GEOSTORM (Dean Devlin)

Après une production troublée (le tournage principal a eu lieu fin 2014/début 2015 et le film est passé par des reshoots coûteux en 2016, confiés à un autre réalisateur, suite aux mauvais résultats des projections-tests), voici la bande-annonce du film catastrophe Geostorm, première réalisation du scénariste Dean Devlin (Stargate, Independence Day…).

[quote]DATE DE SORTIE FRANCAISE

1er novembre 2017

REALISATEUR

Dean Devlin

SCENARISTES

Dean Devlin et Paul Guyot

DISTRIBUTION

Gerard Butler, Abbie Cornish, Jim Sturgess, Ed Harris, Andy Garcia, Daniel Wu…

INFOS

Long métrage américain
Genre : action/science-fiction/thriller
Année de production : 2016

SYNOPSIS

Le jour où des satellites chargés de contrôler le climat se mettent à défaillir, leur créateur doit travailler main dans la main avec son frère pour sauver le monde d’une terrible tempête…[/quote]

La bande-annonce :

https://www.youtube.com/watch?v=C2mk6qPw1Fc

https://www.youtube.com/watch?v=EuOlYPSEzSc

Ah ouais, j’avais vu la bande annonce. Ça a l’air bas du front, mais spectaculaire.
Parfois, ça suffit.

Jim

1 J'aime

Tu résumes la carrière de Gerard Butler.

La nouvelle bande-annonce :

je m’attendais à du mauvais, j’ai eu du mauvais. Rien de plus à dire.

Donc tu n’es pas déçu.

Jim

nop

Quel film étrange, quand même.
Déjà, là où les bandes annonces vendaient un film de catastrophe naturelle, on obtient au final un mélange de film catastrophe, de récit dans l’espace et d’intrigue de thriller politique. Bien entendu, on se doute qu’un tel mélange ne va pas sans casse : on a donc des scènes dans l’espace qui accumule les incohérences (rien ne fonctionne dans cette station financée avec un budget stratosphérique où tout a censé avoir été prévu, et le prétexte du sabotage ne suffit pas à tout faire accepter), et un complot politique qui confine au suicide organisé. Mais le cocktail surprend, néanmoins.
Surtout dans ses proportions, car, au final, la catastrophe naturelle n’occupe pas une grande place dans l’économie générale. C’est d’ailleurs une maladresse de plus, puisque cela finit de déballonner toute forme de menace. Au point que, une fois la catastrophe “évitée”, les choses reviennent à la normale en quelques instants, ce qui confirme bien entendu ce que nous avons tous observé en regardant les images des tornades et des inondations récentes, n’est-ce pas ?
Rajoutons que la gestion du suspense se tire régulièrement une balle dans le pied : pourquoi utiliser un code alors qu’on a sous la main un personnage capable de rendre les messages indétectables ? Pourquoi s’accrocher à un panneau informatique quand on a déjà récupéré le disque dur, au risque de dériver dans l’espace avec la satisfaction d’avoir trompé la vigilance du saboteur ?
Au-delà de ces aspects ridicules, on remarquera que le film prend son temps pour poser les enjeux et les personnages (au prix de quelques accélérations pas bien graves vers la fin), que les acteurs sont quand même impliqués, que les décors sont plutôt sympas…
Un gros téléfilm avec un budget pas trop mal géré, donc à voir à la téloche, sans doute en faisant autre chose.

Jim

Geostorm, c’est le genre de film qui ne ressemble plus à la vision originale de son réalisateur. Pour rappel, après de mauvais résultats suite aux projections-test, le scénario a été en partie réécrit et les reshoots ont été confiés à un autre metteur en scène (Danny Cannon de Judge Dredd et la série Gotham) . Ca a donné ce drôle de mélange dont parle Jim, différentes sous-intrigues qui ont bien du mal à fonctionner ensemble. Malgré quelques scènes spectaculaires et un bon casting (Butler, Burgess, Harris, Garcia…), Geostorm n’est qu’un patchwork maladroit qui s’effiloche très rapidement…

Ça donnerait presque envie de voir le montage initial.

Jim