MICHAEL MANN - MIRAGES DU CONTEMPORAIN (Jean-Baptiste Thoret)

[quote]Michael Mann : Mirages du contemporain
*Auteur : Jean-Baptiste Thoret
ISBN : 9782350960999
Format : 14 x 21
Nombre de pages : 224
A paraître le 16 janvier 2016
Prix : 17,00 €

En onze films, Michael Mann a su tracer au sein de l’industrie hollywoodienne une ligne singulière et novatrice. Heat, Révélations, Ali, Collateral, Miami Vice, Public Enemies ont rebattu les cartes du cinéma américain. Quelques plans suffisent pour reconnaître son style : une prédilection pour les univers urbains et cristallins, et en particulier Los Angeles, dont il a su renouveler l’image ; un goût pour les hommes solitaires et concentrés ; une manière de filmer aérienne et contemplative ; une vision du monde contemporain qui allie fascination et mélancolie.

Mann se tient comme un funambule, toujours à la lisière du cinéma populaire et de l’expérimentation, comme en témoigne exemplairement Miami Vice. Né en 1943 à Chicago, Michael Mann apparaît sur la scène en 1981 avec Le Solitaire. En 1984, avec la série Deux flics à Miami qu’il produit et contrôle, il invente l’esthétique des années 1980, une vision clinquante et kitsch, mais aussi très sombre de l’Amérique. Tout au long de sa carrière, Michael Mann ne cessera de revenir à la télévision, jusqu’à Luck, série produite par HBO sur le monde du hippisme, avec Dustin Hoffman. Longtemps considéré, en France, comme un cinéaste décoratif, il a connu son premier succès avec Le Dernier des Mohicans, en 1992.

Comment un cinéaste de la génération du Nouvel Hollywood est-il parvenu à trouver ses marques au sein d’une décennie, les années 1980, qui en constituait la négation ? Que signifie son obsession pour le monde du crime et ces professionnels prêts à tout sacrifier à leur travail ? Comment ses films documentent-ils notre époque ? Chaque film de Mann se concentre sur des mutations économiques, politiques et techniques dont ses personnages deviennent malgré eux les conducteurs. Quels sont ces mirages du contemporain que son cinéma rend sensibles ?*[/quote]

Lien :
Le site de l’éditeur : www.lesprairiesordinaires.com

Bon, j’aime bien Jean Baptiste Thoret - j’aimerais bien qu’on réédite son bouquin sur le cinéma des années 70 d’ailleurs - mais **Mann ** n’est décidément pas un cinéaste pour moi.

Je me suis ennuyé d’une force en (essayant) de regarder **Hacker ** dernièrement Wouaahh !!! j’en baille encore.
En comparaison j’ai regardé L’Enfer du dimanche, encore plus long c’est dire, et malgré le milieu où se déroule l’histoire (on voit quand même beaucoup de foot, de coups, de courses et de ballons, encore et encore et encore …) *ben * j’ai trouvé le film de **Stone ** über captivant.

Bien plus que **Hacker **… Wouaahh !! :wink:

(En tout cas merci pour toutes ces infos Benoît) :wink:

Je n’ai pas encore vu “Hacker”, mais il semble que l’accueil du film ait été bien plus tiède que pour les autres films de Mann ; à en croire ces papiers, on a là affaire au Mann le plus faible…

Pour le reste, je ne suis pas loin de le considérer, comme Thoret je crois, comme le cinéaste américain le plus important encore en activité.

Voilà ce que disait Thoret de son “Miami Vice”, le film, au Centre des Arts d’Enghien, durant son cycle sur le cinéma américain :

C’est des mecs qui n’ont pas vu Public Ennemies rassure moi ?

(pour ma part c’est l’un de mes préférés. Aussi génial que Le Solitaire)

edit : non mais Artemus tu triches, L’enfer du Dimanche ca enterre tout ! J’adore ce film, c’est un putain de péplum moderne où les gladiateur sont remplacé par des joueurs de foot et où le centurion est un entraîneur.

[quote=“Lord-of-babylon”]C’est des mecs qui n’ont pas vu Public Ennemies rassure moi ?

(pour ma part c’est l’un de mes préférés. Aussi génial que Le Solitaire)

[/quote]

Ah perso, j’aime encore beaucoup “Public Ennemies”, malgré quelques gros défauts et une tentative pas très aboutie d’expérimentation avec le format HD (encore que sur les scènes de nuit, un peu dans la continuité de “Collateral”, Mann touche à quelque chose de novateur).

Le plus gros défaut du film réside dans cet aspect un brin “artificiel”, renforcé par l’usage du numérique mais aussi quelques éléments de production (comme les costumes, par exemple). Pour le reste, tant thématiquement que dans les idées de mise en scène, c’est du pur Mann.

Aussi génial que “Le Solitaire”, dis-tu (en parlant de “Hacker” si j’ai bien suivi) ? Voilà qui met la barre assez haut… :wink:

Sérieux ?
Pour ma part c’est le jour et la nuit.

Il ne s’agit pas d’une réédition, mais ça peut t’intéresser je pense. Les éditions Le Lombard ont lancé en mars la collection La petite bédéthèque des savoirs, comprendre le monde en bd, qui propose des essais dessinés sur des sujets variés (le heavy metal, l’univers, l’intelligence artificielle, etc…) réalisés par un binôme d’auteurs: un spécialiste qui rédige les textes et un dessinateur issu de la bande dessinée pour les mettre en images.

La dernière salve de titres sortis la semaine dernière comprend entre autres un opus rédigé par Jean-Baptiste Thoret et dessiné par Brüno (Tyker Cross) sur Le nouvel Hollywood:

[quote]LE NOUVEL HOLLYWOOD : D’EASY RIDERS A APOCALYPSE NOW
*Textes : Jean-Baptiste Thoret
Dessins : Brüno
96 pages
Parution : 20/05/2016
ISBN : 978-2803636945
EAN : 9791090916296
Prix : 10,00 €

On appelle « Nouvel Hollywood » cette jeune génération de réalisateurs politisée, notamment par la guerre du Vietnam, qui a pris d’assaut à la fin des années 60 les inaccessibles grands studios d’Hollywood. Ce véritable essai en bande dessinée éclaire sur cet âge d’or et revient sur les points communs qui lient les œuvres de Scorsese, Coppola, Altman, Peckinpah, Romero, Cimino et bien d’autres…*[/quote]

[quote=“Benoît”]

  • j’aimerais bien qu’on réédite son bouquin sur le cinéma des années 70 d’ailleurs …]
    Il ne s’agit pas d’une réédition, mais ça peut t’intéresser je pense. …][/quote]

Merci, c’est sympa de penser à moi.

Mais je ne crois pas.

j’ai lu pas mal d’articles ou de bouquins sur le sujet (dont certains de Thoret), et je doute que Thoret apporte grand chose de nouveau avec ce qui ressemble un peu à un Que sais-je illustré.

Même si je pense que ça n’arrivera pas sur celui-ci, j’ai eu des échos sur celui consacré au “Métal” fort peu engageants.

En tout cas merci.