L'AS DE PIQUE t.1-3 (Éric Corbeyran / Richard Guérineau)

Discutez de L’as de pique

Avant de connaître le succès avec Le Chant des Stryges, le tandem Corbeyran / Guérineau s’était illustré sur une série en trois tomes, L’As de Pique. Dargaud publiera les trois albums en couleurs, et Delcourt proposera une réédition en noir et blanc, dans la petite mais jolie collection “Encrage”, qui propose bien souvent des intégrales permettant de savourer le trait des dessinateurs.

AsDePique1-couv

Arthur de la Gravière est un as de l’aviation. Vétéran de la première guerre mondiale, il est ressorti du conflit avec une sévère dépression et son cortège de fantômes, ce qui le conduit à noyer son malaise dans l’alcool. Plutôt le whisky, d’ailleurs, même si cet aristocrate dispose de vignes qui fournissent depuis des générations un cru renommé.

AsDePique1-planche

Le premier tome nous présente le héros, son fidèle mécanicien, son oncle inventeur farfelu d’un propulseur convoité par de méchants espions, et une jolie journaliste, débrouillarde et bagarreuse, qui cache bien son jeu.

AsdePique

Si l’intrigue évoque le Rocketeer de Dave Stevens, ce n’est sans doute pas innocent. Les situations utilisent l’action non stop et alignent les dialogues amusants et les réparties cinglantes. C’est plutôt bien troussé.

AsDePique2-couv

Le deuxième tome plonge le pilote dans le milieu aristocratique de son époque, au milieu des riches, des parvenus, des désœuvrés et des amateurs d’occultisme. On y parle de meurtre irrésolu, de spectres, d’invocation, et Arthur chasse sa mélancolie en traquant le mystère. Poursuites, apparitions, morts suspectes, pour un récit qui, en partie, reste irrésolu, même si le versant policier est mené à son terme.

AsDePique2-planche

Chose étrange, en revanche, le pilote est absent de l’intrigue : on n’y voit pas un avion ni une voltige, comme si la série essayait d’explorer d’autres possibilités… ou que les auteurs avaient un peu perdu de vie le postulat de base.

AsDePique3-couv

Le troisième tome rattrape cela, en emmenant Arthur de la Gravière à Hollywood, l’as du manche devant servir de doublure à Clark Gable dans le cadre du tournage d’un film sur un vétéran du conflit mondial. Le héros renoue donc avec son milieu (en tout cas celui qui a été présenté dans le premier tome), et se lance dans une énigme qui lui permettra de passer le temps.

AsDePique3-planche

Pour la partie graphique, Guérineau propose une approche plus caricaturale que dans Le Chant des Stryges, brossant des portraits assez amusant. Il pousse peut-être un peu loin le bouchon dans le troisième tome, où des personnages dessinés à la sauce comique côtoient des protagonistes à l’allure plus réaliste. Le contraste est un peu déstabilisant, et semble peu justifié. L’équilibre est mieux atteint dans les deux premiers tomes.

AsDePique-Integralecouv

L’intégrale chez Delcourt permet de redécouvrir le trait, et notamment la qualité d’encrage, qui emprunte encore un peu aux techniques de Jijé et Giraud (la couverture, à ce titre, est frappante), tout en développant petit à petit le style qu’on connaît aujourd’hui.

Une série d’aventure qui mérite la redécouverte : légère, enlevée, elle est tout ce qu’il a de plus distrayant.

Jim