LA HONTE ET L'OUBLI t.1-2 (Gregorio Muro Harriet / Alex Macho)

9782344024485-001-T

La Honte et l’oubli - Tome 1

Le Désastre

Quand un paradis prend des allures d’enfer

Manille, 1897. Pour venir en aide à son père ruiné par un accident du sort, José part faire son service militaire aux îles Philippines. Un an plus tard, c’est Félix, son cadet, qui débarque à son tour à Manille. Mais alors que la guerre éclate entre l’Espagne et les États-Unis, l’archipel se retrouve pris en étau entre ces deux puissances souverainistes et les guérilleros indépendantistes philippins. Pour le moment encore séparés, nos deux frères risquent bien de célébrer leurs retrouvailles aux prises avec les tourments de l’Histoire…

Née suite au conflit hispano-américain de 1898, l’insurrection philippine réprimée par l’armée américaine fit, en l’espace de 3 ans, plus d’un million de morts civils. À travers cette nouvelle série au souffle romanesque, les auteurs décident de nous replonger au cœur de cet épisode incroyablement méconnu de l’histoire, que l’Amérique aurait préféré oublier.

Scénariste

Gregorio Muro Harriet

Dessinateur

Alejandro Macho Andrès

Numéro de Tome:

1

Parution :

02.05.2019

Collection :

24X32 (Glénat BD)

Thèmes:

Histoire

Action et aventures

9782344036556-001-T

La Honte et l’oubli - Tome 2

Génocide

Quand un paradis prend des allures d’enfer

Manille, 1897. Pour venir en aide à son père ruiné par un accident du sort, José part faire son service militaire aux îles Philippines. Un an plus tard, c’est Félix, son cadet, qui débarque à son tour à Manille. Mais alors que la guerre éclate entre l’Espagne et les États-Unis, l’archipel se retrouve pris en étau entre ces deux puissances souverainistes et les guérilleros indépendantistes philippins. Pour le moment encore séparés, nos deux frères risquent bien de célébrer leurs retrouvailles aux prises avec les tourments de l’Histoire…

Née suite au conflit hispano-américain de 1898, l’insurrection philippine réprimée par l’armée américaine fit, en l’espace de 3 ans, plus d’un million de morts civils. À travers cette nouvelle série au souffle romanesque, les auteurs décident de nous replonger au cœur de cet épisode incroyablement méconnu de l’histoire, que l’Amérique aurait préféré oublier.

Scénariste

Gregorio Muro Harriet

Dessinateur

Alex Macho

Numéro de Tome:

2

Parution :

30.10.2019

Collection :

24X32 (Glénat BD)

Vingt-sixième livraison de la newsletter de Glénat, « spécial confinement », donnant la parole au tandem Gregorio Muro Harriet et Alex Macho :

Alex, Gregorio, quelle est votre actualité ?
En ce moment, avec la collaboration de notre éditeur, nous avons commencé la réalisation de notre prochain album : « Féroce », un thriller écologique, inspiré de faits réels qui se sont déroulés dans le kraï du Primorié, une région qui se situe au sud de l’extrême-orient russe. L’histoire traite de la déforestation des forêts sibériennes et met en avant une confrontation sanglante entre la mafia forestière russo-chinoise et un groupe d’environnementalistes qui veut faire un film documentaire, pour dénoncer leurs pratiques. Mais soudain, au milieu de ce conflit, la nature elle-même entre en collision, avec des conséquences imprévisibles et dévastatrices pour les deux parties.
Je me souviens qu’au début de l’année, avec Philippe HAURI, nous réfléchissions à une accroche qui définirait conceptuellement l’histoire, et nous nous sommes mis d’accord sur la suivante : « Quand la nature se déchaîne, personne n’est à l’abri ».
Une phrase qui est malheureusement devenue prophétique.

Comment se passe votre confinement en Espagne ?
Gregorio: En février dernier, nous avons commencé notre nouveau travail : Féroce. J’avais envoyé à Alex et Garluk (le coloriste) les premières pages du scénario. Comme à d’autres occasions, nous avons décidé de tenir une réunion de travail pour définir et unifier les critères. La réunion a eu lieu le 13 mars. Ensuite, nous sommes allés manger ensemble dans un restaurant. C’était mon dernier acte social, en personne. Et la dernière fois que je suis entré dans un restaurant. Le 14 mars, l’état d’alerte et d’enfermement en Espagne a été décrété.
Je vis à Urnieta, une petite ville de 6000 habitants, située tout près de la ville de Saint-Sébastien. Pays Basque, à 120 kilomètres de l’endroit où vit Alex (Bilbao) et à 30 kilomètres d’Hendaye (France) où vit Garluk, et où heureusement il n’y a eu que très peu de personnes infectées jusqu’à présent.
Au début, l’enfermement ne m’a pas affecté. En raison de ma profession, je suis habitué à de longues périodes d’isolement. Je vis également dans une maison séparée avec un jardin et je peux sortir pour prendre l’air quand j’en ai besoin.
En ce qui concerne l’exercice physique, pour rester en forme, je compte sur la disposition physique de ma maison et sur la loi de Murphy (ma maison a 4 étages, le studio est à l’étage dans le grenier et à cause de la loi de Murphy, chaque fois que j’ai besoin de quelque chose, c’est toujours à un autre étage).
C’est-à-dire que je fais exactement l’exercice que je veux, le travail que j’aime, je lis des livres, des BD et je regarde des séries et des films sur des plateformes. Ce qui me manque le plus, c’est de me retrouver avec des amis pour discuter et boire des vins et manger des « pintxos » (tapas) dans un bar.
Alex : Comme Gregorio, on pourrait aussi dire que mon dernier acte social avant l’enfermement a été cette réunion avec mes collègues pour se concentrer sur le travail de notre nouveau projet.
Puis sont venus quelques jours de stress et d’inquiétude quant à l’état d’alerte. Elena (ma partenaire) était en voyage d’affaires et bien que son retour ait été quelque peu compliqué par les restrictions de vol, elle a finalement pu rentrer chez elle. Aujourd’hui, nous faisons face ensemble à ces étranges jours d’incertitude face à un virus qui a mis à l’épreuve la planète entière.
Nous vivons à Bilbao, tout près du centre historique de la ville, dans un endroit entouré de montagnes et heureusement mon petit appartement donne sur une colline verte et arborée, où le chant des oiseaux rend plus agréable le strict confinement auquel nous sommes soumis ici.
Notre enfermement ne nous permet de sortir que pour des raisons de force majeure et le sport n’en est pas une. C’est l’une des choses qui me manquent le plus, courir dans les parcs et les montagnes pour recharger les batteries et décharger l’adrénaline dans la nature chaque fois que je le peux. Je le remplace donc par un peu de gymnastique de base à la maison, en attendant un retour rapide à la normale pour pouvoir faire tout ce qui nous fait nous sentir mieux et plus humains, même si je suppose que ce sera un processus lent.

Dans quelles mesures cela vous affecte-t-il ?
Gregorio : Au début, j’ai eu le sentiment de vivre quelque chose d’irréel. Je me concentrais sur l’écriture d’une nouvelle histoire qui me passionnait. À la télévision, j’ai vu le nombre de personnes infectées et de morts, mais au début, même si je comprenais que c’était grave, je ne voyais que des chiffres. J’ai aussi vu des gens sur les balcons faire des choses drôles et ingénieuses, alors tout cela semblait être un jeu, macabre, mais un jeu. Mais soudain, j’ai reçu la nouvelle, d’abord de l’infection, puis de la mort, de mon ami Juan Giménez. Cela m’a mis en face le visage, l’humanité et la douleur de ces chiffres terribles.
Par la suite, le dur affrontement avec la réalité s’est accru. Davantage d’amis et de collègues infectés, le décès de la mère d’un autre ami, etc.
En ce qui concerne le travail, certains des projets audiovisuels auxquels je collabore également ont été reportés à l’année prochaine, et sans aucune garantie qu’ils finiront par être réalisés. Quant à l’écriture sur laquelle je m’étais concentré, elle ne s’est pas arrêtée, car c’est mon refuge, mais elle a progressivement ralenti dans la même proportion que s’est accrue ma conscience de la dure réalité qui nous touche tous en tant que société.
Mais ce n’est pas le moment d’abandonner. Nous devons continuer à avancer, chacun faisant ce qu’il sait et ce qu’il peut, mais toujours dans un esprit de solidarité pour éviter, autant que possible, que dans cette crise qui nous touche tous, personne ne soit laissé à son propre sort.
Alex : Grâce à notre travail et à ma façon d’être, les deux premières semaines, je ne me suis pas senti mal à l’aise avec l’isolement malgré l’étrange et déconcertante réalité que nous vivions. Je pouvais continuer à travailler normalement et me concentrer encore plus sur notre nouveau projet. Heureusement, entrer dans « Féroce » me donne de l’inspiration et de la force.
Mais au fur et à mesure que les heures, les jours et les premières semaines passent, tout commence à peser un peu plus. Ne pas pouvoir sortir de temps en temps pour déjeuner, dîner ou prendre un verre avec des amis, s’amuser sur ma moto, courir dans les montagnes ou simplement serrer dans mes bras les personnes que je veux, m’affecte plus que je ne le pensais et surtout, assimiler la triste nouvelle de la pandémie mondiale et même personnelle, qui touche les amis et la famille pour la santé ou le travail, rend la concentration et le quotidien plus difficiles.
J’espère que tout ça finira bientôt. En attendant, je vais profiter de ces jours pour aller de l’avant avec ce nouveau projet passionnant, en partageant les heures de confinement avec Elena, son télétravail, quelques appels vidéo avec des amis, de la famille et des collègues …
Et même si je suis conscient de la nouvelle réalité qui nous attend, je reste optimiste et je sais que bientôt tout va reprendre son cours. Pour l’instant, nous allons faire ce que nous faisons le mieux, c’est-à-dire créer.

En savoir plus sur Gregorio MURO HARRIET cliquez ici et sur Alex MACHO, cliquez ici.

Un petit aperçu en avant-première de ce que sera FEROCE :

ça a l’air joli, dis donc !

À suivre ici.

Jim