Marvel now: le bilan

Aujourd’hui, la sortie de Uncanny Avengers n°1 chez Panini lance le compte à rebours de l’évènement Marvel Now qui débutera dans un mois.

Voici le sujet bilan (à l’instar du sujet New 52: Le Bilan) qui regroupe les impressions des lecteurs V.O. sur les parutions régulières de Marvel.

[size=150]Les comics déjà solidement établis. [/size]

Daredevil: 25 numéros de qualité, sans temps mort et avec une équipe artistique de haute volée. Encore un gros coup de la part du responsable éditorial Steve Wacker.

Superior Spider-Man (en continuation de Amazing Spider-Man): Après une petite baisse de régime, avec un Dan Slott “mode d’emploi” qui met le frein, la série repart au quart de tour dès que l’auteur arrive à se débarrasser des contingences éditoriales.
Inattendue et complétement fou, sans interruption, le tour de manège assuré.

Wolverine & The X-Men: Une série qui se hisse sans mal au niveau des New X-Men de Morrison.

[size=150]Le meilleur des nouveautés.[/size]

Uncanny Avengers réussie le mixe de l’ADN des X-Men à celui des Vengeurs. La série alterne menace spectaculaire et prise de bec en interne, voyage dans le temps, Kang, cosmo-dieu assassiné par les gardiens de l’évolution. Le classique Marvel revu par Remender et Acuna.

En parallèle, la série Captain America tire en longueur pendant que le style d’un John Romita Jr. très irrégulier (au choix de l’encreur) empêche toutes surprises graphique.
On prend plaisir tout de même à suivre un Steve Rogers sans repère, poussé à bout. Un dépaysement bienvenu pour un personnage qui souffrait de la répétition.

Comme Captain America, Thor est bousculé de sa zone de confort par Jason Aaron et Esad Ribic. Il se met littéralement en trois pour combattre un athéxtrémiste. Un poil (de barbe) long, mais vikingment fun.

Young Avengers: Kieron Gillen, Jamie McKelvie et Mike Norton animent la grosse surprise de ce Marvel Now; le comics de super-ados pour nous, les adulescents.
J’ai un peu de mal à expliquer pourquoi j’adore cette série alors je vais envoyer quelques termes en l’air (vous m’excuserez bien): Pop, méticuleux, innovant, décalé, Artction, plein la gueule. C’est Chapeau Melon et Bottes de Cuir feat. la Quatrième Dimension. Indémodable.

Deadpool: Suivant Uncanny X-Force, les scénaristes Posehn et Duggan éclairent par petites touches un nouvel aspect du clown incompris de l’univers Marvel. Une série intelligente dans son absurdité. Pour tous bon fan de Will Ferrell. Une grosse surprise.

[size=150]Les bonnes lectures.[/size]

Avenging Spider-Man: Chris Yost confronte le Superior Spider-Man à tout l’univers Marvel pendant que Slott rédige le catalogue des règles à suivre. Une série qui a le bon sens de rentrer directement dans le vif du sujet.

Tony Stark et Steve Rogers forment des Avengers Squads pour contrer les menaces qui pèsent sur le globe. Avengers fonctionne grâce à ses arc courts, sa publication rapide et la diversité de ses histoires.
[size=85]Le Avengers #11 est bwahahahah version Giffen/DeMatteis.[/size]

**FF **et Hawkeye: Deux séries à l’image de Matt Fraction où les dessinateurs (Mike Allred et David Aja) relèvent le “brouilli” scénaristique toujours très sympathique mais confus de son auteur.

Avec son concept drastique, Avengers Arena aurait pu être le succès phénoménal espéré ou l’échec cuisant attendu. La série n’aspire à aucun. Juste une sympathique lecture qui évite la boucherie en prenant le temps d’articuler ses jeunes survivants.

Wolverine: Wolverine affronte un petit garçon possédé par une mystérieuse entité. Le meilleur dans sa partie par l’excellent duo Paul Cornell/Alan Davis. C’est chiant à dire, mais c’est une série de qualité supplémentaire à mettre au compte du mutant griffus.

[size=150]Le bas du panier[/size]

Iron Man: Un ennuyeux premier arc commandé par Marvel pour la sortie du film, et un second bien trop long; le tout enlaidi par Greg Land…
Malgré une belle amélioration avec l’arrivée d’Eaglesham, on sent la trahison thématique de l’histoire qui tire vers le passé pour un héros qui regarde vers l’avenir.
[size=85]J’attend une scène de techno-sexe entre 451 et l’I.A. P.o.t.t.s. pour me faire un avis définitif.[/size]

Morbius: Une petite déception avec un Rich Elson aussi peu inspiré que le scénario qui bringuebale Morbius dans les bas-fond.

Uncanny X-Men: Un premier numéro où la super-agence d’espionnage The S.H.I.E.L.D. ne sait pas ce qui se passe dans la ville d’à coté, et où Magneto, ancien terroriste mutant, traite Cyclope de psychopathe. Huh ? De la “caractérisation” finaude à la Bendis ou je ne m’y connais pas.

Age of Ultron: Bendis met sa menace à exécution. Dans une situation grave, les héros font ce qu’ils ne feraient jamais. Barton tue à tour de bras. La Veuve Noire assassine un civil désorienté. Wolverine et Jane extermine un collègue gênant.
Chez Bendis, le héros n’est que trop humain. A chaque grosse catastrophe, il baisse un peu plus les bras. Il n’inspire plus, il expire.
Huit ans de vengeurs pour terminer en apothéose de la médiocrité. C’est fort.

Tu n’as pas essayé All-new X-men et Indestructible Hulk?

J’ai essayé All-New X-Men. J’ai lu le premier arc, sympathique, surtout la partie graphique de Stuart Immonen. Bendis se sert bien du “gimmick” du voyage dans le temps en le retournant. Au lieu d’avoir nos héros qui réagissent à un futur apocalyptique, c’est le passé qui découvre leur futur/notre présent. C’est cocasse.
Mais dès le sixième numéro, on commence a ressentir la grosse patte sans subtilité de Bendis; un brontosaure qui cherche une aiguille dans un magasin de bottes de foin. Cela dit, je ne peux pas être catégorique (si ce n’est mon désintérêt profond pour Bendis) parce que je n’ai pas été plus loin.

Et je n’ai lu que les trois premiers numéros de Indestructible Hulk. J’entendais une autre occasion (TPB ou publication française) pour me lancer dedans sérieusement. Waid oblige.

[quote=“Jack!”]Tony Stark et Steve Rogers forment des Avengers Squads pour contrer les menaces qui pèsent sur le globe. Avengers fonctionne grâce à ses arc courts, sa publication rapide et la diversité de ses histoires.
[size=85]Le Avengers #11[/size] est bwahahahah version Giffen/DeMatteis. [/quote]

Je plussoie. La série, grâce à Hickman, reprend des couleurs.

Je ne parlerai que de Marvel Now. De toute façon seul Hawkeye et DD: End of Days sont d’excellente qualité, avec DD, WATXM et X-Factor un peu au-dessous. Le reste semble promis à l’annulation.

Superior Spider-Man: un immense plaisir de lecture. De toute façon j’aime le concept d’avoir un méchant en héros depuis les séries des années 70 comme Dracula, Super-Villains Team-Up, Joker ou Secret Society of Super-Villains. J’avais adoré les Thunderbolts d’Ellis, Dark Avengers et Dark Reign.

Avenging Spider-Man: Chris Yost complètement à l’aise avec le Superior Spider-Man de Slott. Les deux auteurs se complètent agréablement.

Uncanny Avengers ne convainc pas. Rogue est antipathique. Remender a fait tenir à Havok un discours intelligent mais a dû se rétracter face à une mauvaise réaction du public américain. J’adore Acuna mais il ne sauve pas cette série qui garde ses chances de se bonifier.

Captain America traine en longueur, l’arrêt des flashbacks a été préjudiciable (Remender avait dit qu’on en aiurait sur 10 épisodes) et malgré quelques remarques bien senties sur le caractère de Steve Rogers, on s’ennuie sur la longueur.

Thor est fabuleux avec Jason Aaron et Esad Ribic. Si le design du vilain est moyen, Aaron crée toute une mythologie cosmique.

Young Avengers: Noh-Varr est très bien mais le personnage de Billy est trop égoîste pour être sympathique.

Deadpool: La découverte de l’année. C’est bourré de gags, les deux scénaristes semblent regorger d’idées délirantes. Ils me font aimer ce personnage que je n’avais jamais suivi. Il s’agit en fait de parodie comme Marvel en était coutumier avec Not Brand Echh, FOOM, Howard the Duck ou What The…?

Avengers: C’est Hickman, pas toujours facile à pénétrer mais on sent qu’il construit son intrigue comme un grand maitre d’échecs. C’est épique à souhait.

FF: Allred transcende tout ce qu’il touche. De plus le pathos est au rendez-vous et l’humour aussi. Le thème de la famille brisée est très bien orchestrée.

Fantastic Four: très moyen. Succéder au run sans précédent d’Hickman était une gageure.

Avengers Arena écrit très bien des personnages de second zone et du coup on adore la série même si un coup de projecteur est signe de mauvaise augure pour un personnage. Dommage que les fans aigris que leur persos favoris soient boycottent la série aux USA.

Savage Wolverine : plein d’humour, Cho est un plaisir à lire et à voir

Wolverine: Paul Cornell semble avoir des idées ambitieuses mais pas encore réalisées. Difficile de dire si cette série restera anecdotique ou pas.

Iron Man: Les deux premières aventures sont du remplissage. Gillen a dû improviser en raison de changements de programme chez Marvel. Mais on aborde l’histoire qui a valu à Gillen de remporter la série. Gillen est capable de redresser la barre. Il semble que Land ne reviendra pas puisqu’il débarque sur une future série Mighty Avengers.

Morbius: Un échec. Le scénariste passe trop d etemps à expliquer que Morbius n’est pas un vampire comme les autres.

All New X-Men: du pur bonheur, Bendis décline le choc culturel des premiers X-Men face à leur avenir, tout aussi choquant que celui de Days of Future Past. Une excellente introduction à l’univers des X-Men pour les néophytes ou pour les anciens fans

Uncanny X-Men: L’équipe de Cyclope qui assume le rôle autrefois dévolu à Wolverine, de faire le sale boulot pour protéger les mutants. C’est une confrérie qui recrute de jeunes mutants. Les personnages jouent des doubles jeux mais les autorités vont recruter leur propre agent mutant. Les dessinateurs offrent des pages magnifiques de virtuosité graphique.

Cable & the X-Force: Bon j’ai décroché très vite. Il parait que la qualité a remonté.

Uncanny X-Force : une équipe féminine qui ressemble trop à n’importe quelle série X lambda

Fearless Defenders: Une équipe féminine par Bunn qui ne convainc pas.

Incredible Hulk: Waid réinvente Hulk en agent du SHIELD. Yu était très bien mais Simonson resasse son passé. De plus comme Waid écrit son scénario pour faire plaisir à Simonson, on ne voit pas quelle direction il donne à sa série.

Avengers Assemble: La première aventure illustrée par Caselli était formidable mais le reste très médiocre.

New Avengers: Il s’agit en fait des Illuminati. Epting illustre parfaitement cette histoire sombre. Hickman distille l’ambiguité morale d’un tel groupe.

Secret Avengers: une série SHIELD dont certains membres sont des vengeurs. Spencer bâtit l’AIM comme une nation et l’ennemi du SHIELD.

Journey Into Mystery: bonne surprise, la scénariste respecte l’historique du titre comme ancienne anthologie d’histoires de monstres ainsi que la caractérisation de Sif établie par Simonson. Le desinateur est une révélation.

[quote=“Jack!”]
On prend plaisir tout de même à suivre un Steve Rogers sans repaire,[/quote]

Tu veux dire qu’il a perdu la maison ?