MAD MAX - ULTRAVIOLENCE IN THE CINEMA PART I (Melvin Zed)

Voila, on est vraiment heureux de pouvoir enfin vous annoncer officiellement l’arrivée du livre, le lancement d’un crowdfunding courant septembre et la sortie dans la foulée, en octobre.
Alors, parce que les choses ont légèrement dérapé durant ces dernières années, et c’est un doux euphémisme, le projet a un peu évolué. L’idée d’un gros livre revenant sur la première saga Mad Max et sur l’histoire de ses auteurs a dû être divisée en trois gros tomes, provoquant entre autre un changement d’éditeur ainsi qu’un retard certain ! Et puis l’idée de faire trois livres modestes plutôt qu’un seul livre énorme a finalement laissé place à trois gros livres !
Ce premier volume va donc couvrir la période allant des années 60 au tout début des années 80, lorsque le premier film a déferlé sur les écrans du monde entier. Il traite de la jeunesse de George Miller et de Byron Kennedy ainsi que du bouillonnement culturel dans lequel le premier Mad Max a été bricolé. On le sait tous, le film sera l’un des plus beaux fruits de la Nouvelle Vague australienne mais c’est également celui va annoncer la mutation profonde que l’industrie va connaitre dans les années 80. Une épopée qui sera détaillée dans les deux tomes suivants.

A ce sujet, le volume 2, qui va arriver l’année prochaine, est pratiquement achevé. Il détaillera tout naturellement la production de la célèbrissime première suite. Le troisième tome, qui arrivera juste après, sera probablement le plus ambitieux. Il reviendra sur la création du studio Kennedy Miller, sur leurs ambitions, leurs réussites et leurs échecs. Ce dernier tome s’achèvera dans les années 90, lorsque se fermeront les portes d’une époque si particulière et que sera abandonnée l’idée d’une série TV prolongeant le troisième Mad Max, au profit d’un nouveau film, puis d’une nouvelle saga, et donc d’une nouvelle histoire. Une histoire dont seul le premier tiers nous a été pour l’instant dévoilé.

En attendant, le premier tome est donc consacré à l’histoire de cette petite production locale, hantée par les obsessions d’un pays en pleine recherche identitaire, qui finira par devenir le rêve collectif de toute une génération.

A suivre donc chez Rififi. Pendant les vacances, et surtout à la rentrée, plein d’infos, d’extraits et d’aperçus !

(purée depuis le temps que je l’attendais)