PUNCHLINE (James Tynion IV, Sam Johns / Mirka Andolfo)

Nouvelle venue dans l’univers Batman, Punchline aura droit à son one-shot en novembre. Par James Tynion IV, Sam Johns et Mirka Andolfo !

« Facing the consequences of her role in The Joker War, Punchline is the story of Alexis Kaye, and how she’ll take Leslie Thompkins, Harper Row and Cullen Row on a harrowing journey that reveals her radicalization to The Joker’s ideology. »

James Tynion IV :

« Back when I first introduced Punchline, I said many times that this wasn’t going to be a flash-in-the-pan character. That I had big plans for her moving forward, that would drive big story next year and beyond. Joker War is over, but Punchline’s plans have only just begun. I’m thrilled to be telling this frightening story that expands her past, and sets up her future, with the amazing Sam Johns, and the incredible Mirka Andolfo. This is only the beginning! »

La nouvelle Harley en somme…

0 intérêt.

Written by JAMES TYNION IV and SAM JOHNS
Art by MIRKA ANDOLFO
Cover by YASMINE PUTRI
Variant cover by FRANK CHO
Blank variant cover
ONE-SHOT | ON SALE 11/10/20
$4.99 US | 48 PAGES | FC | DC
Spinning out of the pages of « The Joker War » comes the first solo book starring the blockbuster new character Punchline. As she faces the consequences for her role in « The Joker War, » the story of how Alexis Kaye became Punchline will take Leslie Thompkins, Harper Row, and Cullen Row on a harrowing journey that reveals a fringe teenager’s radicalization to the ideology of a madman. It’s a terrifying tale so big it demanded an oversize special issue!

Intriguant ce one-shot. L’histoire fait suite à la « Guerre du Joker ». La désormais célèbre Alexis Kaye, la soeur de Marina, me semble-t-il, attend son jugement. Une sauce populaire est montée autour du procès.

Pas grand-chose à se mettre sous dent sauf le retour des oubliés snyderiens, Harper Row et son petit frère féru de podcats sur la nouvelle donzelle du Joker.

Et DC nous annonce que ce one-shot sera doté d’une suite dans le Batverse en 2021! Ouais, c’est trop bien! (je déconne).

C’est malin,j’ai cherché sur Internet pour essayer de me rappeler cette histoire de soeur.
Je me vengerai!NA!

Ca s’appelle des pièges à loup! LOL

J’avoue que je suis venu vers ce one-shot en pensant presque me « moquer » d’un personnage bien trop mis en avant par DC, et dont les apparitions dans Joker War n’étaient pas passionnantes.
Mais…
Mais j’admets que James Tynion IV et Sam Johns proposent un scénario intriguant, qui définit plutôt bien une Punchline elle aussi folle, mais pas fo-folle comme Harley Quinn. Une super-vilaine plus posée, stratège, dangereuse par son approche « cohérente » de ses desseins violents et fous.
J’aime bien aussi la gestion de la popularité sur les réseaux sociaux. Un retour positif alors que je condamnais déjà le personnage.
Je vous propose un avis plus complet ici : https://topcomics.fr/punchline-special-1-review-critique-avis-un-comics-intrigant-pour-definir-la-nouvelle-egerie-dc

J’ai lu avec une semaine de retard, et je confirme que c’est très très bon. Je n’attendais rien de particulier de ce numéro censé fournir un récit d’origine à la dernière addition des vilains gothamites, et au final je me demande si ce n’est pas un des meilleurs numéros parus chez DC depuis un petit bail.

Car si ce numéro joue effectivement la carte du récit d’origine, il le subvertit aussi en proposant un récit « douteux », fait par le personnage, avec clairement un but de manipulation de ses auditeurs, et à travers eux, des lecteurs. Ce récit d’une fascination pour le Joker se double ainsi d’une dimension « performative » (comme on dit dans le jargon) et non seulement informative, c’est-à-dire qu’il ne vise pas seulement à raconter les faits mais bien à accomplir quelque chose, en l’occurrence à faire partager, ressentir, cette même fascination (sans donner l’air d’y toucher, en présentant toujours Punchline comme une victime, mais en soulignant régulièrement à quel point le Joker est important dans la vie des habitants de Gotham et dans la définition même de la ville, etc., etc.). Tynion, qui a déjà tourné autour de la question des mèmes Internet dans une mini-série d’horreur chez BOOM! Studio en 2014 (justement appelée Memetic), joue à nouveau ici avec le sujet avec ces podcasts qui deviennent viraux et poussent des foules à agir de façon irrationnelle (toute ressemblance avec l’actualité…). C’est subtil, c’est malaisant car on ne sait jamais exactement comment recevoir le texte, c’est vraiment fichtrement bien fichu.

Et pas très convaincante.

Jim

Il a fait du chemin depuis…

C’est certain.
(J’ai relu mon avis, et apparemment, il était un poil meilleur que le souvenir que je garde de la mini.)

Jim