PRINCESSE UGG t.1-2 (Ted Naifeh)

[quote]PRINCESS UGG t.1

Dessinateur : Ted NAIFEH
Scénariste : Ted NAIFEH
Coloristes : Ted NAIFEH
Warren WUCINICH
Éditions : AKILEOS
Genre : Aventure, Comics, Heroic Fantasy
Sortie : Février 2015
ISBN : 9782355741869

Depuis sa naissance la princesse Ülga vit dans les montagne, au royaume de Grimmeria. C’est une vie pleine de rudesse, de violence, sans chichi. Mais voilà, sa mère, avant de mourir lui a fait promettre qu’un jour elle irait se faire éduquer à Atraesca, dans la prestigieuse Académie des Princesse ! Pour la jeune fille il se pourrait que cette promesse soit bien plus difficile à honorer que d’aller combattre les géants de glaces des montagnes !!! (Princess Ugg #1 à 4).[/quote]

[size=200]LE SUJET SUR LA V.O.[/size]

J’aodre les univers de Ted Naifeh, alors forcément, j’en suis !

Je n’ai pas été déçu par cette Princesse Ugg, qui partage des traits de caractère avec Courtney et Polly, bien sûr, mais aussi avec certaines héroïnes de Disney, Rebelle (j’ai plus son nom) en tête. Ca réinvente pas l’eau chaude mais c’est mignon et amusant. Au dessin, Ted Naifeh colorisé c’est presque encore plus joli que Ted Naifeh en noir et blanc.

Oui, mais justement, ce sont les “points communs” entre les différentes séries de Naifeh qui rendent un peu tout ceci redondant…

Une chronique musicale pour ceux qui ont envie de lire ça en musique par ici:

:arrow_right: bobd.over-blog.com/2014/12/princesse-academy-princess-ugg-vs-harry-potter-the-prisoner-of-azkaban.html

C’est vrai. Mais bizarrement, chez cet auteur, ça ne me dérange pas. C’est même peut-être ce que je recherche. J’enfile mes mules (parce que j’ai pas de charentaises), je me sers un jus et je me lis un Naifeh, le train-train quoi.

[quote]PRINCESS UGG t.2

Dessinateur : Ted NAIFEH
Scénariste : Ted NAIFEH
Coloristes : Ted NAIFEH
Warren WUCINICH
Éditions : AKILEOS
Genre : Aventure, Comics, Heroic Fantasy
Sortie : 3 mars 2016
Album: 120 pages
ISBN-10: 2355742472
ISBN-13: 978-2355742477[/quote]

J’ai tout autant apprécié ce deuxième tome que le précédent. Le récit est cousu de fil blanc, je dois le reconnaître, mais j’aime tellement les personnages de Naifeh que ça ne me dérange même pas. Et puis ses pages “peintes” (je sais pas si elles le sont vraiment, mais c’est l’effet que ça donne) sont de toute beauté.