LA VILLE FANTÔME (Mack V. Wright)

11294579_ori

REALISATEUR

Mack V. Wright

SCENARISTE

Joseph F. Poland

DISTRIBUTION

John Wayne, Phyllis Fraser, Lew Kelly, Douglas Cosgrove…

INFOS

Long métrage américain
Genre : western
Titre original : Winds of the Wasteland
Année de production : 1936

L’arrivée du télégraphe a signé la fin des affaires pour le Pony Express. Sans emploi, les cavaliers John Blair et Larry Adams décident d’utiliser leurs économies pour racheter une ligne de diligence. Mais ils se font escroquer par le businessman Cal Adams et découvrent que la dite ligne ne vaut rien car elle n’aboutit qu’à Crescent City, une ville désertée qui ne compte que deux habitants : le maire et le médecin. Mais les deux hommes ne se démontent pas et sont bien décidés à ramener la vie à Crescent City…et la prime de 25.000 dollars accordés par le gouvernement à une course de diligences pourrait bien les y aider…

Avant de devenir la star que l’on connaît grâce à sa rencontre avec John Ford qui lui a offert l’un des rôles principaux de La Chevauchée Fantastique, John Wayne avait déjà une cinquantaine de films au compteur (en 13 ans de carrière), dont plus de 30 westerns. Après 4 ans de figuration, Marion Robert Morrison fut remarqué par le réalisateur Raoul Walsh (Le Voleur de Bagdad) alors qu’il arrondissait ses fins de mois en travaillant au département accessoires de la Fox. Walsh fit de lui la vedette de sa grosse production La Piste des Géants (et participa également à la création de son nouveau patronyme, John Wayne). Le film fut un échec commercial mais Wayne fut repéré par des studios de la Poverty Row comme Republic et Monogram Pictures et passa ensuite l’essentiel des années 30 à enchaîner les quickies, ces séries B fauchées dont la durée ne dépassait les 60 minutes.

winds

S’il a fini par en avoir un peu assez (et un peu honte aussi) de ces productions cheap et formatées, le Duke se rappela des années plus tard de cette période en ces termes : « D’avril à septembre on travaillait comme des dingues pour fournir de la pellicule aux petites salles qui achetaient la production en bloc et d’avance. Puis, à la fin de l’été, je filais chasser la palombe. Ensuite c’était la saison des oies sauvages et des canards. Oui, c’était le bon temps. »

Winds of the Wasteland (La Ville Fantôme en V.F.) fait partie des 7 films que John Wayne tourna en 1936. L’histoire est très classique et les personnages sont réduits à leur fonction principale au sein de l’histoire (le héros au grand coeur, le faire-valoir comique, le grand méchant…). Pas vraiment de caractérisation, plutôt des clichés ambulants.
À l’Ouest rien de nouveau donc, mais le quickie de Mack V. Wright (acteur/cascadeur/réalisateur/scénariste/producteur/monteur ayant oeuvré principalement dans le genre qui nous intéresse ici) demeure un petit western de série B mené sur un rythme alerte, entre gunfights, bagarres de rue et intermèdes humoristiques, et qui se termine par le clou du spectacle, une palpitante course de diligences.
Bref, une pelloche qui fonctionne sur des recettes déjà très éprouvées mais qui permet tout de même de passer une heure tout à fait divertissante…