IRON MAN & AVENGERS #1-7


*couverture à venir

[quote]NOUVEAU
IRON MAN & AVENGERS 1
mensuel, 5,50 EUR, 128 pages

C’est la fin d’une époque et le début d’une nouvelle ère, tandis qu’un nouvel Iron Man entre en piste ! Est-ce toujours Tony Stark ? Découvrez-le dans deux histoires signées Bendis, Deodato et Maleev. Pendant ce temps, Steve Rogers et Sam Wilson luttent pour garder le rôle de Captain America dans deux nouvelles sagas de Spencer, Saiz et Renaud. Enfin Captain Marvel débarque dans une nouvelle série de Stohl, Rosanas et Laiso.

(Contient les épisodes US Captain America : Sam Wilson 14, Invincible Iron Man 14, Captain America : Steve Rogers 7, Mighty Thor 13, Infamous Iron Man 1, Mighty Captain Marvel 0)

SORTIE LE 2 JUIN[/quote]

La couverture :

Tiens, pour une fois je n’ai pas détesté un épisode d’Iron Man écrit par Bendis… Faut dire que le bougre s’est rabattu sur un exercice qu’il maîtrise plutôt bien : l’épisode très peu chargé dramatiquement et reposant essentiellement sur les dialogues (le dialogue restant un des rares points forts de Bendis, difficile de le nier).
Ici, le scénariste chauve rebondit assez intelligemment sur un des points communs, relativement sous-exploité ces dernières années je crois, entre les deux antagonistes de ce magnifique chef-d’oeuvre qu’est “Civil War II” (humour) : Tony Stark et Carol Danvers, qui se tapent dessus depuis le début de l’event, sont deux ex-alcooliques, et Stark fut le parrain de Danvers aux réunions des A.A. ; pour quoi pas rebondir là-dessus ? Bendis le fait pas si mal, dans un épisode certes assez anodin au final, mais dont la dimension intimiste lui réussit plutôt… même si l’épisode est presque contradictoire avec ce qui se passe dans le “Civil War II” susnommé.

Pas fan du tout par contre des débuts du “Infamous Iron-Man”, alias Victor Von Fatalis en personne. Déjà, comme quelqu’un (Soy, je crois) le soulignait par ailleurs, j’ai horreur de cette tête de con, calquée sur celle de Vincent Cassel, que les dessinateurs lui font depuis “Secret Wars”. Fatalis faisait partie de ces persos aux traits assez immédiatement identifiables, les rares fois où l’on pouvait voir son visage, et ce depuis Jack Kirby dans le fameux récit des origines de “Fantastic Four Annual 2”. Ses successeurs lui avaient emboîté le pas… jusqu’à aujourd’hui. Résultat : beurk.
Ce choix contribue à amoindrir l’aura du personnage, je trouve ; il n’avait pas besoin de ça, le pauvre : le nouveau statu quo ne l’avantage pas. Le changement de braquet psychologique, pourquoi pas : “Secret Wars” a vu sa défaite totale aux mains de Red Richards, et Fatalis a pour une fois lui-même admis cette défaite. Le faire “bouger” derrière n’est pas forcément incohérent. Je ne le vois par contre pas du tout se mettre dans les pompes de Tony Stark… sans compter que c’est pour affronter des persos présumés ringards au possible comme Diablo (la manie de Bendis, ça : rire à peu de frais sur le dos de persos qu’il juge dépassés).
Franchement pas impressionné, sans compter que les dessins de Maleev ne me semblent pas forcément adapté à la “couleur” du titre.

Je suis de plus en plus impressionné par le travail de Nick Spencer, que j’avais décidément bien mal jugé à ses débuts chez Marvel (période “Fear itself”).
Très astucieusement, le scénariste a mis en place deux types d’approche/ambiance très différents pour les deux titres “Captain America” qu’il écrit. Pour Sam Wilson, Spencer adopte une tonalité et un sous-texte très “franc” et direct, rendant son protagoniste principal immensément sympathique, courageux et désintéressé, alors qu’il en prend plein la gueule ; en bref, une sorte de parangon d’héroïsme sur le modèle de Peter Parker période “tout le monde déteste Spidey”. Le tout est comme d’habitude très dense et rythmé, fun et profond dans son sous-texte. Bref, une petite pépite.

Je suis peut-être plus séduit encore par son approche sur le titre dédié à Steve Rogers ; là, à l’inverse, Spencer se fait retors au possible, développant un discours subtilement très tordu. Se permettant quelques références à l’actualité géopolitique la plus brûlante (il faudrait être aveugle pour ne pas reconnaître dans l’épisode du mois les échos à la situation en Syrie, par exemple…), comme à son habitude (Hydra est une sorte de Daesh depuis le début de son run), le scénariste se permet aussi de manière plus sournoise de détourner très subtilement le sous-texte propre à l’idéologie de Cap’. Il faut bien mesurer que ce que fait Spencer ici, ce n’est pas simplement transformer Cap’ en vilain pour quelques mois : il interroge en fait de fond en comble les présupposés éthiques qui fondent son action. On savait déjà que Cap’, très ironiquement, était une sorte de parangon absolu de rêve moite de savant nazi (en caricaturant, hein) sur le plan “physique”, voilà que son idéologie est elle aussi questionnée, assez radicalement.
Tordu mais savoureux. J’adore ce titre, vraiment.

N.B. : j’ai pu avoir l’impression jusqu’à maintenant, comme d’autres lecteurs, que les flashes-back sur l’enfance de Steve Rogers, très réussis en eux-mêmes, ne servaient pas forcément à grand chose dans la tapisserie globale. Spencer prouve le contraire, avec le chouette montage parallèle qui conclue l’épisode du mois. Bien vu !

C’est sûr que c’est plus facile de faire ça que de reprendre le perso et d’en faire un adversaire avec qui compter… Certains l’ont pourtant déjà fait.

Absolument, les exemples ne manquent pas et c’est une démarche intéressante ; d’une certaine manière, même le Joker a eu droit à ce traitement dans les seventies, sous la plume d’O’Neill. Le perso était “abîmé”, O’Neill lui a rendu de sa superbe…
Il y aussi l’exemple que Jim cite souvent, celui du Scarabée dans les épisodes de “Spectacular Spider-Man” signés Roger Stern.

Invincible Iron Man : Comme Photonik, je trouve que l’aspect intimiste de la discussion entre Tony et Carol offre quelques passages beaucoup moins lourdauds que les nombreuses engueulades de Civil War II. Mais dans l’ensemble, ça reste un énième épisode anecdotique qui conclue une série médiocre (après le run de Kieron Gillen, Tête de Fer n’est pas vraiment gâté)…

Infamous Iron Man : Mouais…vraiment pas emballé par ce premier épisode et par l’évolution de Victor Von Cassel depuis le final de Secret Wars. La “démonstration de force” n’en était pas vraiment une vu que le combat était de toute façon trop inégal et je ne suis pas convaincu par la décision de Fatalis d’endosser l’armure d’Iron Man. À voir si ce sera mieux développé par la suite…mais j’ai un peu de mal à y croire…

Captain Marvel : La scénariste Margaret Stohl fait le point sur la situation d’un personnage qui ne sort pas grandie des événements de Civil War II. Un numéro 0 joliment dessiné, qui tente de rétablir le capital sympathie de l’héroïne…et qui y réussit par moments. La symbolique du rêve est tout de même un peu trop appuyée…

Thor : Ca fait plaisir de revoir Steve Epting aux dessins d’un titre Marvel, même si ça n’est que pour deux épisodes…et la réunion de la Ligue des Royaumes est une autre raison de se réjouir, tant ces personnages sont l’occasion de dialogues savoureux et d’excellentes scènes d’action. Après l’arc Roxxon, le retour aux aspects purement fantasy de la série est à nouveau une réussite…

Captain America - Sam Wilson & Steve Rogers : Je le répète mois après mois, le travail de Nick Spencer sur les deux titres Captain America est absolument passionnant. C’est profond, palpitant, bourré de surprises et de rebondissements et très bien développé sur la longueur (le sort qui s’acharne sur Sam, le passé remodelé de Steve). Sacrément retors, c’est certain…et troublant aussi compte-tenu des actions et des manipulations de Steve dans les deux séries…

Tout pareil. Et je dirais que cet épisode (sympa au demeurant) met encore plus en relief la médiocrité insondable de Civil War II. Quand tu vois ce que Bendis peut pondre de correct en se sortant les doigts du cul dans un tie-in, cela énerve d’autant de plus de voir la merditude de la saga principale

(et sinon tout pareil pour le reste. Sauf avec Captain Marvel, personnage sur lequel je n’arrive décidément pas à accrocher)

[quote=“Photonik”]

N.B. : j’ai pu avoir l’impression jusqu’à maintenant, comme d’autres lecteurs, que les flashes-back sur l’enfance de Steve Rogers, très réussis en eux-mêmes, ne servaient pas forcément à grand chose dans la tapisserie globale. Spencer prouve le contraire, avec le chouette montage parallèle qui conclue l’épisode du mois. Bien vu ![/quote]

Non dés le départ ils interrogent sur ec que l on sait… justement ils mettaient assez rapidement en lumiere les changements et vu qu ils sont constants je me suis douté qu il y aurait des repercussions dans le présent même si j attendais plutot qu on decouvre une suite à un perso du passé tant ce perso est omnipresent.

[quote=“Photonik”]
N.B. : j’ai pu avoir l’impression jusqu’à maintenant, comme d’autres lecteurs, que les flashes-back sur l’enfance de Steve Rogers, très réussis en eux-mêmes, ne servaient pas forcément à grand chose dans la tapisserie globale. [/quote]

Eh bien pour une fois, je me doutais bien que la construction était sur le long terme et qu’on allait avoir quelques révélations ! Je suis presque surpris que tu aies douté du contraire ! :mrgreen:

Sinon :
Invincible IM : la saga s’achève donc sur une discussion entre AA. Comme déjà dit, l’idée est pas mal, surtout que c’est intéressant de revenir là-dessus. Après, est-ce qu’il en fallait faire tout un épisode …

Infamous IM : ouais, alors … je n’aime pas trop ce Fatalis qui a tout du Loki. Il a vraiment perdu tout ce qu’il était avant, mais vraiment tout ! Et le cliff arrive avec de gros sabots …

Cap Marvel : depuis CWII, j’ai du mal à retrouver de la sympathie pour ce perso, et je ne la vois pas comme la gagnante légitime que semble montrer les comic books. Et comme la présence de la Division Alpha dans l’espace me semble un aspect complétement absurde, ça démarre mal. Bref, hormis cela, j’ai l’impression que la nouvelle scénariste explore un point intéressant (même si je n’ai compris pourquoi il y avait des réfugiés E.T. venant de tout horizon), donc je suis curieux de voir où ça va aller !

Thor : ça s’annonce plutôt bon. ça démarre bien, le casting est prometteur et sacrifiable, les dialogues sont bien dosés et Aaron continue d’être touchant via Jane !

Cap Wilson : eh eh eh, il la joue fine, Spencer ! Dans cette série, il est plus “personnel”, puisqu’il s’intéresse beaucoup à Wilson et semble vouloir le descendre de plus en plus bas (en même temps, l’autre Cap veut aller dans ce sens).

Cap Rogers : et il est très politique, que ce soit dans la série précédente quand il fait parler Ultimatum, ou dans celle-ci via Crâne Rouge dans son discours (Saiz est bon sur ces pages d’ailleurs) ou ou via ses machinations et celles du SHIELD. Et là, il s’intéresse au jeune Cap, tout en développant un plan plus global, donc il y a moins de “proximité” que dans la série de cap Wilson ! C’est vraiment très bon et là, j’adhère !

[quote]IRON MAN & AVENGERS 2

Bendis et Caselli nous présentent le nouvel Iron Man. Fatalis lui aussi a décidé d’être l’Avenger en armure, tandis que Steve Rogers met en branle son plan diabolique, à l’insu de Sam Wilson. Thor s’élance dans la Guerre des Royaumes, tandis que Captain Marvel commence une nouvelle vie. Par Maleev, Aaron, Epting, Spencer, Saiz, Unzueta, Stohl et Rosanas.

mensuel, 5,50 EUR, 128 pages

(Contient les épisodes US Captain America : Sam Wilson 15, Invincible Iron Man 1, Captain America : Steve Rogers 8, Mighty Thor 14, Infamous Iron Man 2, Mighty Captain Marvel 1)

SORTIE LE 4 JUILLET[/quote]

Infamous Iron Man : Une nouvelle fois pas convaincu…mais alors pas du tout. Sur le même modèle que le premier épisode, Victor affronte et ridiculise un vieil adversaire des 4 Fantastiques. Et alors qu’il avait plutôt bien écrit la Chose dans l’épisode des Gardiens de la Galaxie du mois dernier, Ben Grimm est ici réduit à des punchlines complètement lourdingues. Bref, un gros ratage…

Invincible Iron Man : Par contre, j’ai trouvé qu’il y avait du mieux avec le premier épisode consacré à Riri Williams. La structure de l’épisode est assez classique…on démarre dans l’action avant de revenir sur le passé de la jeune fille via des flashbacks…mais c’est plutôt bien raconté (c’est moins creux que d’habitude en tout cas) et les dessins de Caselli sont pas mal du tout. Ce n’est pas très original tout ça (jusque dans le trauma de l’héroïne même si la situation est évidemment très triste), mais ça se lit nettement mieux qu’Infamous et les deux dernières séries avec Tony…

Thor : Bon là, je ne vais pas être original, puisque je le répète mois après mois : quelle excellente série ! Un épisode qui tient à nouveau toutes ses promesses : palpitant et superbement caractérisé et dessiné !

Captain Marvel : C’est pas mal…on l’a dit, pas facile de refaire de Carol un personnage sympathique après la cata Civil War II (et j’ai comme l’impression que la série va tourner autour de cette situation pendant quelques temps), mais la nouvelle scénariste Margaret Stohl met en place des éléments intéressants. Aux dessins, j’apprécie de retrouver Ramon Rosanas après Ant-Man…mais il faudrait tout de même lui dire que Sasquatch ne ressemble pas du tout à un Bigfoot !

Captain America - Steve Rogers : Retour de Jesus Saiz aux dessins, ce qui est toujours une bonne chose. Et un Cap qui continue de déplacer ses pions, avec des dialogues lourds de tension…

Captain America - Sam Wilson : Avec tout ce qui est arrivé dans la vie de Sam dernièrement, c’est une très bonne idée de relâcher la pression avec un épisode centré sur une soirée au catch entre potes. Un hommage divertissant à la période Mark Gruenwald…

Infamous : il ne se passe grand chose … en fait, je me demande encore à quoi peut servir ce duo de séries International et Infamous Iron Man …

Invincible : depuis une remarque de Photonik sur la gestion des vilains par Bendis il y a 4 ou 5 mois, je me rends compte que l’écriture de Bendis est hyper stéréotypé et systématique. Donc, c’est vraiment comme d’hab, mais la petite a du potentiel. En fait, j’ai hâte de voir tous ces jeunots réunis, ça peut être une belle fraîcheur … Et Caselli rend de belles planches !

Thor : grosse bastonnade, pas mal orchestrée je trouve (hormis une case, qui donne l’impression qu’il y a une coupure de scène ratée). Je me demande sur quoi Aaron va rebondir dans cette série ! Epting est trrrrès bon !

Cap Marvel : l’intrigue de Stohl me titille … même si je ne comprends pas pourquoi les réfugiés ET viennent sur une planète qui n’est pas capable de voyager de manière régulière dans l’espace. La scénariste n’est pas manichéenne dans son jugement sur CWII et ça, c’est un point fort je trouve ! Bref, elle réussit son pari avec moi pour le moment (en revanche, elle aurait dû se débarrasser de la Division Alpha, surtout si c’est pour voir Rosanas dessiner Sasquatch comme ça !)

Cap Rogers : c’est un bon, Spencer ! On a presque l’impression qu’il a préparé des éléments pour permettre à Cap d’avoir des raisons d’agir officiellement comme il le fait, afin de mieux assoir ses agissements officieux ! Alors, ça ne va pas vite, mais ce n’est aucunement dérangeant … il tient le lecteur en haleine !

Cap Wilson : pause sympathique, qui rappelle à sa manière la partie de baseball ou de Poker … et c’est pas mal de proposer autre chose, avec les protagonistes de la série !

IRON MAN & AVENGERS 3
Qui deviendra Iron Man : Riri Williams ou Fatalis ? Captain Marvel décide de garder l’enfant Kree sous son aile, tandis que Thor participe toujours à la Guerre des Royaumes, avec la Garde Impériale… et le fils d’Odin ! Plus une nouvelle histoire pour chaque Captain America ! Par Bendis, Caselli, Maleev, Aaron, Dauterman, Spencer, Pina, Guinaldo, Renaud, Kudranski, Stohl et Rosanas.
mensuel, 5,50 EUR, 128 pages
(Contient les épisodes US Captain America : Sam Wilson 16, Invincible Iron Man 2, Captain America : Steve Rogers 9, Mighty Thor 15, Infamous Iron Man 3, Mighty Captain Marvel 2)
SORTIE LE 1er AOÛT

La couverture est jolie mais trop semblable à la dernière.
C’est dommage de ne pas avoir plus souvent du Thor ou du Captain en couv’ (dans le dernier numéro celle de Steve jouant aux échecs était splendide :+1: )

Je suis d’accord.
Mais peut être parce que ça s’appelle “Iron Man & …”

Oui un mag’ IM avec une couverture Captain c’est bizarre… mais il y a quand même “& Avengers” dans ce titre…
Dans les douze premiers numéros on a eu 4 ou 5 couvertures autre, donc j’espère rapidement d’autres personnages !

Invincible Iron Man : J’aime bien. L’enthousiasme de Riri est communicatif et l’épisode est bien construit, entre les flashbacks sur le drame survenu deux ans plus tôt et sa façon de remonter la pente. Par contre, Bendis va nous resservir ses méchants cyber-ninjas bien nazes, ce qui fait que je n’attends pas le prochain épisode avec impatience…

Infamous Iron Man : J’aime pas. C’est creux, ennuyeux et les motivations de Fatalis peinent à me convaincre. Mais les deux doubles pages en crayonnés de Alex Maleev sont très sympas…

Mighty Thor : J’adore. Une lecture qui réveille toujours après les 20 pages soporifiques d’Infamous. La discussion entre Jane et l’abruti de frangin d’Odin (au nom si ridicule dans notre langue) est excellente et l’affrontement contre les Shi’Ars est explosif. Un nouvel arc qui démarre dans le bruit et la fureur !

Captain Marvel : Je suis partagé. Le mystère concernant la petite protégée de Carol est intrigant mais tout ce qui tourne autour de la série TV est un poil lourdingue. Et je crois que je ne m’habituerai jamais au Sasquatch dessiné par Rosanas.

Captain America : Steve Rogers et Sam Wilson : J’aime beaucoup (malgré des dessins très inégaux). Entre les “flashbacks”, le procès de Maria Hill et la mission en Angleterre, l’épisode de Steve Rogers est très dense, il se passe beaucoup de choses intéressantes. Et pour le second épisode d’affilée, Nick Spencer relâche la pression (pour le moment) sur Sam Wilson en donnant la vedette à Misty Knight, et c’est plutôt bien ficelé (malgré une partie graphique, comme je le disais, très inégale)…

Quasi d’accord :
Invincible IM : Bendis nous refait le coup des origines qui durent un (long) arc de six ? Il a de la chance que la petite soit attachante, que les dialogues sonnent juste (cette fois-ci) et que l’empathie fonctionne …

Infamous IM : la justification de Fatalis me semble bien bancale (ou alors, je ne l’ai pas comprise) … j’ai l’impression de lire un what if pas très palpitant !

Thor : c’est du bonbon, cette série. ça lit sans faim et y a pas besoin de se forcer …

Captain Marvel : c’est intrigant, je ne trouve pas que le langage de Bonbon facilite la lecture (j’avais oublié qu’elle s’appelait Bonbon en plus). Bon, y a deux scènes qui se répètent un peu et puis le Sasquatch est vraiment mal dessiné (de toute façon, il n’a rien à faire dans cette série sous cette configuration)

Cap Rogers : eh eh eh, on y arrive à ce procès de Hill (et sans la présence de l’indéboulonnable Murdock en plus), plutôt bien foutu. Y a un côté Priest dans la construction de l’épisode. J’ai déjà hâte de lire la suite.

Cap Wilson : encore une pause pour Sam, mais pas pour Misty … un épisode bien plus sympa que ce que j’ai régulièrement lu sur les Défenseurs de Fraction.

20842119_10155579729249648_6443061887010096314_n

IRON MAN & AVENGERS 4
Riri Williams continue de s’entraîner pour devenir Iron Man… Ben Grimm rencontre la mère de Fatalis… Thor affronte les dieux des Shi’ars… et Steve Rogers poursuit ses plans de conquête au cours de deux épisodes ! Enfin, Sam Wilson reprend le combat avec ses alliés ! Par Bendis, Caselli, Maleev, Aaron, Dauterman, Spencer, Saiz et Renaud, entre autres.
mensuel, 5,50 EUR, 128 pages
(Contient les épisodes US Captain America : Sam Wilson 17, Invincible Iron Man 3, Captain America : Steve Rogers 10-11, Mighty Thor 16, Infamous Iron Man 4)
SORTIE LE 1er SEPTEMBRE

Nooooooon : Panini a divulgâché tout l’épisode !