HIBERNATUS (Edouard Molinaro)

MV5BOTY2YzczYmUtOTUwMC00N2M5LWFhYzUtMzMwNzIzZTYwZDhjXkEyXkFqcGdeQXVyMTgxOTIzNzk@.V1_FMjpg_UX1000

REALISATEUR

Edouard Molinaro

SCENARISTES

Jacques Vilfrid, Jean Bernard-Luc, Louis de Funès et Jean Halain, d’après la pièce de Jean Bernard-Luc

DISTRIBUTION

Louis de Funès, Claude Gensac, Bernard Alane, Michael Lonsdale, Olivier de Funès, Paul Préboist…

INFOS

Long métrage français/italien
Genre : comédie
Année de production : 1969

Notamment connu pour des classiques du genre comme L’Emmerdeur et La Cage aux Folles, Edouard Molinaro a souvent déclaré que si ses plus grands succès commerciaux étaient des comédies, c’était un peu malgré lui parce qu’il n’avait pas le rire facile. Ce qui n’a pas facilité ses relations avec Louis de Funès avec qui il tourna pourtant deux films d’affilée, Oscar et Hibernatus. De Funès aimait avoir un public, que les gens réagissent à son jeu sur le tournage et c’était difficile pour lui de travailler avec un réalisateur qui ne riait pas toujours aux éclats à ses scènes (Molinaro aimait à dire qu’il « riait intérieurement »). Ils avaient aussi des divergences de vue sur la mise en scène et de nombreux autres sujets tant la star de la comédie aimait avoir le contrôle sur beaucoup de choses.

MV5BZjlmY2NmZWItNDY0MC00OWQxLTgyNDgtYWE3ZDM4MzExOTU1XkEyXkFqcGdeQXVyMTI3MDk3MzQ@.V1_FMjpg_UX1000

Malgré la mauvaise expérience d’Oscar, Edouard Molinaro a accepté de mettre en scène Hibernatus, principalement parce qu’il était sous contrat avec la Gaumont et qu’il ne voulait pas compromettre un autre projet qu’il préparait au même moment et qui lui tenait à coeur, Mon Oncle Benjamin avec Jacques Brel. Oscar fut un gros succès et commercialement parlant, réunir à nouveau le réalisateur et l’acteur devait être un coup gagnant pour le studio. Et ça a été le cas : Hibernatus fut le 5ème plus gros succès au box-office français en 1969…mais d’après Molinaro, la production fut un cauchemar dès l’étape de l’écriture.

En 1970, une expédition scientifique découvre un homme glacé dans les glaces du pôle Nord. Ce n’est pas Captain America, ni une chose d’un autre monde…le bonhomme en question est Paul Fournier, un snobinard disparu depuis 65 ans. Les autorités découvrent que l’hiberné est le grand-père d’Edmée (Claude « ma biche » Gensac), épouse de l’industriel Hubert de Tartas (De Funès). Contre l’avis des savants, pour qui l’hiberné est la découverte du siècle, Edmée veut accueillir son grand-père, qui se croit toujours en 1905, chez elle. Mais parce qu’il doit une partie de sa fortune à la famille de sa femme, De Tartas espère surtout que Paul ne fera pas valoir ses droits…

MV5BYzU2MWQxMjAtYzgyYy00NDdkLTljM2QtNzY4YWVmYjEzNjIxXkEyXkFqcGdeQXVyMTI3MDk3MzQ@.V1_FMjpg_UX1000

Les nombreuses réécritures n’ont pas nuit à l’efficacité de la mécanique comique. Passé l’exposition (qui n’est pas trop longue, l’histoire étant emballée en un peu moins de 80 minutes), l’intrigue se présente sous la forme de deux grandes parties. Il y a d’abord une savoureuse course-poursuite qui voit De Tartas et sa femme enlever l’hiberné sous la garde d’un scientifique joué par Michael Lonsdale (sujet d’un chouette gag récurrent).

Et ensuite, la demeure des De Tartas effectue un retour vers le passé avec une reconstitution de la Belle Epoque, histoire de ne pas déstabiliser le revenant Paul Fournier. Une amusante dynamique de vaudeville s’installe, avec pour point culminant le mémorable pétage de plombs de Hubert de Tartas, hilarante prestation de Louis de Funès qui domine une distribution peuplée de bons seconds rôles (aux côtés des acteurs principaux déjà cités, on retrouve notamment Paul Préboist, Jacques Legras et Claude Piéplu).

1 « J'aime »

Et les débuts de Bernard Albane.