LA LIGUE DES ÉCRIVAINES EXTRAORDINAIRES : LA RELÈVE (Les Saisons de l’Étrange)

Des écrivaines incroyables combattent le mal. Après la Ligue des écrivaines extraordinaires, voici la relève. Trois femmes formidables affronteront des entités maléfiques dans trois romans indépendants. Le monde est en danger, et elles sont prêtes à le défendre !

Trois romans écrits par trois écrivaines, fortes plumes dignes de leurs aieules héroïques :

  • Laurianne Gourrier
  • Sushina Lagouje
  • George Spad

Une collection dirigée par Christine Luce (déjà responsable de deux anthologies : Bestiaire humain et SOS Terre et Mer), sous l’inexorable supervision de Démona, la cousine d’enfer du Maître de l’étrange (prudent, celui-ci a préféré se tenir loin de cette sinistre affaire).

Inspirés des pulps d’antan, des comics d’aujourd’hui, des séries B, des récits d’aventure et des histoires d’horreur, ces trois courts romans sont en cours d’écriture, déjà achevés, ou en relecture… Il n’appartient qu’à vous, lectrices & lecteurs de l’étrange, de contribuer, et ainsi défier les forces maléfiques en donnant vie au combat de ces glorieuses nouvelles agentes de la Ligue.

Nul besoin d’avoir lu la Ligue précédente pour profiter de la relève : comme ses héroïnes, chaque roman n’a besoin de personne pour se dresser contre le mal.

Sushina Lagouje VIRGINIA WOOLF Sushina Lagouje A louer : VIRGINIA WOOLF Chambre d'hotel en LES DE avec vue sur Yuggoth.

L’étrange histoire : Virginia est folle, son mari, sa famille, ses amis en sont tous convaincus. Elle aussi. Quand elle s’échappe pourtant de la maison de santé censée la soigner, elle rejoint la côte de Cornouailles où elle vécut heureuse. Hélas, un homme en noir la poursuit dans ses cauchemars éveillés et la précipite vers sa perte. C’était sans compter sur l’intervention de sa nouvelle dame de compagnie prête à l’action pour conserver son poste, que l’adversaire soit indicible ou non. Sarah n’hésitera pas à donner de sa personne afin de sauver sa patronne, et à la convaincre qu’elle est tout à fait saine d’esprit dans ce monde où rôde le mal, car Virginia seule peut l’anéantir.

L’étrange histoire : Quand Selma profite d’un congé octroyé par le pensionnat qui l’emploie, la mort affreuse d’un braconnier gâche les retrouvailles dans la maison familiale. Elle soupçonne immédiatement une origine inhumaine au crime, et la disparition de tante Maga, détentrice des secrets des peuples invisibles, n’en paraît que davantage inquiétante. En l’absence de son mentor qui lui révéla ses propres perceptions extraordinaires, Selma se résout à élucider le meurtre avec pour seule aide la présence embarrassante de Hepti, l’avorton de pierre. Une mission impossible lorsqu’elle comprend que l’appât du gain des hommes a rompu le pacte de paix avec les trolls. Impossible ? Pour une autre qu’elle, peut-être, mais ni sa hanche amoindrie ni sa condition féminine ne l’empêcheront d’affronter chasseurs et trolls pour éviter le désastre.

L’étrange histoire : La Grande Guerre fait rage, le conflit mondial déchaîne les puissances industrielles et donne naissance aux technologies meurtrières de masse, la mort scientifique s’abat sur les champs de bataille. La jeune Renée a fui Avignon, sa famille et son éducation religieuse pour devenir journaliste. Dans l’enfer du nord de la France, alors qu’elle enquête sur les horreurs de la guerre, elle découvre pire encore que le char d’assaut ou le gaz moutarde : les soldats mutants. La future écrivaine aux cent pseudonymes ne renonce pourtant pas à sa vocation, décidée à convaincre sinon le monde, au moins les volontés farouches qui l’aideront à repousser la menace d’extinction.

Quelqu’un a lu ou entendu parler de la première mouture ?

J’avais vu passer l’info sur le bouquin de Marianne Ciaudo (qu’Alex et moi connaissons depuis longtemps, pour l’avoir croisée dans la nébuleuse Semic, notamment), mais je n’avais pas bien suivi l’affaire. Merci d’avoir apporté toutes ces précisions.

Jim

Le concept est sympa.

Selma Lagerlöf contre les trolls, un pulp en Suède, par Laurianne Gourrier

Bonjour à toutes et tous,

Je profite d’une brève absence de Démona pour vous parler de Selma Lagerlöf contre les trolls , une histoire secrète écrite par Laurianne Gourrier.

Laurianne vous emportera sur les traces des peuples invisibles à l’œil du commun des mortels. Un pacte antédiluvien les lie pourtant à l’humanité, une paix sur laquelle veillent celles et ceux qui les voient comme Selma, initiée par la sage Maga. Quelques hommes avides d’argent le rompront par ignorance et il faudra bien que la future lauréate du prix Nobel, mandatée par la Ligue des écrivaines extraordinaires, se lance à la poursuite des trolls en fureur à travers la Suède.

Des forêts montagneuses près du manoir Mårbacka aux faubourgs citadins de Mariestad, sur les eaux du grand lac Varnen, vous entamerez un voyage mouvementé en compagnie de Selma et de l’étonnant Heptifili. Vous vivrez un récit d’action avec Louisa l’intellectuelle curieuse et Sigurd le tailleur de pierre, et bien d’autres rencontres. En chemin, vous croiserez l’amitié, les moments de bravoure, les énigmes et les drames, et vous entrerez dans l’univers des trolls, des tomtes et de tous les petits peuples si proches et pourtant méconnus… Un pulp fantastique !

Je vous propose de découvrir dès aujourd’hui le point de départ de l’incroyable menace qui pesa sur notre monde, Mårbacka, et un extrait du roman, Selma Lagerlöf contre les trolls .

Et n’oubliez pas que nous comptons sur votre aide pour diffuser ce projet dépourvu d’assistance publicitaire. Soutenez notre financement participatif en partageant le programme, les news ou nos réclames sur les réseaux sociaux : vous êtes notre seule ambassade pour faire connaître les pulps de la Ligue des écrivaines extraordinaires et leurs nouvelles autrices.
Merci et à bientôt… peut-être, j’entends le rire de Démona.

Christine Luce


Selma Lagerlöf naquit dans le comté de Värmland à Mårbacka, le manoir familial auquel elle demeura attachée toute sa vie. Enfant, elle souffrit d’une infirmité qui l’empêcha d’abord de marcher, mais lui donna la passion de la lecture et des contes oraux. Malgré sa « mauvaise hanche », elle devint institutrice dans une école de filles au sud de la Suède, mais les congés la ramenaient à son cher Mårbacka, tel qu’il apparaît sur la photographie. C’est ici que la pire et meilleure aventure lui arriva, extraordinaire, peut-être celle qui déclencha sa vocation d’écrivaine. Laurianne Gourrier a recueilli ses souvenirs pour vous en narrer les péripéties, quand Selma affronta les trolls.

Selma Lagerlöf contre les trolls , un extrait :

« Inge avait connu une fin atroce , le braconnier qui l’avait découvert hurlait toujours dans son sommeil, hanté par des cauchemars à base de sang, de viscères et de monstres inconnus. Quand Per et quelques hommes courageux du village étaient venus chercher ses restes, le prêtre qui les accompagnait avait reconnu Inge grâce à une vieille cicatrice sur un fragment de main, une identification confirmée par les quelques morceaux de fusil et de tissus éparpillés.

Aucun homme n’avait la force d’un tel massacre. Les ours et les loups ne s’acharnaient pas ainsi. L’idée née sur le chemin s’imposait peu à peu, obsédante et inacceptable : seul un troll pouvait broyer à ce point un corps humain. Pour avoir vu Heptifili jouer avec des mulots ou des oiseaux, elle imaginait parfaitement la scène, et, le cœur au bord des lèvres, se détourna pour ne plus voir les taches brunes sur les pierres, taches dont elle comprenait trop bien la nature.

Hepti la ramena à la réalité en se cachant sous ses jupons. Cette fois encore, il se montrait réconfortant, et elle le ramassa avec gratitude. Il s’assit dans sa paume, franchement renfrogné, et croisa ce qui lui tenait lieu de bras.

— Tu n’en profites pas pour gambader aujourd’hui. Le sang ne te dérange pourtant pas.

Elle se releva et approcha des rochers fendus, vers lesquels elle tendit la main. À une vitesse insoupçonnable, le troll remonta le long de son bras pour aller se percher sur son épaule, tenta de se réfugier dans ses cheveux, bascula sur le sol, et fila sous sa jupe, avant d’écraser son pied pour s’accrocher solidement à sa cheville.

Elle alla l’y dénicher et l’éleva à hauteur de son visage, fermement maintenu par la taille, faute de pouvoir le saisir par la peau du cou.

— De plus en plus intéressant. Il y a du troll, là-dessous ?

Il se recroquevilla, frondeur. Bien sûr, les trolls sont « là-dessous », puisqu’ils sont sous terre. »

(43%)

53%, soit restant moins de 4000 … Ça avance