RÉÉDITIONS MARVEL : TPBs, omnibus, masterworks, Epic…

C’est d’ailleurs assez étonnant, parce que sur Captain America, c’était prodigieux. Mais c’est lié à la vitesse de réalisation (la légende veut que Shooter ait enfermé Zeck et Beatty dans une suite d’hôtel pour qu’ils finissent dans les temps) et au fait que Beatty a simplifié considérablement, notamment en supprimant les trames.
Moi, j’aime beaucoup les épisodes de Zeck sur Secret Wars (c’est énergique et les personnages sont quand même assez séduisants), mais je trouve quand même dommage qu’il ait quitté la série pour faire ça (d’autant qu’au départ, il me semble que Romita Jr avait été sollicité : là, il aurait tenu les délais, et à l’époque il dessinait super bien, encore…).

Jim

https://scontent-b-fra.xx.fbcdn.net/hphotos-xap1/v/t1.0-9/10653306_10204777127165152_907767272102052504_n.jpg?oh=94dbccddd3d6930817513ae1ae51868c&oe=54CFEEE7

Voilà ce que je disais. Du coup j’aimerais bien trouvé une liste des runs qui vont être compilés dans cette collection

https://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xap1/v/t1.0-9/10407563_10204777127445159_3907967788249301001_n.jpg?oh=3c597798007a34dbfd231ebc306350d8&oe=548A93F0&gda=1418387621_a96390b487de6a21d68a0b2995aaecb4

Je la poste maintenant pour quand j’aurais fini la lecture ( très sympathique au demeurant pour ce que j’en ai lu ). Merci la SNCF pour les retards ça me permet d’avancer

Noté.
Je l’ai en VF, je ne crois pas l’avoir en VO, donc ça sera l’occasion…

Bon, alors c’est moi qui n’ai donc rien compris.
En soi, pas étonnant non plus.

Cool, merci.

Elle s’est fait avoir : le Parti Communiste ne vaut plus rien !
:wink:

Ces outils-là, moi, je sais que ça existe… et ça s’arrête là !

Jim

Jim : les photos sont au dessus de ton dernier post

Voui, j’avais vu, mais j’avais pas encore répondu, parti sur autre chose…

Je me demande si elle existe vraiment.
Mais c’est sans doute ma mauvaise foi qui me fait dire ça.
En tout cas, je vais surveiller cette collection, tout de même.

Bon bon : la période Gruenwald (oui, je sais, Carlin en a écrit aussi…) a produit beaucoup de trucs très « mainstream », très dispensables, mais c’est souvent assez agréable à lire.

héhéhé
Moi, en général, en train, je prends un roman. Ça prend moins de place, et comme je lis surtout des BD ou des essais à la maison, ça permet d’écluser un peu le stock…

Jim

Conformément à mon souvenir, le récit est classique mais efficace.
Rétrospectivement l’intérêt principal reste la présence du talentueux Mike Zeck au dessin, très en forme, du moins au départ.
En effet la décision des éditeurs d’accentuer les deadlines l’a obligé à se dépêcher, et finalement il n’a pas pu tenir le rythme, remplacé pour le dernier épisode par Vosburg (et la différence de niveau est flagrante c’est le moins que l’on puisse dire).
Cette réserve mise à part, cela reste une excellente mini-série, convenant parfaitement pour découvrir le personnage.

Vengeance, violence urbaine, mafieux patibulaires, complots, poursuites, évasions, tous les ingrédients d’une histoire de Francis Château sont là, dans ce récit mené tambour battant, achevant de donner au anti-héros son statut de vigilante principal de l’univers Marvel, au moment où celui-çi squattait encore les série des autres (DD pour un épisode de Miller et presque une fois tous les ans concernant ASM dans les 70’s).

Voilà un run que je ne connaissais pas du tout et j’ai été agréablement surpris.
Gruenwald commence par créer pleins de nouveaux vilains ridicule ( madcap, armadillo ou encore flagshmasher). Il se débarrasse ensuite de nomad et incorpore la société du serpent et le scourge ( qui ratera sa première cible ).
À côté de ça il file un nouveau taf à steve comme dessinateur de captain america chez marvel et détériore doucement sa relation avec bernie.
Dans ce volume on croisera aussi nighthawk ou hawkeye et donnera leur chant du cygne à des vilains comme modok ou porcupine.
Bref je boude pas mon plaisir.
Par contre ceux qui s’ interesserait à la bloodstone hunt ne faite pas la même bêtise que moi ne prenait pas le tpb du même nom ( 357-364) mais letpb scourge of the underworld ( marvel fanfare 29, amazing spidey 278, cap A 318-320 & 358-362, USAgent 1-4)

Je continu sur ma lancée avec le tpb the captain ( 332-350 ).

Ça met plus de temps à démarrer cap se fait virer par la commission des affaires super humaine et le remplace par un certain john walker ancin super patriot. On le voit ainsi enfiler le costume et s’ entraîner avant sa première mission. Le problème c’est que gruenwald passe beaucoup de temps sur cette transition ( 3-4 épisodes ) et que john walker est antipathique au possible ( un bon bouseux du trou du cul de l’Amérique aux idées bien arrêtées ). D’autant plus que steve rogers est absent de ces épisodes. Il faut attendre le retour de ce dernier quelques chapitres plus loins pour que l’intérêt remonte et encore dans un premier temps steve est entouré du faucon, d-man et nomad ( ce dernier étant insupportable de jalousie envers d-man ). Heureusement Gruenwald reprend les chose en main et rameute les sociétés du serpents dans une intrigue aux petits oignons.
Puis après diverses missions ou le nouveau cap persiste à nous montrer sa folie et son penchant pour la violence arrive la révélation du vilain qui se cachait derrière tout les ennemis rencontrés par le nouveau cap.
Graphiquement tom morgan livre un travail correct ( je suis pas mega fan de son style classique mais ça glisse bien ) par contre
la suite par keron dwyer est excellente ( surtout encré par milgrom ) il emmène cap au sommet.

J’essaierai de mettre une image au boulot ce soir

Il ne me semble pas que la série d’albums Essential reprenant le run de Wolfman et Colan sur “Tomb of Dracula”, dans les années 70, ait été évoquée ici.
Je suis tombé, pour une somme dérisoire, sur un exemplaire d’occase du premier volume…et je ne le regrette pas !! Et pourtant, je ne suis même pas rentré dans le vif du sujet, avec l’arrivée de Wolfman au numéro 7.

Ce premier volume regroupe les 25 premiers épisodes du titre, plus un numéro de “Werewolf by Night” (à l’occasion d’un crossover impliquant le Loup-garou de Marvel) et un numéro spécial, “Giant-Size Chillers 1”, qui voit la première apparition de Lilith…

Au tout début des années 70, Marvel (comme ses concurrents) est sous le joug du fameux Comics Code, qui a très peu (voire pas) évolué depuis sa mise en place au cours des années 50. Celui-ci stipule clairement que, parmi les interdits auxquels se plient les créateurs et les éditeurs, les vampires sont proscrits par exemple. Dans ce contexte, les titres “horrifiques” de l’ère pré-code (à la EC Comics) ne peuvent exister.
Les lignes, logiquement (après les bouleversements des années 60), se mettent à bouger, notamment sous l’impulsion d’un Stan Lee qui se passe de l’approbation du Code pour publier le fameux numéro de Spider-Man qui évoque sans détour la consommation de stupéfiants (dans un but clairement préventif, d’ailleurs). A partir de là, il est clair que le Comic Code, en l’état, est caduque : il est réécrit en conséquence.

Les titres horrifiques vont par conséquent se mettre à pulluler, chez Marvel comme ailleurs. On peut à nouveau exploiter les vampires, les goules, les monstres divers et variés… L’éditeur reste prudent : il “teste” l’apparition d’un premier “vampire” (pas tout à fait un vrai vampire, plutôt un vampire “scientifique” pourrait-on dire) avec l’apparition de Morbius the Living Vampire dans les pages de “Amazing Spider-Man” à la fin de l’année 1971. Et ça passe.
La porte est donc ouverte pour des tentatives plus franches, comme le lancement du loup-garou Jack Russell en février 72 dans les pages de “Werewolf by Night”. Deux mois plus tard, Marvel lance le titre “Tomb of Dracula”. Quitte à lancer un titre impliquant un vampire, pourquoi ne pas utiliser le plus célèbre d’entre eux ? Et ça tombe bien, les droits du fameux roman de Bram Stoker venant de tomber dans le domaine public. L’utilisation du fameux Comte est évidemment un avantage, par rapport à la création d’un nouveau personnage.

Au dessin, c’est Gene Colan (célèbre pour sa fameuse prestation sur “Daredevil”, et qui s’illustrera aussi sur “Doctor Strange” et “Iron-Man”) qui s’y colle. Il est parfait pour ce type d’ambiance, et signera l’intégralité (!) des 70 épisodes du titre, souvent encré par Tom Palmer, dont l’encrage gras va comme un gant à Colan. Au scénario, on se bouscule au portillon : Gerry Conway signe les deux premiers épisodes, Archie Goodwin et Gardner Fox écrivent les 4 suivants. Wolfman arrive au numéro 7, et reste jusqu’à la fin du titre (à l’exception d’un fill-in par Fox sur le numéro 9). Sacré run pour un même tandem créatif…

Le pitch : Frank Drake (notez la parenté du patronyme avec celui du célèbre Comte) est un jeune homme ruiné, qui a dilapidé la fortune familiale en un laps de temps très court. Clifton, son meilleur ami (pas rancunier vu que Drake lui a piqué sa copine…), lui fait remarquer que pour se refaire, il ferait aussi bien d’exploiter le seul bien qu’il lui reste, un vieux château abandonné en Transylvanie. Les légendes lugubres qui courent sur le château et son ancien propriétaire, le fameux Dracula, ne les dissuadent pas de s’accaparer la vénérable demeure. Là, dans une crypte, Clifton incrédule retire le pieu enfoncé dans la poitrine d’un cadavre. Il n’en faut pas plus pour que Dracula refasse surface !!

Le titre est considéré comme une des réussites majeures du Marvel des années 70, notamment dans sa façon de relever le défi d’un titre dont le protagoniste principal est aussi le vilain (une gageure). Porté par un duo artistique au sommet de ses possibilités, le titre multiplie les personnages secondaires plus riches les uns que les autres (parfois des créations, parfois des reprises des personnages de Stoker), au premier rang desquels le fameux “Daywalker” Blade (qui connaîtra 25 ans plus tard une adaptation cinématographique, fameuse).
Le plus drôle dans cette affaire, et qui rend la réussite du titre plus étonnante encore, c’est que Marv Wolfman reconnaît volontiers ne pas spécialement aimer les vampires, et affirme (hum) ne pas avoir vu le moindre film ou série télé mettant en scène les fameux Nosferatu. Il déclare s’en être tenu à la lecture du roman de Stoker, ce qui explique peut-être la fraîcheur de son travail sur le perso…

Je n’en suis qu’au tout début, mais je ne manquerai pas de venir en dire plus un peu plus tard. To be continued…

En la relisant je trouve que la série atteint un tout autre niveau avec l’arrivée de Wolfman, le rythme est plus soutenu et les rebondissements plus percutants.
Les épisodes qui précèdent sont pas mal mais la valse des scénaristes donne l’impression que la série tâtonne quand à la direction à prendre.
Néanmoins j’apprécie beaucoup le premier épisode encré par Colan, relu à de nombreuses reprises dans un des volumes de Marvel : Les origines.
Un sacré run en tout cas.

Oui, j’ai lu des chroniques sur le web qui soulignent que le niveau général (et précisément le rythme) s’emballe avec l’arrivée de Wolfman. Mais comme toi, je suis déjà très client du premier épisode, particulièrement réussi, avec un Gerry Conway très en verve dans le registre prose bien sentencieuse et gothisante, et un Colan qui jette les bases de son travail sur le reste du run (le côté château enfumé des Carpathes, vraiment très réussi).
D’ailleurs, au sujet de Colan, j’ai oublié de préciser un point. De manière étonnante, il ne se base pas, pour donner un visage à son Dracula, sur le visage de Bela Lugosi ou celui de Christopher Lee, les deux Dracula cinématographiques les plus célèbres (à l’époque, mais encore aujourd’hui). Il s’es basé sur le visage de Jack Palance, qui incarna lui aussi plusieurs fois, au cinéma puis plus tard à la télé, le célèbre vampire.

Pour l’anecdote, Dracula apparut après la fin du run de Wolfman et Colan dans quelques épisodes des “Uncanny X-Men” (deux, dont un annual), mais dans une version très différente de celle établie par “Tomb of Dracula”. A tel point que certains lecteurs américains préfèrent considérer que le Dracula de Wolfman et Colan évoluait dans sa propre continuité narrative, omettant ses interactions avec des persos pourtant établis par ailleurs dans le Marvelverse (Blade évidemment, mais aussi Spidey et Strange).

Des titres ultérieurs sont apparus dans les années 90 et 2000, mais de ceux-là je ne sais rien…

Vu ce qui est arrivé par la suite ça vaut mieux (je garde tout de même un bon souvenir de l’épisode de Sienkiewicz).
La version actuelle du vampire est même méconnaissable, je dois être trop habitué à la version Colan, vu que j’ai du mal avec le look qu’il avait dans la série X-Men (quoique l’armure rouge me rappelle un peu la version Coppola).

Ah tiens, je savais pas !!!

Et le Surfeur d’Argent !

À part ça, une série extraordinaire, ouais !!! À la fin mémorable !!!

Jim

Le Surfeur d’Argent ? Ah tiens, ça je l’ignorais.
J’ai lu en effet sur le net qu’à la fin du titre, Wolfman (pourtant sommé je crois de revoir ses plans, le titre ayant été arrêté deux ou trois épisodes avant l’échéance initialement envisagée ; d’où le recours à un épisode double…) s’était surpassé et avait offert une conclusion forte à son run. J’ai hâte d’en arriver là…

C’est le premier album Dracula de chez Artima que j’ai acheté, à l’époque…

Oui, c’est un de ces exemples de séries et de runs qui donnent une impression satisfaisante de complétude, comme si rien ne manquait, comme si tout avait été dit.
Wolfman a fait progresser son action avec une structure un peu soap, et des interactions formidables au sein d’un groupe de personnages qui fonctionne comme une famille recomposée, un peu. Et comme il"humanise" son méchant, ça crée des mouvements de balanciers entre les héros et leur adversaire (chacun croisant des personnages secondaires qui ne font que confirmer l’approche pas du tout manichéenne), les deux camps étant aussi intéressants l’un que l’autre.
Vraiment, un régal.

Jim

Tout!
C est découpé pour tout reimprimer: ca remplace les essentials.
Ils commencent juste par les runs non déjà réédités (d où Gruenwald et Dematteis pour Cap.
mais commence a tout reprendre à zéro depuis quelques temps

Il était aussi dans le GN Captain America Red, White & Blue ce Marvel fanfare par Stern et Miller.
Un de mes Cap préférés.

Le Cap #350 fut mon 1er Cap en VO.
J aime beaucoup ce que faisait DWyer (même si je trouve que l encrage de Buladani à partir de la Bloodstone Hunt lui va mieux)

Sinon globalement OK avec JIM sur ce qu il dit sur Cap, Dematteis etc etc
D ailleurs le run de Dematteis et Zeck a commencé à etre reedité en epic collection

Je me relis le run de busiek sur ce titre original. Le premier épisode est bien foutu surtout qu’à l’époque le clif de fin n’avait pas fuité.
Busiek caractérise très bien son équipe de maîtres du mal et fait références au travers de ses personnages et de leurs péripéties à énormément d’événement passés lié aux vengeurs ( normal vu le nombre de fois qu’ils ont croisés le fer que se soit individuellement ou sous le leadership de zemo ). Du coup ça me donne envie d’aller relire pleins d’épisodes des vengeurs période thomas ou stern.
Le casting est réussi, chaque membre apportant quelque chose à la dynamique de groupe.
Par contre marvel à sortie que trois tpb pour l’instant ( jusqu’à l’épisode 22 ) heureusement que j’ai eu la bonne idées de garder les marvel select.
Un très grand run dommage que nicieza ai rendu ça bordélique ensuite.

Je me demande si les auteurs ne devraient rien dévoiler aux éditeurs (Alonso et consorts) aujourd’hui, …

C’est vrai que ça à bien changé, pourtant alonso n’avait pas dévoilé le cliff de x-force 116 ( miigan/allred) à sa prise de poste.

Ce n’est pas une question de dévoilé aux éditeurs, c’est une question de stratégie commerciale.

Thunderbolts n’était pas prévu pour être un gros gros succès il y avait les séries heroes rebord avec les stars d’image le buzz était sur ses séries.

X-Force de Milligan et Allred était une série ultra ondé dont le succès à dépassé les espérance, si tu veux du suspens et des comics qui surprennent il ne faut pas cibler les gros titres ou ceux très en vue, car c’est dessus que la comm spoil est faîtes.

Ce qui est d’ailleurs très con comme l’exemple le plus récent avec Marvel qui spoile 24h avant la sortie l’identité de la nouvelle thor. 24h avant mais wtf c’est idiot au plus haut points, il n’y a plus d’intérêt à acheter le comics vu que certains l’auraient fait juste pour savoir qui c’étaient sans forcément suivre après. Bref ils se privent d’une grosse sortie en spoilant. Stupide.