INSAISISSABLES (Louis Leterrier)

La bande-annonce :

Entre le nom du réal et le fait qu’il y ait 5 (CINQ Quoi!) scénaristes, faut quand même se méfier…Besson est dans le coup? (histoire d finir de plomber le truc!)

Ça aurait pu être un film sympa. Dommage de l’avoir confié a un mec comme Leterrier.

Il est bien son " L’ Incroyable Hulk " a Leterrier , quand même . :wink: Mais c’ est vrai que le coup des 5 scénaristes , ça fait beaucoup . :unamused:

Harrelson, Ruffalo … ça me rend faible moi ! Et comme j’avais bien aimé son Hulk à Leterrier, je reste partagé sur ce réal. Je tenterais sûrement le coup.

Ca a un petit coté OCEAN’S ELEVEN version Houdini, ce truc :slight_smile:

J’aime bien les acteurs, j’aime bien le pitch… Pareil, je tenterais sûrement. Même si j’ai un peu l’impression que les magiciens ont plus des super-pouvoirs que des capacités d’illusionnistes au vu de la B-A.

C’est ca qui est fort dans le film…j’avais un peu peur de basculer dans la SF, mais les tous les tours finissent par etre expliqués, et on y crois sous reserve d’adherer au principe de l’hypnose.

Perso, j’ai adoré le film…un gros coup de bluff dés les 10 premieres secondes (y en a d’autres que moi qui se posent encore la question?), un film qui tient la route et un final qui detonne!! Que du bon.

Personnellement, je le recommande.

Je voulais le voir hier soir, mais c’était complet.

La magie du cinéma.
Voilà un film qui m’a fait passer deux petites heures avec un grand sourire sur le visage. C’est rythmé, endiablé, tout en ménageant de courtes pauses qui ne sont jamais des faiblesses, des mollesses ou des ralentissements. L’illustration musicale est jazzy et swingue énormément, les acteurs sont formidables, tous autant qu’ils sont, c’est rapide, vif, hyper monté mais jamais illisible, et le film fonctionne sur le principe, énoncé plusieurs fois, que le magicien a toujours au moins un coup d’avance (ce qui fait que, même quand on a compris un truc, l’histoire a suivi un rebond quelconque qui l’a projetée plus loin).
La caméra est formidablement placée, si bien que le dernier gros tour de prestidigitation ne tient qu’à la mise en scène, renforçant le côté magique de l’image. Quant au premier tour, le fameux coup de bluff de l’ouverture du film, il crée une immersion totale du spectateur qui le saisit d’emblée pour ne plus jamais le lâcher.
Le récit joue énormément sur l’explication des tours et sur la connivence du spectateur, qui sait qu’il y a une astuce, qui est bien content qu’on la lui explique, mais qui flaire que la véritable astuce est ailleurs, comme le tour qui se réalise alors que l’attention est distraite.
De là, Insaisissables (bonne traduction, selon moi, de Now You See Me) fait la jonction entre le film de magicien et l’enquête à clé. Une fois décortiqués toutes les ficelles des tours de passe-passe, qu’est-ce qui reste, à part une enquête et une vaste mise en scène ? La référence Usual Suspects vient à point. Tous les indices sont là, bien disposés, qui mettent la puce à l’oreille, et pourtant, on ne voit pas.
Mais Insaisissables, en plus d’être un film policier, est surtout, selon moi, un film de super-héros. Des pouvoirs, une mission, un rapport conflictuel avec la loi, des identités secrètes, une vieille blessure et une vengeance, l’adhésion à un groupe, le travail d’équipe… le film fait la jonction avec l’univers cirque / ring / spectacle qui renvoie aux origines du genre super-héros. Et s’il s’agit d’un film de super-héros (ce dont je suis plus convaincu que jamais, mais je devrais vous en spoiler trop pour expliquer), alors c’est pour l’instant le meilleur film de super-héros de l’année. et sans doute l’un des meilleurs tout court.
Oui.
Décidément.
La magie du cinéma.

Jim

Eh ben te voilà bien enthousiaste mon Jimbo, perso j’ai trouvé ça trop… américain, avec ces sempiternels retournements de situation gros comme des camions, ce casting choral improbable, ces spectacles de magie trop gros pour qu’on y croit, une réalisation clipesque avec la course de bagnoles inutiles, bref, beaucoup (trop) de bruits pour rien…

De fait, parmi les films de l’été, c’est le premier qui m’ait donné le sourire tout du long, et le premier dont je suis sorti sans me dire “c’est super, mais…”.

Voilà qui ne veut pas dire grand-chose…

Sur ce genre de sujets, c’est un peu normal : on annonce un truc, et paf, on en a un autre. Ça met à l’épreuve la complicité du spectateur, qui voit venir des trucs, en soupçonne d’autres mais cherche le comment, et ne voit pas arriver les derniers.

Là-dessus, je suis ravi. C’est bien meilleur qu’Ocean’s Eleven, qui fonctionne sur des principes voisins (une équipe, plein d’acteurs, des destins croisés et une grosse mystification).

Le principe de la surenchère, appliqué à cette intrigue. Le truc déployé en trois parties (comme dans tout bon spectacle de magie, c’est expliqué dans l’intro du Prestige), dans une atmosphère du “toujours plus”.
J’aime bien.

Histoire de pas lâcher la pression : le film part d’une immersion du spectateur, de là, faut pas lui laisser le temps de respirer. Comme Le Choc des Titans affichait un manque de surprise total et de longs moments mous, je trouve que ça dénote une plus grande maîtrise de la part de Leterrier.
Il y a un ou deux plans de rencontre / explication / parlotte qui m’ont semblé un peu trop filmés caméra à l’épaule / tremblotte, mais vraiment, c’est tellement fugace que ça ne m’a pas gêné plus que ça. Le reste m’a semblé plutôt en adéquation avec le contenu.

Pas tant que ça. Outre qu’elle amène un élément important de l’intrigue (prévisible, bien sûr, mais après arrive la question du “comment”), elle permet de sortir les personnages des endroits confinés, et de créer une diversion. Pour le coup, elle sert le récit, jusque dans ses scènes de “l’après”, où tous les personnages sont repositionnés.

Beaucoup de musique, aussi, et de roulements de tambours. Hé, c’est un film de magiciens, il faut donc une réalisation strass & paillettes, sons & lumières. Là, je trouve vraiment que la forme se colle au fond.

Jim

Non Besson tourne un truc produit par sa femme … avec à l’intérieur dedans une “putain” de course poursuite sur Rivoli … 500 blockers réservés pour les 15-16-17 aout …

Besson c’est un parano, il fait des scénars avec rien dedans et malgré tout, il ne le diffuse pas à ses équipes, faut venir le lire sur place et aucune copie n’en ressort … La protection du néant poussée au paroxisme ! :mrgreen:

Je suis bien de ton avis.

Excellent, merci Niko de cette analyse :wink:

Alors, suite à la critique enthousiaste de Jim, je suis allé le voir.
Effectivement, il y a des grosses ficelles scénaristiques, à cause des effets spéciaux et du côté cinéma (donc avec montage, effets spéciaux etc…) on ne croit pas un seul instant à certains tours.
Mais les acteurs sont plutôt bons, c’est bien filmé même s’il y a un côté clipesque et m’as-tu vu (mais qui se justifie par le côté spectacle de magie) et il y a du rythme.
J’ai passé un très bon moment et j’en suis ressorti avec le sourire et c’est le plus important.

J’adhère à ton analyse, j’ai passé un très bon moment devant ce film bien troussé et très enlevé. Si une copine ne m’avait pas convaincu, je ne pense pas que j’aurais fait le déplacement et je suis bien content d’y avoir été au final.