JOHN BELUSHI - LA FOLLE ET TRAGIQUE HISTOIRE D'UN BLUES BROTHER (Bob Woodward)

http://ecx.images-amazon.com/images/I/61HiHcchCnL.jpg

[quote]Le 5 mars 1982, John Belushi, 33 ans, l’un des acteurs comiques les plus populaires de sa génération, est retrouvé mort d’une overdose dans un bungalow du Chateau Marmont à Los Angeles. Que s’est-il passé ? Comment la star du Saturday Night Live et des Blues Brothers en est-elle arrivée là ? A l’aide de centaines de témoignages, Bob Woodward retrace le parcours fascinant d’un homme au comporte-ment autodestructeur, tout en offrant une plongée très documentée au coeur de l’industrie hollywoodienne.

Biographie de l’auteur
Journaliste vedette du Washington Post, Bob Woodward est célèbre pour avoir dévoilé, avec son collègue Cari Bernstein, le scandale du Watergate. Lauréat de deux prix Pulitzer, il a publié de nombreux livres d’investigation, notamment sur George W. Bush et Barack Obama.

Détails sur le produit

Broché: 496 pages
Editeur : Capricci Editions (2 avril 2015)
Collection : PREMIERE COLLEC
Langue : Français
ISBN-13: 979-1023900804
ASIN: B00T42EZMY
Dimensions du produit: 21 x 2,8 x 15 cm [/quote]

En amoureux total des Blues Brothers je me suis jeté sur le livre.

Très documenté et écrit avec une maîtrise et une clarté guère étonnante de la part d’un tel journaliste, Bob Woodward nous brosse le portrait d’un enfant chéri de l’Amérique.

Une vie vécue à cent à l’heure pour celui qui envisagé une carrière de footballeur avant de trouver dans le théâtre la chaleur et l’amour qu’il recherchait par dessus tout. Si l’ouvrage commence sur le tournage de The Blues Brothers, Woodward suit ensuite une chronologie stricte qui commence à la fin des années 60 à Wheaton pour se terminer le jour de la mort de Belushi le 5 mars 1982 à Hollywood.

On y suit l’ascension. Second City, la troupe d’improvisation de Chicago où il rencontra Chevy Chase et Dan Aykroyd, la revue off Lemmings, la radio avec Radio Hour et l’explosion avec le Saturday Night Live à la télé et National Lampoon Animal’s House au cinéma. Vient ensuite la chute avec la drogue, la pression, la souffrance et les échecs.

C’est limite si on est pas camé avec toutes les histoires liées à la drogue qui parcoure le livre. Là est surement ce qui fait le défaut de l’ouvrage (et ce pour quoi il fut critiqué notamment par les proches de l’acteur), la deuxième partie devient un peu trop souvent un récitatif des errances de l’acteur au point d’en être totalement clinique.

On pourrait reprocher à l’ensemble une certaine froideur donc. Toutefois il me semble aussi que cette approche est nécessaire pour aborder la chute d’un homme qui aurait pu, peut-être, être éviter s’il avait pu heurter une telle chose. Belushi n’est pas innocent ou une victime mais ce qui frappe à la lecture du l’ouvrage c’est de voir la complaisance de son entourage et de l’ensemble du système.

A travers Belushic’est toute une époque et un milieu qui est décrit et critiqué. Un milieu où se droguer allait de soi et perçu comme nécessaire pour rester au top. L’hypocrisie de certains acteurs et producteurs est assez hallucinante à ce niveau. Qu’importe ce qu’il se passe tant que le pognon rentre.

C’est difficile à affirmer mais je pense aussi que si on ne connait pas le travail de Belushi, si on n’a pas vu ses films où ses prestations au SNL on aura du mal à comprendre à quel point il était génial à la seule lecture du livre. Woodward prend son temps pour l’expliquer, détaille des performances, cite des témoins etc etc mais le recul est tel qu’on a du mal à se rendre compte. Probable aussi que ce n’était pas ce qui intéressé vraiment Woodwad. Ainsi pas d’explications ou hypothèses quand à ce qui poussait Belushi à se détruire. Juste des faits

C’est la force du livre mais aussi sa faiblesse. Je serais curieux de lire le livre qu’a écrit la veuve de Belushi à ce niveaux.

Néanmoins ca reste un ouvrage vraiment intéressant. J’ai appris beaucoup de choses. Moins sur Belushi que tout cet univers et ces acteurs. On apprends beaucoup sur la naissance du SNL, sur la place que les Blues Brothers tenait dans la vie d’Aykroyd et Belushi, sur l’amitié des deux, sur le tournage de 1941 et surtout The Neighbors. A ce titre le livre nous montre bien les coulisses d’une production courant au désastre et la manière dont les producteurs use d’outils à leur disposition pour sauver les meubles etc etc

On y parle du projet de film avec Louis Malle, du scénario de Noble Rot qu’il écrivait (du moins tentait) au moment de sa mort, de punk, de Carrie Fisher, de James Belushi (dont être le frère de John devait être un poids assez terrible j’ai l’impression), de Robin William, de John Landis, de De Niro, de Bluto, de Futaba et bien d’autres choses encore.

Sacrée chronique. Il fallait justement que je me refasse certains de ses films. J’irais bien tenter la lecture de cet ouvrage pour finir.

Carrie Fisher à qui, d’après la légende, Belushi a conseillé de lâcher la coke parce qu’elle en prenait beaucoup trop. Sacré John.