LAND OF NO TEARS / THE HUMAN ZOO (Pat Mills, Malcolm Shaw / Guy Peeters)

Jinty Volume One: The Human Zoo & The Land of No Tears

image

image

A luxury treasury collection featuring stories from the bestselling British girl comics phenomenon restored and remastered for the first time! Whilst undergoing surgery on her lame leg, Cassy Shaw is transported into a dystopian future in which people with genetic defects are regarded as second class citizens. Unable to accept such objectionable discrimination, Cassy attempts to rally her peers (the Gamma girls) into beating the Alpha girls in several sporting events. Can she win the Golden Girl award and prove herself an equal? Twin sisters Shona and Jenny are kidnapped along with their classmates by a superior race of telepathic aliens. Brought back to the aliens home planet, Shona and some other human captives are kept in cages where they are treated and displayed like animals, while Jenny is sold to another owner. Will the twins ever be able to reunite and escape by to Earth?

image

image

image

  • Éditeur ‏ : ‎ Rebellion; 1er édition (28 juin 2018)
  • Langue ‏ : ‎ Anglais
  • Broché ‏ : ‎ 112 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 1781086249
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-1781086247
  • Poids de l’article ‏ : ‎ 280 g
  • Dimensions ‏ : ‎ 21 x 0.9 x 27.6 cm

Pat Mills is the creator and first editor of 2000AD. For the Galaxy’s Greatest Comic, he is the writer and co-creator of ABC Warriors, Finn, Flesh, Nemesis the Warlock and Slaine. He also developed Judge Dredd and helped write one of the early Dredd serials, The Cursed Earth.

J’ai donc lu « Land of no tears », première série reprise dans le recueil de 2018 (grand format, couverture souple, pour mon exemplaire). Et c’est très sympa.

image

Ainsi que le dit Pat Mills dans son introduction, les séries publiées dans les revues de science-fiction destinées aux jeunes filles faisaient la part belle à l’émotion, à l’expression des sentiments. Et le scénariste, auteur de la bande, jouera donc à fond de ce ressort.

image

La jeune Cassy Shaw souffre d’un handicap, une jambe plus courte que l’autre. Elle profite de ce désavantage pour s’attirer les bonnes grâces d’un peu tout le monde (l’épicier qui lui offre un paquet de bonbons, l’institutrice qui ferme les yeux sur ses retards fréquents…) jusqu’à ce que l’hôpital débloque une date pour l’opération. Elle n’est guère ravie, mais elle se soumet au calendrier. Hélas, elle fait une complication sur le billard et tombe dans le coma. C’est alors que son esprit est projeté dans le futur, un futur inquiétant et eugéniste où les hôpitaux ont été rasés puisque plus personne ne tombe malade. Mais dans ce monde, les handicapés sont des citoyens de seconde zone, des « gammas », alors que les « alphas » ont tous les droits. Cassy n’est donc plus en position de force.

image

Devant s’adapter à sa nouvelle condition, Cassy apprend assez vite à jouer sur le système : si une « alpha » la brutalise, elle lui rétorque qu’elle risque de se salir à la toucher ainsi. Et puisque les émotions sont prohibées (pleurer est interdit, c’est le « pays sans larmes »), elle cherche à provoquer la colère des citoyens de premier ordre afin de prouver qu’ils ne sont pas meilleurs. L’intrigue tournera autour d’une compétition sportive et des manigances de la rusée héroïne pour inscrire son groupe. Mais bien sûr, ça va mal tourner quand le système informatique de ce monde futuriste se rendra compte que Cassy n’a pas d’existence légale.

image

Derrière le récit pour un jeune public, on retrouve la ruse et la rouerie de Pat Mills (dont, personnellement, j’aime beaucoup les premiers travaux : je le trouve plus limpide, plus fluide et moins abscons que dans certaines de ses réalisations plus connues, où les ellipses sont souvent nombreuses et envahissantes voire malvenues). Mais on identifie également ses obsessions d’auteurs. Chez Mills, ceux qui prônent la tolérance sont souvent intolérants, ceux qui dénoncent la corruption sont souvent corrompus… Bref, c’est un auteur qui pointe du doigt l’hypocrisie. On retrouve tout ça dans « Land of no tears », un monde d’exclusion et de domination.

Le dessin de Guy Peeters, que je découvre, est classique, très matiéré, fait pour une édition en noir & blanc. Ses compositions sont denses, parfois au détriment du sens de lecture, mais toujours agréable. Classique, sans éclat, mais au service de la narration.
On pourra peut-être reprocher à la série de privilégier l’intrigue de la compétition en laissant de côté certaines idées du début (la maison de Cassie convertie en musée du XXe siècle) et une fin assez abrupte et téléphonée (Cassie sort de son coma, l’opération s’est bien déroulée, et elle conserve une preuve de son voyage dans le temps, qui n’était pas qu’un rêve…), mais la série vaut pour le témoignage historique autour des débuts de carrière d’un auteur important et pour la vision angoissante d’une Angleterre aux mauvais penchants.

Jim

Déjà en 1977, on savait qu’on serait tous fichés informatiquement…

En tout cas, ton billet donne envie de se pencher là-dessus.
Il y a d’autres tomes, dans cette collection, ou ils n’ont sorti que celui-là ?

Tori.

Bon, c’est un truc répondant au look de l’époque, plein de clignotants, qu’on imagine faire bidibidi et s’exprimer avec une voix éraillée et saccadée, et qui met plusieurs cases à rendre son verdict, mais ouais, on a déjà l’idée d’une machine qui gère la paperasse… Kolossale erreur !

Je n’en connais que deux, l’autre étant Fran of the Flood, dont je vais entamer la lecture bientôt. Mais je n’ai pas cherché bien loin, hein. Je suis sûr que la collection « Treasury of British Comics » contient plein d’autres choses.

Jim

Ah, oui, ils n’ont pas tout à fait la même présentation, mais il est effectivement indiqué « from the pages of Jinty ».

Tori.