotation originale avec le #642 (en comptant les numéros de Fantastic Four et* FF* supervisés par Matt Fraction) et il se conclura sur un numéro-triple (le #645) le temps d’un crossover avec l’autre série de James Robinson: The All-New Invaders.

Lien
Le site de l’éditeur: marvel.com

J’aime bien les vieilles numérotations. Et j’aime bien le boulot de Robinson.
On verra à quelle sauce la série sera mangée par la suite, mais il semble avancer tous ses pions, donc quelle que soit l’incarnation suivante du groupe, j’ai l’impression qu’il ne sera peut-être pas là.

Jim

Michael Golden a signé une série de couvertures variantes pour les 4 derniers épisodes de Fantastic Four. Voici celle du #642 :

[quote]Fantastic Four #642
Story by James Robinson
Art by Leonard Kirk, Karl Kesel
Colors by Jesus Aburtov
Letters by VC - Clayton Cowles
Cover by Leonard Kirk, Jesus Aburtov, Jim Cheung
Publisher Marvel Comics
Cover Price: $3.99
Release Date Wed, January 21st, 2015
THE COUNTDOWN BEGINS
• THE INVADERS meet the FANTASTIC FOUR as the hunt for REED RICHARDS and the missing kids of the FUTURE FOUNDATION continues.
• Meanwhile the mastermind behind everything unveils his ultimate plan.
• But how does FRANKLIN RICHARDS factor in?
• Guest starring JIM HAMMOND, NAMOR, THE NEW CAPTAIN AMERICA and…DOC GREEN?[/quote]

Source: www.comicbookresources.com

Voici la couverture variante de Michael Golden pour** Fantastic Four #643**:

Source: www.comicvine.com

[quote]Fantastic Four #643
Story by James Robinson
Art by Leonard Kirk, Karl Kesel
Colors by Jesus Aburtov
Cover by Leonard Kirk, Chris Samnee, Michael Golden
Publisher Marvel Comics
Cover Price: $3.99
Release Date Feb 25th, 2015
THE INTERNET-WRECKING “THE END IS FOUREVER” CONTINUES
• With the Villain’s plans revealed, the invasion of Earth begins with the creatures from the FRANKLINVERSE as well as corrupted versions of the heroes from HEROES REBORN. Will THE FANTASTIC FOUR have enough power to fight them on the streets of NY?
• Meanwhile SUE, NAMOR and JIM HAMMOND resolve into the Franklinverse to combat this threat at it source, but what they find is far more terrifying than they expected.
• Plus the return of SLEEPWALKER.
• And BENTLEY 23’s finest hour.[/quote]

Source: www.comicbookresources.com

[quote]Fantastic Four #644
Story by James Robinson
Art by Leonard Kirk, Karl Kesel, Scott Hanna
Colors by Jesus Aburtov, Tamra Bonvillain
Letters by VC - Clayton Cowles
Cover by Leonard Kirk, Jesus Aburtov
Publisher Marvel Comics
Cover Price: $3.99
Release Date Mar 11th, 2015
THE MOST CONTROVERSIAL FANTASTIC FOUR STORY OF THE CENTURY!
• Will the THING survive the world-wide attack from the twisted heroes and creatures of Franklin’s Heroes Reborn Universe?
• Will SLEEPWALKER lead SUE, JIM HAMMOND and NAMOR into a nightmare scenario?
• REED RICHARDS Vs. THE QUIET MAN!!![/quote]

Source: www.comicbookresources.com

les 2 dernières planches me font penser à du Immonen. J’aime vraiment bien Kirk

Voici quelques pages de Fantastic Four #645, dernier numéro de la série.

Source: www.comicbookresources.com

La couverture variante de Fantastic Four #645 par le légendaire Joe Sinnott (dont la première prestation en tant qu’encreur sur le titre remonte à Fantastic Four #5 de Lee et Kirby en 1962) :

Dernier numéro!

http://imageshack.com/a/img673/8563/JNwwwo.jpg

[quote]Fantastic Four #645
Story by James Robinson
Art by Leonard Kirk, Karl Kesel, Scott Hanna
Colors by Jesus Aburtov, Israel Silva
Letters by VC - Clayton Cowles
Cover by Leonard Kirk, Jesus Aburtov, Michael Kormarck
Publisher Marvel Comics
Cover Price: $5.99
Release Date Apr 29th, 2015
Will the Fantastic Four defeat The Quiet Man and the corrupted forces of the Heroes Reborn universe? Will the Johnny get his powers back? Will Reed and Sue be a family again? Will this be the end or will this be 4ever?![/quote]

Source: www.comicbookresources.com

Bon, j’enquille tranquillement sur le dernier arc, avec la numérotation “classique”.
C’est dans la lignée : ça se lit vite mais c’est riche, il y a des personnages surprise qui arrivent, Robinson fait attention à la continuité contemporaine (voir Hulk), il est parfaitement conscient que son récit s’articule “sur le passé”… Bref, c’est une écriture qui n’est pas dupe.
C’est bien troussé, enlevé, sympa.

Un truc me chiffonne (de l’épisode précédent) : c’est donc Richards qui a inventé les voitures volantes ? Je croyais que depuis le début, c’était Stark. Il va falloir que je vérifie dans mes vieux épisodes…

Jim

Bon, voilà, c’est lu.
Et c’est très sympa. La série s’arrête sur une note tout à fait correcte (on a connu des arrêts plus médiocres, ici et là).
Richards est confronté au gros méchant de l’histoire (un nouveau vilain), un autre méchant (plus connu, pour sa part) se dévoile, ayant profité de la situation pour avancer à grands pas, y a de la baston partout, c’est assez enlevé (grâce au talent de Kirk qui assure bien). Un héros secondaire vient dépanner tout le monde (ça, j’adore quand ça arrive dans Fantastic Four, c’est une série qui se prête assez bien aux invités), et ça résout une intrigue au long cours tout en travaillant sur le personnage de Franklin.
Musclé, prenant, sympa comme tout.
Après, on avait déjà relevé que le travail de Robinson a souvent une dimension de commentaire sur l’actualité super-héroïque de l’éditeur qui l’embauche (déjà, sur Earth 2, il tissait des intrigues qui étaient comme des échos des grands mouvements DC de l’époque… et sur All-New Invaders, on pouvait lire certains péripéties, genre le secret dans l’équipe, comme une réaction à des trucs vus dans les Avengers de Hickman). Là, je me demande si le combat des alliés des FF contre des doubles venus d’un autre univers ne pourrait pas être lu comme un commentaire sur Secret Wars. Mais peut-être est-ce moi qui surinterprête.
En revanche, une chose me semble évidente : son run ressemble beaucoup à celui de Wolfman (que j’adore) : perte de pouvoir (ici, Johnny, par Reed), séparation du groupe, destins qui s’éloignent, recrutement de Reed par un scientifique, duel final de Reed et de son ennemi… La parenté est saisissante. Alors, vile copie ou simple hommage ?
L’arc “Back in Blue” a sans doute été écrit afin de conclure les intrigues en cours dans le nombre d’épisodes alloués. On sent que Robinson accélère, il joue moins avec les allers-retours dans le temps de narration, il va davantage droit au but. De même, il abandonne les fils secondaires (Jim Hammond ou la jeune chanteuse japonaise dont le nom m’échappe à l’instant…). Sans doute avait-il prévu de faire durer davantage sa prestation et d’amener la résolution plus tard. En un sens, le récit gagne en rapidité et en nervosité, c’est pas plus mal.
Parmi les grands moments, il y a quelques fulgurances d’humour (le Thor alternatif qui est interrompu en plein milieu de “Have at t…” et à qui Ben répond “Aw, shut up, ya hippy”, ça m’a fait beaucoup rire) et de formidables tranches d’émotion (quand le Wizard et Bentley découvrent qu’ils n’aiment pas la pâte d’amande tous deux). À ce sujet, Robinson fait un portrait touchant et très fin du Wizard ainsi que de Sharon Ventura, et dans le cas de cette dernière, on se serait plu à voir la série durer un peu plus longtemps afin qu’il ait pu profiter de plus de place pour l’animer.
C’est dans ces quelques instants-là que je retrouve le James Robinson que j’ai aimé il y a vingt ans ou presque, celui de Starman. Si le scénariste n’a pas encore retrouvé son niveau d’antan, il a encore quelques restes.
Le dernier numéro, beau morceau d’action et de suspense, contient quatre histoires courtes toutes de qualité. La première, par Karl Kesel (grand amateur des FF devant l’éternel) et Joe Bennett (en mode sous Kirby qui lui va bien) est consacrée à Johnny, qui recroise Dorrie Evans, son béguin de Strange Tales. La deuxième, consacrée à Sue et Franklin, est écrite par Louise Simonson qui livre une belle histoire touchante, avec cette petite fibre familiale qui fonctionnait si bien sur Power Pack. La troisième, consacrée à Ben et réalisée par Tom DeFalco, Tom Grummett et Tom Palmer, est plus anodine mais souriante. Enfin, la quatrième, consacrée à Reed et Valeria, est une merveille de finesse et d’optimisme, et Jeff Parker tape parfaitement juste.
Bref, très chouette numéro de fin.
Fourever !

Jim