HONEY AND CLOVER t.1-10 (Chica Umino)

image

Après un premier tome qui a dû en rebuter plus d’un, la faute à un aspect assez confus aussi bien dans les dessins que dans la narration, le début de ce deuxième tome semble prendre la même direction, mais finalement il s’en sort mieux.

On continue de suivre la vie quotidienne de nos attachants étudiants en art. Umina Chica nous dévoile peu à peu, avec beaucoup de délicatesse, les tourments et les fragilités de ses personnages, le tout à travers un quotidien à la fois joyeux et très mélancolique. Le coup de crayon de la mangaka, en apparence confus, est pourtant parfaitement maîtrisé. On se rend compte facilement qu’Umino Chica a son propre style, très personnel. Cela peut rebuter au premier abord, mais Honey and Clover est pourtant un shojo assez atypique, qui mérite qu’on s’attarde dessus.

Pas un seul de tes manga va rester sans critiques ?? quel productivité XD

Les dessins ne sont pas désagréables du tout et vu l’histoire se serait dommage de passer à coté de ce manga. De plus les dessins s’améliorent au fil des tomes. Le problème, c’est qu’il est très difficile de résumé cette histoire… (c’est l’histoire d’étudiants en beaux-arts qui font leur vie quoi…) c’est par conséquent très difficile de donner envi de le lire. C’est bien dommage.

L’intérêt de ce manga est dut à l’incroyable réalisme des réactions des personnages tout en étant vu sous un angle humoristique. Morita mis à part (il est vraiment trop excessif. Encore que…) tout les autres ont des comportement que j’ai déjà observer dans mon entourage. Chacun d’entre nous peut se reconnaître dans un des perso.
Je me retrouve beaucoup dans Takemoto.

Le deuxième point fort de ce titre est l’humour. Principalement Morita, qui fait n’importe quoi! J’ai adoré le twister démoniaque et les concerts du hanami XD
C’est l’alternance des passages tordant et des passages touchant qui est particulièrement bien dosé. On ne s’ennui pas une seconde et ce manga nous offre un large panel d’émotions.

Je crois que ce manga mérite au mois de faire l’essai après on adhère ou pas. je le conseille tout autant en anime (si Kana les sorts un jour)

Si c’est le cas, j’ai du boulot XDDD :laughing:

Toi aussi ? :slight_smile:

Sinon, je suis globalement d’accord avec toi :slight_smile: (surtout quand tu dis que c’est difficile de résumer l’histoire ^^")

Ce manga est vraiment à tester. Au moins le premier tome, pour voir si on accroche ou pas.

image

A travers des scènes quotidiennes, comme la préparation d’oeuvres d’art pour une fête, le petit boulot à l’approche des fêtes de fin d’année, et beaucoup d’autres choses, Umino Chica continue de développer avec délicatesse les relations entre les 5 personnages principaux. Elle arrive réellement à leur insuffler une profondeur psychologique. La question de l’amour est très présente dans ce tome, et le mélange humour/mélancolie est toujours ausi délicieux.
Au niveau des dessins, Umino Chica est fidèle à elle-même. On aime ou pas, et personnellement, j’accroche totalement au coup de crayon d ela mangaka.
Honey and clover continue son petit bonhomme de chemin. Voici un shojo qui arrive à se démarquer de la masse.

image

Un tome synonyme de bouleversement au sein de notre petit groupe de personnages. Alors que Mayama est de plus en plus pris par son travail, Morita part aux Etats-Unis dans un but mystérieux.
Ce tome voit également l’apparition d’un nouveau personnage, qui semble être destiné à faire évoluer la relation figée et tendue entre Mayama et Ayumi. Malheureusement pour cette dernière, Mayama n’a d’yeux que pour la pauvre Rika, qu’il souhaite protéger plus que. Et Rika, quant à elle, n’arrive pas à oublier son mari décédé.
Ce tome est centré sur les rapports complexes entre Mayama, Ayumi et Rika. Même si l’humour est toujours là par moments, l’oeuvre se fait de plus en plus mélancolique, et on continue de suivre les personnages, qui évoluent peu à peu vers le monde adulte. Ce tome est sûrement le plus émotionnellement intense depuis le début de la série.
Malgré des maladresses (narration parfois confuse, et dessins qui peuvent rebuter), la mangaka Umino Chica continue de s’affirmer, en même temps que son manga.
Honey & clover continue de prendre peu à peu de l’ampleur. Dommage que l’édition de Kana soit si médiocre.

image

Après un début de tome dans la continuité du volume précédent, deux évènements majeurs viennent relancer le manga: l’hospitalisation de Takemoto et la réapparition de l’excellent Morita.
L’humour redevient un peu plus présent, mais alterne toujours avec des passages dramatiques et les questionnements intérieurs des personnages. L’ensemble flotte toujours dans une délicate ambiance mélancolique, idéalement servie par les dessins de la mangaka, parfois très peu détaillés, et tout bonnement superbes à d’autres moments.
Avec des personnages toujours aussi attachants et fouillés, et une délicieuse ambiance mélancolique plus que jamais présente, Honey and Clover continue de se révéler comme étant un excellent shojo.

image

Ce tome d’Honey & Clover est une nouvelle fois très poignant.
Alors que le triangle Yamada/Mayama/Nomiya semble prendre un petit tournant, Takemoto part subitement en escapade en vélo.

Il est toujours aussi difficile d’analyser en détail les richesses d’un tome d’Honey & Clover.
L’humour est toujours présent, et la mélancolie ambiante l’est encore plus.
Ce tome met également en avant la recherche de soi-même et les difficultés du passage vers la vie adulte. Dans ce sens, le périple à vélo de Takemoto est un moment fort. Le jeune garçon trouvera-t-il enfin les réponses à ses doutes ?
L’ambiance mélancolique et les dessins à la fois légers et précis sont toujours présents, et ce tome met plus que jamais l’accent sur l’évolution et l’avenir des personnages. Gageons que le prochain tome sera encore meilleur !

La critique par JoeHarper est disponible sur le site!

Comme toujours une bien belle critique mon cher Joe!

Ce manga mérite toute votre attention de par son réalisme, l’émotion qu’il dégage et son super humour! je suis toujours étonné de voir que Host club est 4 fois plus populaire sur MS que H&C alors que, sans être mauvais (loin de la même), host club est mois bien construit et souvent mois drôle que H&C. Un comble alors que Host club se veut parodique et H&C non.

H&C n’a pas trouvé son publique… bien dommage :cry:

image

Ce tome voit la poursuite et la fin du voyage à vélo de Takemoto. Après avoir rencontré des personnages hauts en couleurs et être allé jusqu’à l’extrême nord du Japon, le jeune homme rentre, et on sent qu’il a évolué. Il semble être devenu plus mature, ce qu’il confirmera lui-même en affrontant enfin ses sentiments pour Hagu-chan.

Si le périple de Takemoto est clairement au premier plan dans ce tome, les autres personnages ne sont pas oubliés, ainsi la relation du triangle Yamada/Rika/Mayama semble prendre un nouveau tournant.

Les personnages sont plus que jamais face à eux-mêmes. Chica Umino continue de nous narrer, avec la délicatesse qu’on lui connaît, la lente évolution sentimentale et professionnelle de ses attachants personnages. Les pointes d’humour sont toujours présentes, notamment grâce à un Morita en grande forme.

Ce shojo assez atypique confirme tout son potentiel.

Les petits cadeaux sont à la mode chez les éditeurs de manga, et cette fois-ci, c’est au tour de Kana de nous proposer, pour l’achat du tome 5 de Honey and Clover, un porte-clés en forme de trèfle à quatre feuilles.

Ce tome sera disponible dès le 5 octobre.

Lire la news sur le site