Identité nationale du Japon

(KawaiiNeko) #1

Bonjour tout le monde!!

Voila je poste ce sujet car je m’interroge sur les valeurs fondamentales japonaises. Si vous deviez décrire l’identité nationale du Japon, vous diriez quoi?

Merci pour vos réponses!

(psypsy) #2

Racisme, passéisme, machisme et non ouverture sur le reste du monde

(Je pense que d’autres se feront un plaisir d’appuyer de d’argumenter mieux que moi sur ces valeurs sus-citées)

(Sherryn) #3

Je dirais que je n’en sais rien, je n’y suis jamais allée et c’est pas trop mon trip d’essayer de définir des gens que j’ai jamais rencontrés et avec lesquels je n’ai pas passé du temps.

(Nil Sanyas) #4

[quote=“psypsy”]Racisme, passéisme, machisme et non ouverture sur le reste du monde

(Je pense que d’autres se feront un plaisir d’appuyer de d’argumenter mieux que moi sur ces valeurs sus-citées)[/quote]

'tain t’es violent :laughing:

Le passéisme, c’est quand même exagéré :laughing: ils lient les deux (les Japonais sont les rois de la geekerie pure quand même).

Puis tu prends que le négatif, t’abuses :laughing:

(dunsinan) #5

est ce qu’il ne serait pas plus juste de les qualifier d’exubérants, modernes et ouverts jusqu’à leurs entrées dans la vie active?

(psypsy) #6

T’as pas lu trop de manga lycéen toi ? :slight_smile:
L’énorme majorité des lycéens apprend juste à être formaté pour leur future vie active de salary man

Nil > Oui, mais c’est quand même vrai

(dunsinan) #7

nan, je me suis appuyé sur un excellent documentaire vu il y a quelque temps sur les “pétages de plombs” des jeunes japonais. (liées a la certaine “permissivité” de ces dites années lycée) ainsi qu’aux rencontres faites avec des jeunes japonais partis s’expatriés quelques années vivre la vie de bohème avant de rentrer au Japon se couler dans le moule d’une vie trop rigide.

(psypsy) #8

Oui, donc les japonais expatrié représentent une infime minorité par rapport aux centaines de milliers de Lycéens qui reste dans ce moule.

(Nil Sanyas) #9

Psy², je sens que t’as un avis bien tranché sur la question.

Tu voudrais pas développer ? :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

(psypsy) #10

Oh Non ! Trop long !

Pis je suis juste là pour alimenter le débat dans le mauvais sens sinon ça partirait encore en : “Le Japon, c’est le meilleur pays du monde, en plus je suis un lolicon otaku goth loli fan de visual Kei et je veux passer ma vie là bas parce que mes parents sont trop dégueulasse avec moi”

(TWings) #11

[quote=“Nil Sanyas”]

Puis tu prends que le négatif, t’abuses :laughing:[/quote]

Ah bon ? Je croyais que c’était les bons côté. :laughing: Que des valeurs sûres ! :mrgreen:

(Tzara) #12

Je ne pourrais pas vraiment contredire psy² dans la mesure où, quand je suis allée au Japon( pour les vacances, 3 semaines itinérantes) le peu de japonais qui sont venus me parler étaient des jeunes de mon âge à peu près qui avaient été étudier à l’étranger (Etats-Unis en fait…)
Pour demander un renseignement, sinon, ben je dirais qu’il faut s’adresser aux jeunes lycéens qui semblent être genre “bourge” chez nous (à moins de réussir à s’exprimer en japonais, ce qui n’était pas mon cas ^^)
En bref, les japonais “ouverts”, selon moi, sont ceux qui ont un contact avec l’extérieur, ce qui n’est le cas que d’une toute petite minorité…

(TWings) #13

Je ne suis pas vraiment d’accord. En campagne (ou loin des lieux touristiques), j’ai croisé beaucoup de japonais très ouverts et de tout âge (beaucoup de vieux pour le coup :laughing: ) autant dire que la majorité d’entre eux ne doivent avoir que très rarement de contacts avec des étrangers. La plupart étaient curieux de savoir d’où je venais, ce que je faisais., etc. En tout cas j’ai toujours au minimum eu droit à un “bonjour” accompagné d’un grand sourire mêlé de curiosité.
Paradoxalement, j’ai l’impression que c’est en ville que les gens sont le plus fermés. Mais dans le fond ce n’est pas propre au Japon, je constate les même tendances en France.

(Bounzy) #14

Le fait que les japonais ne viennent pas nous parler, ou sont plus ou moins difficilement accessible, relève plus de la timidité que du manque d’ouverture.
Très peu d’entre eux savent parler anglais et ils ont toujours peur d’être ridicule et de ne pas arriver à se faire comprendre. Et comme le dit Twings, ils sont très rarement en contact avec des étrangers.

Racisme, je trouve pas, ils ont juste un peu peur de ce qu’ils ne connaissent pas… mais c’est pas du racisme pur et dur.
Passéisme et machisme, clairement !
Je rajouterai “autarcisme”, avec le manque de culture générale qui en découle. Avoir des discussions autres que celles qu’on peut avoir chez la boulangère ou le coiffeur c’est pas évident. Déjà qu’ils ne sont pas très cultivés, mais donner son avis et/ou contredire l’avis de l’autre sont un peu comme un manque de respect… donc pas évident pour avoir des débats :confused:

Sinon, pour les points positifs, je dirais sécurité, tranquilité, savoir-vivre et respect (avec ses effets pervers comme l’hypocrisie…).

(system) #15

Je suis d’accord avec toi. Il ne faut pas prendre les japonais pour des aliens, ou alors le monde entier est alien. Comme dans pratiquements tous les pays, il y a des conservateurs et des gens “ouverts” qui seront toujours près à aider les autres.
Quand j’observe les gens en ville, je vois qu’il y a un manque de communications entre les générations des séniors et nous, “les jeunes”.

(Coma) #16

C’est comme dans tous les pays, il y a du bon comme du moins bon, je pense que c’est avant tout une question d’adaptation aux choses qui sont différentes de nos façon de vivre et de penser, et c’est valable pour le Français au Japon comme pour l’inverse. Si je prend Tokyo comme exemple, le comportement individualiste des gens fait qu’on a l’impression que tout est dénuée de sentiment, dans ces grandes villes les gens ne font pas attention à toi et ne font attention à pas grand chose si ça ne les concerne pas directement, mais par contre ils ont l’oreille alerte comme c’est pas permis. Aussi il y a un tel bruit dans ces villes, que ce soit Tokyo, Osaka, Kyoto, Kobe, je veux dire comparé à Paris, Londres, ou New York, j’ai jamais vu des villes aussi bruyantes qu’au Japon, c’est assez éprouvant pour les simples touristes que nous sommes, mais encore une fois il suffit d’accepter, et nous sommes là uniquement pour le meilleur alors ça aide, mais imaginez vivre dans ceci sans arrêt.

Un autre exemple, mon pote Japonnais me dit un matin, “tiens demande à ce mec la direction de la station où l’on doit se rendre.” Je demande et le mec m’indique un endroit. Ensuite mon pote me dit: “Tiens demande à ce mec maintenant” et le mec m’indique un autre endroit, mon pote se met à rire et me dit: “tiens demande à lui aussi”, je demande et ce 3eme mec m’indique un 3eme endroit, la loose quoi, et mon pote était éclaté de rire tellement il connaissait comment ça finirait, déjà parce qu’il m’a donné un nom de station qui n’existe pas, mais c’est surtout pour dire que dans la classe ouvrière Japonaise ils sont tellement conditionnés dans un monde de travail, et qu’ils sont tellement boosté et mis en concurrence entre eux à longueur de journée, que pour pas dirent qu’ils ne savent pas ben ils préfèrent te répondre une connerie, c’est assez dingue et marrant au final comme truc. Mais en réalité ce comportement montre bien à quel point les gens sont conditionnés dans un esprit de compétition, à quel point ils peuvent tout perdre du jour au lendemain et la peur qui en découle forcément. C’est ça le Japon quelque part, c’est magique, c’est mystérieux, c’est grandiose, mais c’est aussi éprouvant, et aussi fatale parfois, souvent je disais qu’il n’y avait pas de demi-mesure dans ce pays, on passe du coq à l’âne sur bcp de sujet.

Petite parenthèse au sujet du topic; question Manga, ben oui on est quand même sur un site de manga :mrgreen: contrairement à ce qu’on pourrait penser il n’y a pas une quantité dingue de boutiques qui proposent du vintage ou du collector, je veux dire par là que j’avais idéalisé mon voyage en me disant que je rentrerais les sacs chargés de truc de ma génération (cobra, albator, gunnm, etc…) mais en fait ce sont vraiment des boutiques spécialisées qui font ce type de produit. Le problème pour nous touriste, c’est qu’il se vend du manga la haut comme on vend des journaux chez nous, et donc c’est assez difficile de faire la part des choses entre une boutique qui vend du manga basiquement, et une autre faite pour les collectionneurs ou passionnés. Et à ceci s’ajoute que dans 90% des boutiques spécialisées, il y a une quantité de connerie inimaginable de vendue, les gens se gavent de tout et de n’importe quoi, des pluches, des stickers, des bijoux, des affiches, bref des goodies à en perdre la tête… alors le mec qui recherche des produits bien spécifiques et classes tel une statue de Tochiro Oyama, un artbook de Final Fantasy, un collector de Cobra, ou l’édition Shueisha de Gunnm, ben il va passer du temps à fouiller dans tous ce bazar avant de trouver quelque chose de valeur à nos yeux. Aussi on dit que chez nous les vendeurs de manga jouent trop sur les cartons du moment et sur-affichent les Naruto & co, mais c’est aussi exactement la même chose la haut, à la différence c’est qu’ensuite il y a bcp plus de choix et de disponibilité à coté et c’est tout.

Pour rejoindre le sujet du topic et faire un lien entre le Japonnais et le manga, si le manga la haut est une religion, au départ de toute chose et ce n’est que mon avis, je met ça sur le compte du temps que les gens passent dans les transports en commun, et aussi au besoin de s’évader dans une vie aussi éprouvante pour l’esprit. Il y a un truc de dingue qui se passe, c’est les genres de cybercafé Mangakissa qui deviennent parfois des hôtels pour les gens! Il y a des gens qui ne rentre pas chez eux, et qui donc vont dormir au Mangakissa. Les gens qui tiennent cette chaine de magasins on comprit qu’il y avait des vies réduites à peu de chose, et donc moyennant un forfait tu peux te doucher, manger, lire des mangas, regarder des animés, et ce pour moins chère qu’à l’hôtel. Mais là ou les choses vont plus loin, c’est que finalement aujourd’hui il y a des gens qui n’ont plus de logement, et qui donc habitent dans les Mangakissa!? Le truc de dingue quoi, imaginez les mecs ou ils en sont, déjà tu te dis c’est quand même dingue de pas pouvoir rentrer chez soi après le boulot, mais là les mecs y habitent! Ceci dit il y a aussi des gens qui ne peuvent pas rentrer et qui dorment dehors sur des bancs alors bon au final.

Pour finir, je dirais qu’il y a deux Japon. Celui traditionnel qui est ouvert aux touristes, et le Japon des grandes villes, là ou le rythme de vie est dingue, là où les gens n’ont pas le temps tous simplement. C’est une bien petite phrase, mais ça veut tous dire, “ne pas avoir le temps” c’est malheureusement ce simple fait qui conditionne tellement d’autre chose dans la vie de ces gens.

(Volkein) #17

[quote=“TWings”]

Je ne suis pas vraiment d’accord. En campagne (ou loin des lieux touristiques), j’ai croisé beaucoup de japonais très ouverts et de tout âge (beaucoup de vieux pour le coup :laughing: ) autant dire que la majorité d’entre eux ne doivent avoir que très rarement de contacts avec des étrangers. La plupart étaient curieux de savoir d’où je venais, ce que je faisais., etc. En tout cas j’ai toujours au minimum eu droit à un “bonjour” accompagné d’un grand sourire mêlé de curiosité.
Paradoxalement, j’ai l’impression que c’est en ville que les gens sont le plus fermés. Mais dans le fond ce n’est pas propre au Japon, je constate les même tendances en France.[/quote]

Sérieux si je devais dire bonjour à toutes les personnes que je croise dans le tram/rer/whatever je rentrerais chez moi à 1h du mat’ en plus de passer pour un con. Et je parles pas de filer 1€ à chaque fois qu’un(e) rom/whatever veut me taxer 1€ pour ses 666 enfants/acheter de la binouze.

J’ai vécus la majeure partie de ma vie en campagne (mais proche région parisienne je connais les deux milieux), dans un petit village ou tout le monde connaît tout le monde, là bas quand t’a un accident de voiture en journée, tout le village est au courant avant tes parents qui reviennent le soir après le boulot.

Alors plus ouvert? le ratio campagne/ville doit être le même, moi j’connais des tas de gros connards (et des connasses) intolérant(e)s qui fument leur putain de clopes dans les trains de banlieue. Et ça les dérangent pas d’envoyer chier une femme enceinte en lui disant d’aller crever plutôt que d’éteindre leur clous de cercueil.

Ça fait 10 ans que je prends les transports en commun et j’ai jamais vu de situations pareille dans paris ou proche banlieue.

Y’a aussi des gens bien, comme en ville, je trouve ça juste idiot de dire que les gens sont plus fermés en ville.

(NainPuissant) #18

Moi j’habite en ville, et j’suis Open.

Sinon pluzun (:

HAHA, ça me rappel un truc.

(berwilkin) #19

Je pense qu’il est délicat de vouloir catégoriser le Japon d’un seul bloc. Il me semble que c’est un exercice illusoire. Après tout, un parisien est-il similaire à un basque ou à un corse ? N’étant pas français, je ne peux répondre mais il apparait que la réponse est non, en tout cas vu de l’extérieur.
Il est vrai que le rythme de la vie dans les grandes villes, principalement à Tokyo, est incroyable. Nous parlons après tout de la plus grande capitale du monde. Je n’ai pas eu l’impression lors de mes voyages d’être victime d’un racisme. Il y avait parfois un sentiment de curiosité à mon égard mais jamais d’hostilité. J’ai eu l’occasion de parler avec des japonais de tout âge, du plus jeune au plus vieux. La plus grande difficulté reste sans doute la maitrise de l’anglais, aléatoire pour beaucoup de japonais. Il ne faut pas sous-estimer les problèmes de langue mais également la timidité et la peur de se faire passer pour un idiot.
Comme dans tout pays, il y a des problèmes. Le Japon doit faire face à des challenges au niveau social tel que l’isolement ou l’individualisme. Je constate cependant que ces problèmes sont souvent l’apanage des grandes villes (j’ai vécu à Londres). L’actualité a récemment parlé des personnes isolées et âgées au Japon, parfois disparues dans des tentatives d’escroquerie à la retraite.
Le Japon est clairement nationaliste et chauvin. J’ai cependant envie de dire que toutes les grandes puissances le sont. Il suffit de lire les journaux américains ou britanniques pour se rendre compte que les nations puissantes sont souvent orgueilleuses.
Mais le Japon c’est aussi un pays ou les gens sont polis. Un intervenant parlait plus haut du lien entre hypocrisie et politesse. Ce n’est pas faux mais je préfère un inconnu poli dans la rue ou les transports en commun à un rustre honnête. C’est également un pays qui cultuve des traditions élégantes et raffinées.
Comme partout, il y a donc des points négatifs et positifs. Le Japon est un endroit extraordinaire mais qu’il ne faut pas idéaliser. Il est, je pense, très dur pour un occidental d’approcher et de comprendre les multiples facettes de cette région. N’oublions pas que nous regardons l’étranger avec nos propores à prioris et que certaines de nos coutumes peuvent paraitre curieuses voir choquantes pour les autres.