KING KONG REVIENT (Paul Leder)

MV5BZmM0OWRmZWMtYWQ1Zi00MDYzLWJkZmYtZTBiYTIxYTU1MDY5XkEyXkFqcGdeQXVyMjAxNDQ4NA@@.V1_FMjpg_UX1000

REALISATEUR

Paul Leder

SCENARISTES

Paul et Richard Leder

DISTRIBUTION

Rod Arrants, Joanna Kerns, Alex Nicol, Lee Nak-hoon…

INFOS

Long métrage américain/sud-coréen
Titre original : A.P.E.
Genre : catastrophique
Année de production : 1976

L’affiche de A.P.E. (acronyme pour Attacking Primate MonstEr…oui, même là c’est approximatif) vend du rêve pour le fana de films de monstres. Mais il aurait fallu plus que les 23.000 dollars du budget pour réaliser toutes les promesses de cette illustration. Dix tonnes de furie animale bondissent à l’écran ? Le cascadeur collé dans un costume confectionné à partir de vieilles couvertures mitées (c’est encore pire que les Kong période japonaise) a bien du mal à bouger de manière convaincante, alors pour ce qui est de bondir…il ne faut pas trop en demander, hein…

Le grand singe démolit un paquebot ? Plutôt un jouet en plastique dynamité un soir dans un étang par le réalisateur. Il défit les mâchoires d’un requin géant ? La scène avait été pensée pour capitaliser sur le succès des Dents de la Mer sorti l’année précédente. Mais comme l’équipe avait vu un peu trop grand et qu’il n’y avait pas un rond pour les effets spéciaux, ils ont du se rabattre sur un poiscaille acheté au marché du coin. Le Kong de Prisunic a beau se donner du mal, son combat soi-disant épique contre un requin mort est plus gênant qu’autre chose…

MV5BOGU4OGI5M2YtMWFjNC00MDllLWEzZjItMGNjYmNhYWZhNmRiXkEyXkFqcGdeQXVyOTc5MDI5NjE@.V1_FMjpg_UX1000
Mais puisque je te dis que je ne suis pas Jessica Lange !

Il détruit une ville grouillante ? Le gros poilu n’interagit quasiment jamais avec les habitants, à part une ou deux inscrustations déplorables et quelques plans sur des pieds et des mains grandeur nature complètement bâclés. Le réalisateur comble alors avec des scènes de foules passant leur temps à hurler et courir dans tous les coins (et ça ne m’étonnerait pas qu’il y ait du stock-shot là-dedans). Il vainc un reptile monstrueux ? Le passage dure à peine deux secondes : Kong agrippe un pauvre serpent qui ne demandait rien à personne et le jette en direction de la caméra qui bouge sous l’impact (et oui, le plan a été gardé tel quel)…

S’il s’appelle A.P.E. en version originale, le film a bien été conçu comme une nouvelle version de King Kong pour concurrencer le projet parallèle de Dino de Laurentiis (qui avait quant à lui un budget de 24 millions de dollars). Bien évidemment, la RKO a vite réagi et menacé la société de production d’un procès. Le titre a été changé et la mention « ne pas confondre avec King Kong » a du être ajoutée sur les affiches. Mais si Kong n’est pas prononcé dans la version originale, il l’est bien dans les différentes versions internationales, dont la française sortie sous le titre King Kong revient. Et les points communs avec les Kong officiels ne manquent pas, comme l’attirance de notre grand primate pour les actrices blondes…

MV5BYjY4MjhkYjctNDM4Mi00NzUzLWI5NzUtMzc2ZGZiYjVhNzE1XkEyXkFqcGdeQXVyOTc5MDI5NjE@.V1_FMjpg_UX1000
Attention à la vache !!!

Avec un sérieux confondant, Paul Leder déroule une histoire sans queue ni tête, aux dialogues parfois surréalistes, médiocrement filmée et interprétée, le tout culminant avec l’habituel combat du singe contre les forces armées, un moment qui explose à lui tout seul le quotient de nanardise de tout ce qui a précédé (et il y avait pourtant déjà de quoi faire). Le réalisateur continue son remplissage avec au moins 5 minutes de plans sur quatre ou cinq véhicules militaires tournant en rond; le sous-Kong essaye d’éviter des hélicoptères (ce qui ressemble plus à la danse d’un tonton bourré), écrase des tanks en plastoc, lance des rochers droit vers la caméra (comme le serpent de tout à l’heure…il paraît que Leder voulait sortir le film en 3D), vomit du sang et clamse enfin après un final interminable.

Pour rester dans la tradition du personnage, Paul Leder a même voulu jouer la carte de l’émotion…mais faut pas charrier, il n’était pas vraiment sympathique, ce grand Kon(g)…et vulgaire aussi…

APECap_00014
Ouais moi aussi, je t’emm…

1 « J'aime »

Le costume me fait penser à celui de Pupub dans Téléchat…

Tori.

WindingEnormousGeese-size_restricted

image

J’y connais pas grand chose en jeux vidéos…donc j’avoue volontiers que je ne comprend rien au sens de ton post…s’il y en a un… :wink:

Doc : 1, Kong : 0 ?