POINTS DE VUES t.1-2 (Peter Kuper)

image

Titre original : Eye of the Beholder
Lettrage de Franck Debernadini

Points de Vues rassemble les premiers comic strips à avoir jamais été publiés dans le New York Times . Publiées sous le nom de Eye of the Beholder , littéralement " l’œil de l’observateur " et entièrement réalisées à la carte à gratter, ces histoires courtes sans paroles sont une nouvelle occasion pour Peter Kuper de laisser libre cours à son regard critique, tout en rendant hommage à Franz Masereel et Lynd Ward, les maîtres du récit en gravure sur bois. Dans Points de Vues , Peter Kuper brosse un portrait parfois humoristique et souvent acerbe de ses concitoyens new-yorkais, avec un accent particulier sur les travers de la société de consommation, ce qui ne saurait surprendre de la part de cet auteur, co-fondateur en 1979 de la revue de bande dessinée politique World War 3 Illustrated .

Informations

Parution le mardi 25 octobre 2005

100 pages, N&B, couverture cartonnée
Format : 17 x 17 cm
Prix : 16 euros
ISBN : 978-2-916207-00-1
Titre en rupture de stock

Kuper, Peter

Né en 1958 à Cleveland (États-Unis), Peter Kuper est l’auteur de nombreux ouvrages de bande dessinée portant un regard critique sur la société américaine. Il est notamment l’auteur de Ruines pour lequel il a remporté l’Eisner Award du meilleur roman graphique en 2016. Peter Kuper collabore fréquemment avec The New Yorker, Libération et Time Magazine. Depuis 1996, il est également le dessinateur attitré de la série Spy vs Spy publiée dans le mensuel MAD Magazine. Peter Kuper enseigne la bande dessinée à la School of Visual Arts de New York depuis plus de 25 ans ainsi qu’à l’université de Harvard. Il vit à New York avec sa femme et sa fille.

Editeur : Çà et Là Éditions

image

Titre original : Mind’s Eye
Lettrage de Anne Beauchard

Points de Vues 2 est le second recueil des comic strips de Peter Kuper publiés par le New York Times . Editées aux Etats-Unis sous le titre Mind’s Eye (« l’oeil de l’esprit »), ces histoires courtes sans paroles sont une nouvelle occasion pour Peter Kuper de laisser libre cours à son regard incisif, tout en rendant hommage à Franz Masereel et Lynd Ward, les maîtres du récit muet en gravure sur bois.

Dans Points de Vues 2 , Peter Kuper brosse un portrait parfois humoristique et souvent acerbe de ses concitoyens new-yorkais, avec un accent particulier sur les travers de la société de consommation, ce qui ne saurait surprendre de la part de cet auteur, co-fondateur en 1979 de la revue de bande dessinée politique World War 3 Illustrated .

Informations

Parution le lundi 20 novembre 2006

Format : 17x17 cm
128 pages noir & blanc
Prix de vente : 12 euros
ISBN 10 : 2-916207-11-2
ISBN 13 : 978-2-916207-11-7
Titre en rupture de stock

Deux courts avis :

Voici un recueil de comic strips initialement parus dans le New York times. Ces strips sont composés de 5 cases : les 4 premières nous montrent la vision de l’observateur de la 5ème (qui apparait au verso). C’est très ludique puisqu’on se prend au jeu quand on commence à comprendre la logique de Peter Kuper, car on cherche à deviner qui est ce fameux observateur (et croyez-moi, on a parfois des surprises).

Mais il ne faut pas s’arrêter à cela. Sans bulles, l’auteur sait à être drôle, émouvant, réaliste mais aussi sans concession, cynique et critique envers notre société de consommation, égoïste et nombriliste. Dommage que se soit si cher (16 euros pour 100 pages au format 17x17 cm) car cette œuvre prouve une nouvelle fois toute la diversité et la créativité que peut avoir ce média.

Avis : ma petite trouvaille préférée du moment ! Pour tous !

Après un premier recueil publié par le même éditeur, voici d’autres comic strips initialement publiés dans le New York Times. La construction des historiettes reste la même. Cette fois-ci, pas de séparation entre ceux avec une vue subjective et ceux avec une vue extérieur, les deux styles s’enchaînent pêle-mêle, ce qui donne un peu plus de piment au jeu de la 5ème case !

Ne pensez pas qu’il avait tout dit ou fait étalage de tout son talent humoristique la dernière fois, Peter Kuper sait trouver des thèmes qui nous parlent et qu’il est nécessaire de rappeler parfois. On rit, on enrage, on culpabilise, mais on ne peut fermer les yeux face à ses vérités !

Avis : une curiosité qui ne laissera pas de marbre. Un très bon concept !

(j’ai oublié de dire que je suis fan de Peter Kuper depuis que je l’ai vu à un stand (Carabas ?) à Angoulême. J’adore son crayon à papier multicolore …)