LA DERNIÈRE LICORNE (Jules Bass & Arthur Rankin Jr)

the-last-unicorn-poster

REALISATEURS

Jules Bass et Arthur Rankin Jr

SCENARISTE

Peter S. Beagle, d’après son roman

VOIX V.O.

Mia Farrow, Alan Arkin, Jeff Bridges, Christopher Lee, Angela Lansbury, Keenan Wynn…

INFOS

Long métrage américain/britannique/japonais/allemand
Genre : animation/fantasy
Titre original : The Last Unicorn
Année de production : 1982

When the last eagle flies over the last crumbling mountain
And the last lion roars at the last dusty fountain
In the shadow of the forest though she may be old and worn
They will stare unbelieving at the last unicorn.

En écoutant la discussion de deux voyageurs et les élucubrations d’un papillon versé dans les énigmes, une licorne apprend qu’elle est soi-disant la dernière de son espèce, les autres ayant été traquées une par une par le terrible Taureau Rouge. La licorne est déterminée à découvrir la vérité qui se cache derrière les mots du papillon. Elle sera rejointe dans sa quête par Schmendrick, un magicien de seconde zone, et par Molly Grue, une femme entre deux âges qui a toujours rêvé de voir une licorne. Leur voyage les mènera bien loin de la forêt de la licorne, vers le triste royaume du roi Haggard…mais la licorne ne s’attendait certainement pas à être transformée en femme et à ressentir de l’amour envers Lir, le fils adoptif d’Haggard, un souverain qui cache un sombre secret…

Publié en 1968, La Dernière Licorne est l’un des romans les plus connus de l’américain Peter S. Beagle, un écrivain qui a principalement oeuvré dans le genre fantasy (et dont j’avoue n’avoir jamais lu un bouquin). D’après l’auteur, le cinéma s’est vite montré intéressé par le potentiel filmique de son livre, mais le développement a pris du temps car Peter S. Beagle a toujours fermement pensé que l’animation était le seul moyen de porter son histoire sur grand écran.
Entre-temps, Peter S. Beagle était lui-même devenu scénariste et il a notamment eu l’occasion d’écrire le scénario de la première adaptation au cinéma de LA bible de la fantasy, Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien.
Mais si le long métrage animé de Ralph Bakshi ne fut pas vraiment un échec au box-office, l’accueil mitigé qu’il reçut ne poussa pas les producteurs et le distributeur à donner leur feu vert pour une suite et cette version cinématographique demeura inachevée.

Le début des années 80 vit tout de même un regain d’intérêt pour la fantasy et le projet La Dernière Licorne, dont Peter S. Beagle avait lui-même signé le script, put enfin être concrétisé. L’écrivain fut d’abord “horrifié” d’apprendre que le studio choisi pour réaliser le film était celui de Jules Bass et Arthur Rankin Jr, des vétérans de l’animation dont la carrière remonte au début des années 60 (on leur doit, entre autres, un classique de la télévision américaine, Rudolph, le renne au nez rouge). Beagle n’avait peut-être pas apprécié leur version du Hobbit de J.R.R. Tolkien, produite pour la télévision en 1977.
Mais après une rencontre avec les deux hommes, Peter S. Beagle fut séduit par leurs idées et rassuré par leur vision de son histoire.

La Dernière Licorne est une co-production avec le Japon : l’animation a été confiée au studio Topcraft, qui fut ensuite engagé par Hayao Miyazaki pour travailler sur Nausicaä de la Vallée du Vent (après la banqueroute de Topcraft, ses membres principaux ont par la suite rejoint le studio Ghibli). En voyant le résultat final, Peter S. Beagle n’a eu que des compliments sur le travail des animateurs japonais, le jugeant “magnifique” par rapport au Seigneur des Anneaux de Bakshi.
Et il est vrai que le film est absolument éblouissant…les personnages évoluent dans des décors magnifiques, aux couleurs formant une élégante tapisserie, à l’image d’un splendide générique. Les designs sont superbement travaillés, on y retrouve les caractéristiques propres aux productions Rankin & Bass (notamment des monstres bien grotesques), en plus d’une véritable poésie qui se dégage des différents éléments, les plus sombres comme les plus légers, les plus tristes comme les plus enjoués, de cet univers merveilleux.

The_last_unicorn

Le casting vocal U.S. est également assez impressionnant, avec Mia Farrow dans le rôle de la Licorne, Jeff Bridges dans celui du prince Lir, Alan Arkin en Schmendrick, Angela Lansbury en sorcière et le grand Christopher Lee dans le rôle du roi Haggard. Particulièrement attaché au respect du texte original, Christopher Lee se rendait à ses séances d’enregistrement le livre sous le bras, afin que ses dialogues soient le plus proche possible des écrits de Peter S. Beagle.

La Dernière Licorne est bercé par la musique du chanteur, compositeur et interprète Jimmy Webb, qui a aussi composé plusieurs titres interprétés par le groupe de folk-rock America. Si ces chansons s’accordent bien avec le ton du long métrage, il n’en est pas de même pour celles chantées par les héros, numéros musicaux certainement inspirés par le modèle Disneyen mais qui se révèlent ici peu convaincants et n’apportant surtout rien à la narration.

Malgré cette note négative, La Dernière Licorne est un conte élégiaque beau et touchant, visuellement riche et d’une grande puissance émotionnelle…et qui ne rencontra pas le succès lors de sa sortie dans les salles américaines en 1982. Les français durent quant à eux patienter longtemps pour le découvrir puisqu’il sortit à la sauvette trois ans plus tard, en décembre 1985 !

When the first breath of winter through the flowers is icing
And you look to the north and a pale moon is rising
And it seems like all is dying and would leave the world to mourn
In the distance hear the laughter of the last unicorn

I’m alive, I’m alive

Pour ceux qui ne connaitraient pas ce dessin animé, ne vous laissez pas avoir par le titre ou l’affiche du film qui semble donner l’impression d’un dessin animé pour jeune fille.
L’univers de ce dessin animé et extrêmement sombre et parfois même un peu glauque, mais en tout cas il mérite d’être vu malgrè l’animation qui semble avoir prit un coup de vieux à notre époque. ^^

Ce film est trop triste oui… j’ai encore la vhs chez mes parents.

Je ne connaissais pas du tout, cela me chatouille…!

je connaissais pas et je vais de ce pas aller le regarder :slight_smile:

Un très bon souvenir.

Vu dans ''Ciné Furax",sur Canal J.

L’auteur - et d’autres - sont présentement dans une lutte légale parce qu’ils se sont fait abuser. Je m’excuse d’avance si je n’ai pas le droit de dire ça ici, mais svp, encouragez-le, ou au moins soyez au courant de ce qui se passe. Je ne posterai pas de lien pour être sûre mais si vous parlez anglais il y a plein d’infos sur internet.

Il y a en effet un conflit sur les droits (problèmes de droit qui ont eu un impact sur le projet de remake live qui est maintenant au point mort). En 2005, Peter S. Beagle n’avait rien touché sur les recettes des VHS et des DVD. Sur ce dernier point, il paraît qu’un arrangement aurait depuis été trouvé, mais je n’ai pas tous les détails…

C’est l’un des plus beau anime que je connaisse. Plus je le regarde et plus je l’aime. De plus la musique est magnifique. C’est à voir absolument!