LA MÉMOIRE DANS LES POCHES t.1-3 (Luc Brunschwig / Étienne Le Roux)

Discutez de La mémoire dans les poches

J’avais lu le premier tome il y a quelques années. Le troisième et dernier s’était fait attendre (presque huit ans, je crois), et j’ai profité de la réunion des trois volets pour reprendre la lecture.

MemoireDansLesPoches1-cover

C’est magnifique. C’est pétri de sentiments (pas toujours bons, au demeurant), c’est d’une humanité vibrante, et graphiquement, c’est très vivant. Néanmoins, les trois albums sont étalés sur quelque douze ou treize ans, et on sent bien l’évolution, inévitable, du dessin d’Étienne Le Roux. Ce n’est pas un défaut, mais ça joue en faveur d’une certaine disparité graphique. D’autant que le lettrage a également évolué, et que les couleurs du deuxième tome n’ont pas été réalisées par le dessinateur, ce qui se ressent un peu.
Pour ma part, c’est le premier tome le plus beau.

MemoireDansLesPoches-pagebar

L’histoire commence alors qu’un vieux monsieur se retrouve dans un bar avec un nourrisson. La situation semblant louche, les habitués du troquet lui demande de quoi il retourne, et le bonhomme débite un récit parlant d’immigration, d’intégration, de mariage forcée, de vie de banlieue, avec les multiples luttes pour la survie qui sont liées à des situations de ce genre. La dimension humaine est palpable, et le récit est touchant.

Les deux autres chapitres sont consacrés à Laurent, le fils du vieux monsieur, parti à la recherche de son père et découvrant les trésors d’inventivité que ce dernier a déployés afin d’aider la mère du nourrisson, puis à Sidoine, le vieux monsieur en question, qui continue à s’occuper de l’enfant tout en retournant sur les lieux de sa jeunesse, meurtrie par les exactions des nazis.

Les trois volets pourraient presque se lire séparément. Ils composent une grande histoire, certes, mais ils ont chacun leur unité graphique et leur tonalité propre. Chacun à sa manière entame et clôt un aspect du récit, et offre son lot de scènes émouvantes. Quant à la construction, avec une finesse d’amorce entre les scènes du passé et celles du présent, elle emprunte bien entendu à Alan Moore, toujours présent dans les travaux de Brunschwig, mais en sublimant ses techniques. Le scénariste excelle par exemple suggérer une voix sans réellement l’écrire sur la page. C’est élégant et bien ficelé.

Une petite merveille.

Jim

Intégrale.

518V0BafdUL

Petits mensonges, discrets arrangements, et autres secrets de famille… C’est le récit d’une famille apparemment sans histoire, et c’est certainement le récit le plus intimiste de Luc Brunschwig. Le plus personnel aussi. Construit à travers le regard de chacun des trois personnages principaux, le récit place résolument le lecteur au cœur même de leurs vécus, de leurs choix, de leurs fragilités, de leurs impasses, de leurs fuites… Luc Brunschwig lève le voile sur les secrets de cette famille jusqu’au dénouement final, qui restera dans la mémoire de tous ses lecteurs !

  • Album : 240 pages
  • Editeur : Futuropolis (6 novembre 2019)
  • Collection : Albums
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2754829172
  • ISBN-13 : 978-2754829175
  • Dimensions du produit : 29,7 x 2,4 x 22 cm