LITTLE NEMO : ADVENTURES IN SLUMBERLAND (Hata & Hurtz)

tumblr_lvleh4V9fQ1r1lba0o1_1280

REALISATEURS

Masami Hata et William T. Hurtz

SCENARISTES

Chris Columbus et Richard Outten, d’après une histoire de Jean “Moebius” Giraud et Yutaka Fujioka et des concepts de Ray Bradbury inspirés par le comic-strip Little Nemo in Slumberland de Winsor McCay

VOIX V.O.

Gabriel Damon, Mickey Rooney, Rene Auberjonois, Danny Mann, Laura Mooney…

INFOS

Long métrage américain/japonais
Genre : animation/fantastique
Année de production : 1989

J’avoue n’avoir jamais lu l’intégralité des planches Little Nemo in Slumberland, la célèbre bande dessinée de presse de Winsor McCay publiée dans les journaux américains entre 1904 et 1915. Mais à chaque fois que je suis tombé sur les aventures du petit Nemo au Pays du Sommeil, j’ai été émerveillé par la maestria des dessins de Winsor McCay, auteur à l’imagination fertile. McCay fut aussi l’un des pionnniers du cinéma d’animation et il a lui-même animé ses personnages pour la première fois dans un court-métrage datant de 1911.

600full-little-nemo--adventures-in-slumberland-screenshot

Après ce premier essai, il aura fallu attendre plus de 70 ans pour que Slumberland et ses habitants prennent finalement vie sur grand écran dans un long métrage d’animation. Projet initié par le japonais Yutaka Fujioka, Little Nemo : Adventures in Slumberland débuta sa production en 1982, avec la création d’un nouveau studio, TMS/Kinetographics, et la réunion des meilleurs talents de l’animation américaine et asiatique. Cette phase de développement a duré de longues années, pendant lesquelles Little Nemo prit presque l’allure d’un “film maudit”.

Du côté américain, la production fut longtemps assuré par Gary Kurtz (La Guerre des Etoiles). Un débutant nommé Brad Bird (Le Géant de fer, Les Indestructibles…) y travailla même quelques semaines avant de changer de crèmerie. Le scénario connut de nombreuses versions signées, entre autres, par le romancier Ray Bradbury, le scénariste et dessinateur Jean “Moebius” Giraud, Robert Towne (Chinatown) et Chris Columbus (Gremlins, Les Goonies).

Du côté japonais, Hayao Miyazaki et Isao Takahata (c’était avant la création du Studio Ghibli) furent longtemps associés au film avant de claquer la porte, citant les fameuses “différences créatives”. Miyazaki a même déclaré que travailler sur Little Nemo fut “la pire expérience de sa carrière professionnelle”. Yoshifumi Kondo (Lupin III, Tom Sawyer…) et Osamu Dezaki (Astro Boy, Cobra…) ont chacun livré des tests d’animation.

24120d_9c2b4fd3955346d1948e0a4368ce034e

En 1988, deux réalisateurs furent enfin engagés pour trouver la direction qui manquait au projet. Masami Hata et William T. Hurtz ont rassemblé les concepts concoctés depuis six ans afin de créer un storyboard et de lancer officiellement la réalisation. Little Nemo : Adventures in Slumberland est sorti au Japon en 1989, les U.S.A ont du attendre 1992 et la France 1994. Dans chaque pays, le film connut un échec cinglant au box-office.

Little Nemo : Adventures in Slumberland est un dessin animé inégal, mais tout à fait divertissant. L’addition des nombreux talents qui ont participé à sa création lui donne un charme particulier et leur influence est perceptible dans chaque étape du voyage onirique de Little Nemo, des paysages enchantées de Slumberland aux sombres contrées du pays des Cauchemars, où le jeune rêveur devra délivrer le roi Morphée.

littlenemo4

Si le scénario s’éparpille un peu trop et ne s’attarde pas assez sur certains éléments pourtant importants (la relation de Nemo avec ses parents, qui se répercute pourtant sur ses rêves), le film trouve sa force dans son exploration de l’inconscient du gamin et dans une belle compréhension de ses désirs et de ses peurs.
Après une première partie chatôyante, le long métrage prend une tournure plus sombre et descend de plus en plus profond dans les niveaux de rêves de façon vertigineuse. Un rêve dans le rêve dans le rêve…

Parmi les faiblesses du long métrage, je note une touche “Disneyenne” qui ne fonctionne pas vraiment. Les deux ou trois numéros musicaux des Frères Sherman (Mary Poppins, Les Aristochats…) sont vieillots et l’ajout de l’écureil volant Icarus, le meilleur ami de Nemo, n’apporte rien à l’histoire, qui est plus intéressante quand elle se recentre sur les personnages du comic-strip, comme le farceur Flip, qui se met toujours dans les pires embrouilles et qui représente le côté malicieux de Nemo.

little-nemo-adventures-in-slumberland-1989-movie-review-king-morpheus-pajamas

Des personnages enjoués, des visuels enchanteurs, des aventures pétillantes, des ambiances étranges, une animation élégante…mais aussi un scénario désordonné et une caractérisation pas toujours soignée. Des défauts certes, mais aussi beaucoup de magie et d’imagination pour une jolie plongée dans l’univers des rêves…

En complément, voici 3 vidéos :

  • Winsor McCay, the Famous Cartoonist of the N.Y. Herald and His Moving Comics (1911) :
  • les tests d’animation de Yoshifumi Kondo et Ozamu Dezaki (présentés comme des “pilotes” du film) :

Wahou, ça fait vraiment envie…
Merci du tuyau, encore une fois.

Honte à moi mais je ne connaissais pas du tout ce long métrage d’animation. En tout cas, malgré les défauts que tu cites, l’histoire de sa création fait qu’il présente un certain attrait. J’essaierai de le voir à l’occasion. Merci pour ce bel article :wink: