RÉÉDITIONS MARVEL : TPBs, omnibus, masterworks, Epic…

Film imminent oblige, Marvel réimprime la série récente, qui constitue l’une de mes lectures favorites des dernières années. Donc même si ce n’est pas de l’auguste vieillerie (je vous vois, là, vous, au fond, qui pensez que je n’aime que les trucs poussiéreux), je conseille avec la vigueur la plus déterminée.
Les débuts de la série sont formidables (drôles, enlevés, dynamiques, pleins de trouvailles narratives). Et le cross-over War of Kings m’a particulièrement emballé, car il développe une vision « géopolitique » très maîtrisée.
(J’ai pas encore repris tout ça, mais mon sac à dos était trop petit, la dernière fois…)

Vendredi soir, j’ai considéré ce TPB avec curiosité. Je connais fort mal la série des années 1990 (comme plein d’autres trucs Marvel de l’époque, genre Darkhawk, Sleepwalker, divers bidules…). J’ai un ou deux épisodes fascicules qui se battent en duel, et la première édition d’un TPB qui reprend les premiers épisodes (et dont il faudrait d’une partie que je vérifie le contenu et d’autre part que je me replonge dedans, histoire de…).
J’ai jamais été grand admirateur de Jim Valentino, mais je ne déteste pas ses boulots « indés » (son Normalman est rigolo), et j’aime son énergie. Le peu que je connais de cette mouture des Gardiens me laisse l’impression que c’est plein d’idées et que ça va vite. Il n’est donc pas impossible que je revienne sur le sujet un jour, histoire d’évoquer plus précisément cette série.

Jim

Les Gardiens de Valentino sont rapidement évoqués dans l’article du dernier Zoo consacrés aux GoG.

Ils en causent aussi dans le Comic Box du mois…et à ma grande surprise, il semblerait que la série cartonnait pas mal à l’époque.

Il semblerait que si graphiquement c’était pas terrible (ça rejoint ce que Jim à propos de Valentino), le scénario se tenait !

Alors j’ai ressorti mon vieux TPB, intitulé “Quest for the Shield”.
Déjà, c’est pas la même couverture.

Ensuite, le bouquin contient les six premiers épisodes (alors que le tome 2 de l’édition récente commence au huitième). Soit le septième épisode passe à la trappe, soit je vais devoir reprendre le premier tome de l’édition récente.
Les coquinous.
Bon, je finis le TPB reprenant les épisodes des années 1970, et j’entame celui-ci, afin de me faire une opinion.

Le truc cool, pour un vieux lecteur comme moi qui a commencé la VO en 1981 (oui, l’année où j’ai commencé la VF, c’est une longue histoire), c’est que l’impression restitue les trames d’impression de l’époque. Du coup, ça a un charme fou. Je sens déjà que je vais avoir du mal à offrir cette vieille édition.

Jim

Je viens de le relire, ce vieux TPB de 1992.

Très sympa.
Mais très nineties, hein !
Des grandes cases pleines d’effets de vitesse, des explosions, des bastons. En soi, assez peu de violence, celle-ci s’exerçant sur les décors, les vaisseaux spatiaux, ou des personnages dont on se doute qu’ils vont bientôt s’en remettre (“après s’être tirés de ce mauvais, nos héros…”).
L’écriture est bizarrement décompressée (avant l’heure), il ne se passe pas grand-chose mais ça demeure assez bavard, Marvel way. Les notes d’humour sont nombreuses (notamment dans les crédits), et Valentino recourt à d’étranges ellipses, rattrapant le non-dit dans les dialogues. Bref, ça crée des changements de vitesses assez étonnants.
Mais c’est pas mal. Sur un pitch basique (Vance Astro se met en tête de retrouver le bouclier de Captain America, sans doute pour la force symbolique de l’objet), les six premiers épisodes présentent une grosse baston sur une planète étrangère qui vient de subir les assauts d’un groupe de criminels cosmiques appelé “Force” (quatre épisodes), puis les duels successifs des différents Gardiens contre les membres de Force (deux épisodes). C’est un peu déséquilibré, et Valentino utilise la structure déjà vue depuis des décennies, utilisée bien souvent dans les tournois orchestrés par le Grand Master (vous vous souvenez de différents épisodes de Defenders ou du Tournoi des Champions) et mise au point dans les premiers Justice League of America des années 1960 (allez lire la réédition de vieux épisodes dans le Forever Evil d’Urban, si vous ne voyez pas de quoi je parle). Ça donne à ce combat une touche désuète, qui fonctionne assez bien dans la machinerie générale, vaste hommage à l’univers Marvel version Stan Lee. C’est rétro, quoi.
Un comble pour une série qui se passe dans le lointain futur. Mais justement, la lecture de ce TPB conforte l’impression que j’avais de la série au feuilletage des quelques épisodes que j’avais : l’un des centres d’intérêt de la série est d’observer comment cet univers du futur se remplit petit à petit (dans ces cinq épisodes, les Gardiens accueillent deux nouveaux membres, versions futures de deux héros du “présent”), et comment cet univers du futur paie les pots cassés du “présent” (on sait déjà que le monde des Gardiens se situe après la guerre contre les Martiens dans laquelle Killraven devient célèbre) : Valentino explique l’émergence d’une civilisation belliqueuse et technologique en la rattachant à un personnage célèbre de l’univers normal.
Bref, c’est très sympa. Absolument pas génial, pas formidablement dessiné (mais Valentino fait son boulot), mais assez enlevé, avec de bons dialogues, des personnages bien tenus, une dynamique de groupe vivace. Valentino reprend dans les pas de Gerber et Stern, mais il développe les personnages sans les dénaturer. C’est plutôt pas mal. Et il semble bien s’amuser dans son bac à sable personnel. C’est sans doute cela, aussi, qui a conquis un public fidèle, à l’époque.

Jim

Avec deux ans de retard j’ai enfin acheté la bloodstone hunt et j’ai aussi pris la society of serpent en collection epic. Plus qu’à lire tout ça. Sinon vous me conseillez quoi en tp sur cap. Fighting chance :acceptance et denial ça vaut le coup?

J’attends ton avis. Je crois que c’est essentiellement du Gruenwald, ça doit pas être folichon au dessin, donc j’hésite encore, et ton avis m’intéresse.

Fighting Chance, c’est la fin de la période Gruenwald, quand le sérum du super-soldat joue des tours à Cap, qu’il perd sa motricité et qu’il est obligé de porter une armure. C’est juste avant Waid, et ça vaut le coup en tant que chant du cygne de Gruenwald.

Je conseillerais plutôt Death of the Red Skull, qui marque la dernière dizaine d’épisodes de DeMatteis, et qui est assez formidable. On peut vraiment le lire comme le duel de la démocratie et du fascisme, c’est costaud.

Jim

En relisant le thread j’avais vu que tu en avais dit du bien de dematteis du coup sur ma shopping liste. Pour fighting chance je voulais un avis car en feuilletant les tpb chez pulp’s j’ai vu que graphiquement c’était pas exceptionnel.
J’attaquerais la société du serpent demain soir au boulot ( ce soir suissur le tome 2 d’human target ). Je te tiens au jus d’ici la fin de semaine voir début de semaine prochaine.
Merci Jim

J’ai commencé la lecture du society of serpents. Pour l’instant je suis sur les épisodes de carlin avec neary aux dessins ( il fait tout le tome ) et c’est sympa comme tout. Dans la première saga cap se fait piquer son bouclier par un trio de mercenaires ( batroc, zaran et machete ) pour le compte de stane. J’ai aussi lu un épisode de marvel fanfare par mckenzie et miller. Du coup je viens de commander le death of red skull et the captain ( 332-350 ).

J’ai fini le recueil hier soir (il avait glissé dans la pile des trucs en cours de lecture, sais pas trop pourquoi). Et j’ai replongé dans le petit texte de Stern. Il explique notamment qu’il a connecté les Arcturiens des Gardiens aux Arcturiens de Morbius the Living Vampire, série également écrite par Gerber. Va falloir que je vérifie dans quels numéros, et si je les ai. Visiblement, la connexion est indiquée dans ce texte (extrait d’un Foom), mais pas explicite dans la BD. Faut connaître.

Jim

L’ensemble du run de DeMatteis est formidable, même les récits du début, parfois boiteux, parfois peuplé de personnages ridicules (Team America, les motocyclistes cascadeurs de Marvel…), mais toujours tournant autour du thème du rêve américain perverti. Mais ensuite, ce qu’il fait sur Vermin, sur Zemo, sur Viper, c’est gigantesque. Et il travaille également sur Steve Rogers, partant du principe qu’il est relativement assimilé au temps présent, mais qu’il ne s’est pas débarrassé de son passé, de son éducation des années 1930, de sa culture. Stern et Byrne avaient déjà commencé dans cette direction, mais chez DeMatteis, c’est très présent. Si bien qu’on a des scènes intéressantes avec des références culturelles décalées, avec un vieux copain d’armée qui revient, avec la résurgence du spectre de l’anti-sémitisme qui est vécu par Steve d’une manière particulière.
Vraiment, l’une des meilleures périodes du titre.
Et il est en général servi par Zeck, encré par Neary, et c’est de la bombe. J’en veux beaucoup à Shooter d’avoir extirpé Zeck de ce titre où il faisait des merveilles pour le mettre sur Secret Wars.

Allons allons, tu as lu le cross-over du Mandarin sans perdre la vue, alors ça, c’est rien !!!

De rien.

Ah ça, c’est intéressant, ça motive à l’achat.

Ouais, j’imagine.

Noté : idée un peu couillonne, mais ça peut être marrant à lire.

Dans ce recueil ?
Je connais l’épisode, je l’avais lu dans un Marvel Fanfare VF (t’es sûr d’ailleurs que c’est McKenzie ? J’aurais pensé que c’était Stern. Il me semble que c’était un épisode bouche-trou réalisé dans l’éventualité où Byrne serait en retard).

Bonne pioche.

Ah ça aussi, tu me diras. J’ai pas pris, mais ça me tente quand même. J’avais lu pas mal d’épisodes de cette période en VO à l’époque de la sortie, mais j’avais plein de trous dans la collection. Je crois que j’ai presque complété, mais l’avoir en TPB, ça serait plus propre et moins fragile.

Jim

Le marvel fanfare et bien de stern mais sur une histoire suggérée par mckenzie. Et effectivement je devrais survivre à la partie graphique de fighting chance, c’est marrant avec l’âge j’arrive de plus en plus à faire abstraction des dessins.

Par contre je comprends pas trop cette collection epic. Ce volume de cap par exemple est numéroté comme le 12 ème pour la série ( le run de stern/byrne lui c’est le 9 ème). Du coup je me demande quels vont être les runs sélectionnés pour cette collection et si marvel à déjà programmé/listé tout ça.

Ah ok.
Mais j’ai pas bien compris : tu l’as lu indépendamment, ou tu l’as lu dans le sommaire d’un TPB ?

hahaha
C’est vrai que la période Gruenwald n’a pas eu que des gens inspirés. J’aime bien Tom Morgan, j’adore Kieron Dwyer, j’aime bien Ron Lim, mais Rick Levins ou Dave Hoover, par contre, c’est plus dur.

Alors je pense que c’est la numérotation de la collection elle-même. Pas au sein de la série Captain America. Là, tu parles des neuvième et douzième tomes de la collection Epic.
C’est pas la première collection qu’ils numérotent de la sorte. Il y avait une collection de hard-covers dont le titre m’échappe mais qu’ils numérotaient comme ça, indépendamment et en dépit de toute chronologie et de tout rapport avec les séries rééditées.
C’est un des arguments qui me font dire qu’elle est pensée de travers, cette collection.

Jim

Et en plus, l’encrage de John Beatty sur Secret Wars n’était pas vraiment folichon.

Jim: le marvel fanfare fait partie du tpb epic.
Et pour la numérotation elle est bien intrinsèque à chaque série. La preuve étant tout les volumes un qui sortent dans cette collection d’ici la fin d’année ( j’ai vu le vol un de spidey avec les 17 premiers episode plus un annual la semaine dernière chez pulp’s ) et dans les sollicitations tu peux voir les volumes un pour les ff et les x-men avec les premiers épisodes de la série.
Par ailleurs il y a déjà deux volumes 9 dans cette collection ( captain america : dawn’s early light et avengers : the final threat ) et deux volume 17.

Edit : j’essaierai de te mettre une photo cet aprem de la page de garde cet aprem ( y’a les différents volumes déjà sorti ). Mon ex est partie avec le pc et j’arrive à rien avec la tablette.

C’est d’ailleurs assez étonnant, parce que sur Captain America, c’était prodigieux. Mais c’est lié à la vitesse de réalisation (la légende veut que Shooter ait enfermé Zeck et Beatty dans une suite d’hôtel pour qu’ils finissent dans les temps) et au fait que Beatty a simplifié considérablement, notamment en supprimant les trames.
Moi, j’aime beaucoup les épisodes de Zeck sur Secret Wars (c’est énergique et les personnages sont quand même assez séduisants), mais je trouve quand même dommage qu’il ait quitté la série pour faire ça (d’autant qu’au départ, il me semble que Romita Jr avait été sollicité : là, il aurait tenu les délais, et à l’époque il dessinait super bien, encore…).

Jim

https://scontent-b-fra.xx.fbcdn.net/hphotos-xap1/v/t1.0-9/10653306_10204777127165152_907767272102052504_n.jpg?oh=94dbccddd3d6930817513ae1ae51868c&oe=54CFEEE7

Voilà ce que je disais. Du coup j’aimerais bien trouvé une liste des runs qui vont être compilés dans cette collection

https://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xap1/v/t1.0-9/10407563_10204777127445159_3907967788249301001_n.jpg?oh=3c597798007a34dbfd231ebc306350d8&oe=548A93F0&gda=1418387621_a96390b487de6a21d68a0b2995aaecb4

Je la poste maintenant pour quand j’aurais fini la lecture ( très sympathique au demeurant pour ce que j’en ai lu ). Merci la SNCF pour les retards ça me permet d’avancer

Noté.
Je l’ai en VF, je ne crois pas l’avoir en VO, donc ça sera l’occasion…

Bon, alors c’est moi qui n’ai donc rien compris.
En soi, pas étonnant non plus.

Cool, merci.

Elle s’est fait avoir : le Parti Communiste ne vaut plus rien !
:wink:

Ces outils-là, moi, je sais que ça existe… et ça s’arrête là !

Jim

Jim : les photos sont au dessus de ton dernier post