LA CHUTE DU PRÉSIDENT (Ric Roman Waugh)

Après La Chute de La Maison Blanche et La Chute de Londres, Gerard Butler reprend le rôle de l’agent Mike Banning pour la troisième fois dans Angel has fallen.

DATE DE SORTIE FRANCAISE

28 août 2019

REALISATEUR

Ric Roman Waugh

SCENARISTES

Katrin Benedikt et Robert Mark Kamen

DISTRIBUTION

Gerard Butler, Morgan Freeman, Piper Perabo, Tim Blake Nelson, Nick Nolte…

INFOS

Long métrage américain
Genre : action/thriller
Année de production : 2019

SYNOPSIS

Victime d’un coup monté, Mike Banning, agent des services secrets, est accusé d’être le cerveau d’une tentative d’assassinat envers le président américain, Allan Trumbull. Poursuivi par le FBI, il va devoir combattre pour survivre et trouver l’identité de celui qui menace la vie du président…

C’est la fin, non ?

Ça n’a jamais vraiment commencé.

Gerard Butler :

“We could have just made Tokyo Has Fallen and people would have had a blast, but what else would we have been saying? I’m not just going to turn up; we had to take this in a new direction.”

“It’s the same man in the same position, but it’s a much deeper, darker journey. There’s still huge set pieces and we made sure not to disappoint the fans of the first two, but you’re really inside this character, watching him try to get his sh— together.”

V1_SY1000_SX675_AL

Oh, la tronche sur l’affiche.

Visiblement, aucun cliché ne fait peur à l’équipe de scénaristes.

Jim

Gerard Butler se la joue « j’suis trop vieux pour ces conneries » dans le troisième volet des aventures de l’agent Mike Banning qui s’éloigne de la construction des deux premiers épisodes pour tout piquer cette fois au Fugitif. La distribution ajoute une touche d’excentricité avec Nick Nolte dans le rôle du père ermite et parano du héros et les scènes d’action sont nerveuses (même si certaines sont vraiment too much…mais cette franchise n’a jamais fait dans la dentelle) mais à part cela, c’est la foire aux clichés et aux rebondissements prévisibles (pas besoin de se faire des noeuds au cerveau pour deviner qui sont les responsables du complot).

Les méchants, on les devine tout de suite. Ce qui est pas mal, c’est que d’autres personnages, secondaires, connaissent un sort assez surprenant, relançant la mécanique.
Le personnage central est un peu plus creusé, plus fragile aussi, et l’intrigue est nettement moins basse du front que celles des deux premiers volets (y avait déjà un mieux dans le second…). C’est clairement le moins mauvais des trois films.
J’aime beaucoup le duel final, très western, avec une disparition progressive des éléments environnants pour réduire l’enjeu à un règlement de comptes entre vieux barbouzes.

Jim

Ric Roman Waugh sera de retour derrière la caméra pour le quatrième film de la série, Night has fallen.