RÉÉDITIONS MARVEL : TPBs, omnibus, masterworks, Epic…

Oui ça devrait sortir dans le mois. Je comptais le prendre mais Jim m’a un peu refroidi. Panini sortirais les sagas suivante en même temps pourquoi pas, là j’ai peur d’avoir qu’une introduction à un récit sans avoir les développements

Attends un peu que je commente les suites.
Mais ça risque de prendre quelques jours !
:wink:

Jim

Ces deux-là ?

3443364-01 (13)

Voui.

Comme annoncé :

Jim

Le problème c’est que panini ne proposera que les 4 épisodes d’Ellis, du coup je pense faire l’impasse ( à moins qu’ils communiquent sur la suite)

Tiens je profite qu’on parle de Thor pour dire quelques mots sur :

Suite et fin du run de Dan Jurgens sur la série et dont on a eu les débuts en librairie via les Marvel icons contenant les épisodes dessiné par Romita jr.

Pour situer grossièrement, Jurgens s’amuse toujours avec la double identité de Thor (l’ambulancier Jake Olson), fait confronter Thor à de la menace de poids, introduit le personnage de Tarenne et comment à semer des indices quand à futur vraiment pas glop concernant le monde et Thor.

Ce futur commence avec le numéro #42 (bien que perso je ferais remonter la source du tout au #41) et se conclura au #79 avec le départ de Jurgens. Soit 37 numéros pour développer le règne d’un Thor débutant avec la mort d’Odin et qui sombrera de plus en plus dans la tyrannie.

Jurgens prend le temps de développer ses idées et d’étaler au mieux l’évolution de Thor. Conséquence, le lecteur ne se rend compte que peu à peu (ou du moins accepte difficilement) que le dieu de la foudre devient un véritable tyran. C’est ce travail sur la durée qui fait toute la force du récit. Après quelques aventures, Thor estimera donc que les humains ont besoin d’être guider par les Dieux et décide de transférer Asgard au dessus de New-york. Variation sur l’idée de interventionnisme des super-héros sur l’humanité, la saga se rapproche beaucoup de Supreme Squadron dans sa manière de questionner différent aspect de la question.

Mais la différence c’est que Jurgens met au centre du jeu la question de la divinité et de la croyance. Dès lors et avec le recul cette série post 11/09 s’avère très pertinent quand aux enjeux de ce début du siècle. Il est par exemple très intéressant de voir la manière dont le culte de Thor s’installe et prend la place de modèle défaillant tout n’oubliant jamais de garder en tête le principe de libre-arbitre.

Autre aspect intéressant au sein de cette saga (avant la bascule voyant Thor regner sur la Terre) c’est cette opposition entre Thor et Iron Man. Alors que Bendis et le MCU conditionneront leur oeuvre autour d’une dualité entre Roger et Stark, jamais la question de la lutte entre science et foi ne s’est autant développé ici.

Au final, ce qui ressort de cette 2ème partie de run c’est qu’elle prend le contrepieds d’une première partie ayant pour but de redorer la puissance de Thor. Ici on assiste à une chute d’autant plus terrible qu’elle est travaillé sur la longueur et assez compréhensible pour ne pas dire, acceptable.

Point négatif, hélas, une valse de dessinateur qui n’apporte guère de stabilité à une grande saga qui aurait pu être marquante avec un seule dessinateur au commande (dire que juste avant Kubert offrait quelques magnifiques épisodes). On notera aussi une conclusion un peu trop expédié et un passage de relais (pour le célèbre Ragnarok) très abrupt.

Il n’empêche que je ne peux m’empêcher de penser qu’une telle saga, aujourd’hui, aurait été au centre d’un event avec des ties-in a foison faisant perdre la consistance à l’histoire. Ici Jurgens travaille seul sur une série (bon il y a quelques trucs annexes vite fait) et sur le long terme et la différence est là.

Oui, j’ai un bon souvenir de cette saga.

Donc, si je prends Thor: Heroes Return volume one et volume two, j’ai tous les épisodes de Jurgens ?
(C’est un run que je n’ai pas encore reconstitué en totalité en VO, mais j’en ai quelques-uns, et j’hésite donc.)

Jim

S’il s’agit des 2 omnibus alors oui.
Sinon il y a eu une grappe de tpb consécutifs vers la sortie du 1er film.

Iron Man & FF période Heroes Return sont passé par la case Complete Collection (début du run de Busiek et l’ensemble de celui de Claremont) et le Cap de Waid est prévu donc Thor devrait bien finir par suivre à terme.

Sans titre 3

Sans titre

Sans renier ses qualités, j’ai été marqué par la réflexion d’un copain de Top Comics (JB), qui relève combien Jason Aaron s’est grandement inspiré du run de Dan Jurgens : le tueur de dieux, la Thor-Girl (certes différente, mais…), l’héritage (Magni et les petites-filles), Thor indigne de Mjolnir, le vieux Thor usé sous le poids du pouvoir d’Odin…

Ah bah oui, ça me semblait un peu aller sous le sens en fait.
Y a au moins les chtites fillottes de Thor qui sont en plus !

Oui tout le run de Jurgens est dans ces deux omnibus (et t’a des épisodes de séries annexes en plus)

Sinon dans le run il y a aussi quelques épisode bouche-trou (dont certains déconnecté du truc) pas dégueu

Oui, c’est là-dedans que j’ai les miens. Faut que je complète.

Faut que je me penche sur ça.

Merci pour toutes ces précisions, les amis.

Jim

L’illustration de Davis confirme que j’aurais aimé un vrai grand run de l’auteur sur la franchise.
Même si j’avais aimé la période Claremont/Larroca.

Pareil.
Et je trouvais les idées de Lobdell pas déplaisantes (notamment l’épisode avec Ivan Kragoff et ses singes). J’aurais aimé voir cette équipe plus longtemps.

Jim

Je pense qu’Aaron reprend la structure même de Jurgens comme Morrison avait repris celle de Claremont sur les X-Men pour réfléchir à comment le Thor d’aujourd’hui réagirait. Il y a un point central et déterminant qui est différent dans les deux runs par contre. La déchéance de Thor chez Jurgens commence avec le fait qu’Odin scinde la partie humaine de Thor du dieu lui-même. D’où cette incompréhension de plus en plus manifeste de Thor envers l’humanité et son détachement progressif.

Chez Aaron la question ne se pose plus, son Thor est déjà un être plus mature sur cette question. Cependant on peut voir dans les épreuves qu’il rencontre, un reflet à ce qu’il a vécu chez Jurgens. La finalité est alors différente sur plusieurs point (rien que la manière dont est traité son équivalent féminin) et je trouve très symbolique chez Aaron, le fait qu’Odin abdique pour son fils là où, de tout temps, Thor régnait suite à la mort de son père.

Le seul point qui « manque » chez Aaron vis à vis du run de Jurgens c’est la question de la paternité. Une de mes grandes surprises à la lecture du run de Jurgens c’est le personnage de Magni que j’ai trouvé très intéressant comme un symbole de ce qu’avait perdu le père.

c etait la partie interessante du run de Jurgens…
La premiere partie, pour moi, avait les défauts du run d avengers de Busiek… trop dans les pas de ses ainés (là Kirby pour la partie Romita Jr et Simonson pour la partie Kubert) sans y amener grand chose de plus.

Apres j ai quand même du mal à comparer la prestation de Jurgens avec celle de Aaron… surtout en y voyant une forme d inspiration.
Je pense que les eux ont les mêmes inspirations et que leurs questionnement se chevauchent.
Sauf que Jurgens est vraiment plus sur la question du culte et son point fascisant; là où Aaron me semble aller plus sur le coté de la dignité et de la dignité divine ou d une forme de superiorité morale des dieux (un peu comme ans Godadmned)…

Enfin j ai du mal à les voir comme vraiment dans cette ligne commune.

D’accord avec Fred. Qu’il y ait des similitudes de surface c’est certain, mais de là à ce que ce soit une influence revendiquée…

La liste des similitudes relevée par Ben-Wawe est tout de même intéressante.

Jim

Le talent en plus.