JUPITER'S LEGACY (Saison 1)


(Le Doc) #1

En 1932, la recherche d’une mystérieuse source de pouvoir entraîne Sheldon Sampson, son frère Walter et un petit groupe d’alliés dans une quête autour du monde. Des décennies plus tard, Sheldon et Walter sont devenus des surhumains salués pour leur héroïsme. Mais à présent, une nouvelle génération doit prendre la relève et cette mission s’annonce bien difficile

Josh Duhamel (Las Vegas, Transformers…) sera Sheldon Sampson dans l’adaptation télévisuelle de Jupiter’s Legacy, le comic-book de Mark Millar et Frank Quitely. À ses côtés, il y a aura notamment Leslie Bibb (Iron Man) et Matt Lanter (Timeless).

Steven S. DeKnight (Daredevil) est le showrunner de cette production NETFLIX.


(sylvain cordurié) #2

Prévu pour 2021. On a de la marge.


(Ben Wawe) #3

On y croit.


(Photonik) #4

Pas le titre le plus facile à adapter à l’écran, et c’est rien de le dire…


(Jack!) #5

Non. Regarde :


(sylvain cordurié) #6

Hou que tu es méchant !


(Jack!) #7

En même temps, le gars est un tâcheron qui n’a jamais rien fait de potable. Il suffit de jeter un coup d’œil à son C.V.


(KabFC) #8

Angel et Buffy c’est très bien.


(sylvain cordurié) #9

Exact.


(sylvain cordurié) #10

Et Daredevil, on peut ne pas aimer, mais dire que c’est mauvais, c’est audacieux.


(sylvain cordurié) #11

Pourquoi, au fait ?
En dehors du fait que c’est un titre court, davantage adapté au format ciné qu’au format télé.


(Photonik) #12

Parce que le titre est basé sur une imagerie super-héroïque très “premier degré” je dirais (les costumes, les archétypes convoqués…), pas forcément ce qui passe le mieux la frontière de l’écran, petit ou grand (et surtout petit), et du grand spectacle à foison (les séries télé même haut de gamme montrent rapidement leurs limites dans ce domaine, même les très gros calibres).
L’adaptation est toujours possible bien sûr mais compte-tenu justement de la teneur du titre et de son sous-texte (commentaire sur le genre), j’ai l’impression qu’il y a forcément un truc qui va se perdre. On dit souvent que Millar écrit en pensant au cinoche ou à la téloche (et aux gros sous qui vont avec), mais je trouve que ça se voit pas tant que ça sur “Jupiter’s Legacy”, justement. C’est en partie pour ça d’ailleurs que j’aime bien ce titre alors que j’ai horreur du travail de Millar par ailleurs.

Mais je ne demande qu’à être démenti et à trouver le résultat chouette ; si c’est réussi ça peut vraiment claquer.


(Jack!) #13

Je sais. Mais pas ses épisodes à lui.


(Jack!) #14

Steven S. DeKnight est le type qui a planté la série après le très chouette lancement de Goddard (encore un satellite du Whedonverse, mais un bon cette fois). Là où ce dernier voulait ancrer la série avec un brin de “réalisme” très urbain, DeKnight en a fait un show poussif à la galerie de vilains tous plus médiocre les uns que les autres. C’est à se demander comment, avec un tel niveau d’incompétence, ils ont réussi à prendre la ville en main.

Ça c’est Steven S. DeKnight. Le gars qui a fait de Daredevil une série du niveau de Arrow, dialogue et caractérisation compris, sous l’enrobage à la netflix.

Donc oui. “Buffy c’est bien”. Mais pour m’être penché un peu sur la carrière du gars depuis plusieurs années, pas seulement en surface, je certifie qu’il est hautement toxique.


(sylvain cordurié) #15

Tu trouves vraiment que la première partie de la saison 2 est poussive ?
Et tu confonds encore la qualité d’un Daredevil - même S2 - avec celle d’un Arrow ?
Et le gars serait toxique ? Rien que ça ?

Il t’a fait quoi DeKnight ? Il t’est grossièrement passé devant à La Poste ?


(sylvain cordurié) #16

Dans ce qui te fait horreur, tu inclues The Authority et Ultimates ?

Sinon, je comprends ton point de vue.
Mais si on va par là, Wanted prenait aussi tout son sens en assumant le genre. Et le film qui en a découlé n’avait strictement rien à voir avec la matière première.
Rien ne dit que le sous-texte sera conservé. Il est même possible qu’il change en fonction du médium. Netflix pourrait se recentrer sur le sous-texte politique, en s’appuyant sur le paysage international qui est le nôtre aujourd’hui, où l’écart entre démocratie et dictature se réduit toujours un peu plus.


(Photonik) #17

Ah non, pardon, tu fais bien de me poser la question, que je rectifie : je suis très client de sa prestation sur “The Authority” (dont on dit d’ailleurs que son mentor/ennemi Grant Morrison lui en aurait plus que chuchoté à l’oreille les grandes lignes), en effet.
Par contre, je trouve “Ultimates” très surcôté. Voilà un titre qui vieillit pas très bien (j’ai tenté une relecture il y a quelques années, et je n’ai pas été au bout), plombé par des facilités et des caméos “people” qui le datent atrocement… On se souvient tous de Freddie Prinze Jr, par exemple, n’est-ce pas ?

Ce que tu dis du changement possible de sous-texte entre le comic et la série télé fait sens, et c’est probablement ce qui va advenir d’ailleurs. Mais ça peut être un problème : l’exemple de “Wanted” me semble révélateur, en l’occurrence. Je n’ai pas détesté le film, mais je n’y ai tout simplement pas reconnu la BD, que je n’avais pas beaucoup aimé donc c’est pas très grave, dans mon cas…


(Jack!) #18

En fait, DeKnight officie sur Daredevil dès la saison 1 en tant que producteur exec’, juste après le départ de Goddard (dont on peut considérer seulement les deux premiers épisodes d’une première saison qu’il a chapeauté dans les grandes lignes). DeKnight n’est pas le producteur de la saison 2, de mémoire.

Et je confirme que le gars est toxique à mon sens. Il a réussi a réaliser la suite navesque d’un des meilleurs blockbusters de ces dernières années (Pacific Rim), c’est dire le talent du gars (et ne parlons pas de son superbe épisode de conclusion sur Daredevil, un nanar à lui seul).


(Jack!) #19

Sur The Ultimates aussi, en fait. De l’aveu même de Millar (à l’époque), les meilleures idées sur Thor viendrait de son ex-ami.


(Photonik) #20

Maintenant que tu le dis, je me rappelle avoir lu ça dans le bouquin de Yann Graf sur Morrison, en effet.