LES BÊTES DU SUD SAUVAGE (Behn Zeitlin)

[quote]DATE DE SORTIE PREVUE

27 juin 2012 (USA)
12 décembre 2012 (France)

REALISATEUR

Behn Zeitlin

SCENARISTE

Lucy Alibar et Behn Zeitlin

DISTRIBUTION

Quvenzhané Wallis, Dwight Henry, Levy Easterly…

INFOS

Long métrage américain
Genre : drame
Titre original : Beasts of the southern wild
Année de production : 2012

SYNOPSIS

La vie de la petite Hushpuppy, 6 ans, est radicalement transformée quand son père est victime d’une étrange maladie. Son petit monde subit alors un déclin brutal. La hausse des températures entraîne une montée des eaux et libère des créatures préhistoriques, les aurochs. L’enfant décide alors de quitter sa petite communauté et de partir seule à la recherche de sa mère…
[/quote]

https://www.youtube.com/watch?v=ZF7i2n5NXLo

Vu le succès critique invraisemblable que rencontre le film (et de tous les côtés : mags spécialisés comme revues plus généralistes), et l’approche mi-“La Nuit du Chasseur” (pour le récit initiatique enfantin) / mi-Malick (pour le rapport à la nature) qui semble privilégiée par Zeitlin, je crois que je vais me laisser tenter par ce film, apparemment fort singulier…

Un film très singulier, oui. Autant conte de fée cruel (avec une petite princesse aux rêves plein la tête qui vit dans son petit royaume de bric et de broc) que récit initiatique (qui mènera la jeune héroïne dans un autre monde allégorique), autant drame social d’une véracité qui touche en plein coeur que récit de survivants dans un petit monde dévasté par les forces de la nature, Les Bêtes du Sud Sauvage est un film qui m’a surpris par la radicalité de ses parti-pris et ému par la force du drame qui se déroule sous nos yeux.
Il y a aussi quelque chose de touchant et de fort dans le jeu de ces acteurs non-professionnels, en particulier dans celui de la talentueuse petite Quvenzhané Wallis, au regard qui m’a hanté longtemps après la vision du long métrage.
Il y a quelques petits problèmes de rythme, un côté parfois un peu décousu dans la narration, mais au final ce n’est pas gênant. Bercé par une magnifique bande originale, Les Bêtes du Sud Sauvage réussit à mêler vision quasi-documentaire et imagerie fantastique et développe une galerie de personnages se débattant avec leurs tourments intérieurs tout en tentant de survivre dans un environnement hostile. Poignant…

j’ai adoré

Oui, je l’avais vu en salles en fin de compte et j’avais beaucoup aimé aussi, avec les mêmes réserves que le Doc, mais elles sont vite balayées par le souffle et le charme insensé du film.
Un film non seulement très beau mais aussi très original, ce qui me semble inestimable par les temps qui courent… Je vais suivre ce que fait Zeitlin de près.