MATHAI-DOR t.1-2 (Victor de la Fuente)

Discutez de Mathai-Dor

Située dans un monde post-apocalyptique, la série Mathai-Dor, de Victor de la Fuente, suit les aventures d’un homme accompagnée d’une panthère noire, tous deux faisant face à l’adversité et à la violence, dans un décor teinté de fantastique.

mathaidorcouv01

La série est lancée en Espagne dans la foulée de Haxtur, et prépubliée dans les pages de la revue Trinca, à partir du numéro 34 de 1972.

PlancheA_12555

Connaissant une interruption dans la revue espagnole, Mathai-Dor sera compilée en deux tomes en France chez Hachette, La Nuit des temps et La Capture du feu, tous deux édités en 1974.

mathaidor2couv_27083

D’après ce que je comprends, la fin de la série, estampillée science-fiction malgré son côté “préhistoire fantastique”, ne verra le jour en Espagne qu’en 1978.

PlancheA_27083

Comme toujours chez de la Fuente, le dessin est fantastique. Une édition en noir & blanc serait du meilleur goût, afin de redécouvrir le trait d’un des meilleurs dessinateurs du monde.

Jim

Et dont on parle peu, j’ai l’impression. C’est comme s’il était un peu tombé dans l’oubli, malgré son immense talent.
Heureusement que tu es là !

Tori.

J’essaie de faire remonter des choses qui me plaisent, qui occupent dans ma bibliothèque une place un peu à part. Peu importe d’ailleurs qu’il s’agisse de choses récentes ou de vieilleries.

Jim

1 J'aime

Nom de Zeus, avant que je lise tout le bien que tu en penses en fin de message, je trouvais le dessin magnifique ! Que de détails, à bon escient en plus !

Oui, et un sens de la profondeur incroyable : il parvient à animer plusieurs plans sans que le regard se perde.

Jim

Mathaï-Dor : la capture du feu : donc, que le dit plus haut Jim, deuxième album paru en France de la série espagnole, et même si on sent que c’est une suite, pas besoin d’en savoir tellement plus que ce qui est raconté pour arriver à suivre à comprendre que le perso principal est à la recherche du feu. Disons que c’est un prétexte pour le voir passer de Charybde en Scylla, les péripéties s’enchaînant les unes après les autres. Ce qui fait que c’est assez facile à lire, très rapide également (20 à 30 minutes à peu près), mais Victor de la Fuente, c’est très beau et extrêmement précis. Beaucoup de détails sans que cela alourdisse les cases et les pages. C’est presque naturaliste dans la précision (mouvement des corps, les décors naturels, etc …).
La trad a quelques ratés par moment, je pense, parce qu’il y a des mots qui me semblent mal choisis.