RÉÉDITIONS MARVEL : TPBs, omnibus, masterworks, Epic…

Pas la solution la plus économique, donc, elles sont assez chères ces Intégrales. Je le dis car je te sais attentif à la question, Artie. :wink:

Merci les aminches, oui ce n’est pas la version éco, mais selon la qualité (de la traduction, de l’impression voire du numérique) je me laisserai surement tenter.
Ou alors j’irais vers la V.O (ce que finalement je fais de plus en plus, mes progrès en anglais certainement :wink: ).

En tout cas merci.

C’est exactement pour ça que j’ai précisé le nombre d’épisodes et le prix ! :wink:

Ceci dit, en dehors du prix des choses il y a des choses qui n’on pas de prix et peut-être en avez-vous déjà parlé, mais en ce qui me concerne j’avions toujours cru, mais j’ai l’impression que c’est cuit pour le coup, que c’est Stan Lee qui voulait que le Bouffon vert soit **Osborne ** et que **Ditko ** ne le voulait pas et que c’est l’une des raisons qui a fait partir Steve Ditko de chez Marvel.

:slight_smile: :wink:

Eh bien il semble que l’Histoire telle que je la connaissais, oui celle avec une grande hache, n’était pas celle que je croyais.
Non !

Les liens que l’on m’a communiqués donne un autre son de cloche.
Voyez-vous même : le **John Romita Sr.**Ditko OsborneGreen Gobelin, et là on en discute aussi.

Ma source.

Le monde est fou :open_mouth:

J attend ce TP des Doc Strange par Gillis… j ai l impression (j en ai lu 1 ou 2) que c est moins bon que Stern mais aussi que Thomas (d ailleurs il arrive vite sur la série Sorcerer Supreme au 5 (il lance directement le Gambit de faust sorti en RCM chez Semic).
De Stern, il me manquera les 57, 62-67

L essential couvre jusqu au 56 (2eme série), on a ensuite le TPB Dr Strange vs. Dracula : The Montesi Formula avec 58-62 puis le dark dimension dont parle Jim.

Album qui vient d’ailleurs d’être réédité dans la collection british des Marvel Pocket Books (j’en ai parlé il y a quelques pages, c’est pitit et pas cher).
On retrouve donc au sommaire la première rencontre entre ce bon Docteur et le plus célèbre des vampires dans le diptyque Tomb of Dracula 44/Dr Strange 14, par Wolfman et Englehart au scénar et Gene Colan/Tom Palmer à la partie graphique (l’incroyable duo créait les ambiances des 2 séries à l’époque…Colan et Palmer sont quand même restés moins longtemps sur Doc Strange), avec deux pages issues d’un autre épisode, histoire de faire le lien avec la suite.

Le reste du sommaire est consacré aux excellents épisodes 58 à 62 de Dr Strange, consacré aux efforts de Dr Strange et de ses alliés (La Sorcière Rouge, Hannibal King, Frank Drake, Blade…) pour débarrasser une bonne fois pour toute la Terre de la menace de Dracula, et par extension du vampirisme. Je n’avais jamais lu cette saga, j’en avais juste entendu parler au détour de répliques dans d’autres comics, et ce fut une découverte particulièrement enthousiasmante : un récit très bien troussé, à la caractérisation soignée et qui utilise à merveille la continuité tout en alliant les éléments super-héroïques et surnaturels de Marvel (Dracula qui envoie ses goules attaquer le manoir des Vengeurs, c’est un grand moment). Et à propos de grands moments, l’épisode 62, qui voit Doc Strange affronter Dracula sur le plan astral pendant que ses co-équipiers préparent la formule qui permettra de l’éradiquer, est sacrément palpitant, avec une progression dramatique accrocheuse jusqu’à la dernière page.
Ca m’a donné envie de me procurer le run entier de Roger Stern (je n’ai que ces épisodes et ceux publiés dans l’Essential 4).

Les dessins font aussi plaisir aux mirettes : Dan Green et Terry Austin, c’est très élégant et joliment inspiré par les concepts de Ditko (on voit bien aussi la part importante de Terry Austin sur les crayonnés de Dan Green, puisque le #61, encré par Rick Magyar, est un chouïa moins beau), et c’est Steve Leialoha qui s’occupe du dessin et de l’encrage du #62, dans un style plus sombre, bien adapté à l’atmosphère voulue par le scénariste et à final très intense.

Bref, encore une période inédite qui mérite bien une publication française (ça ferait un chouette Marvel Classic, par exemple)…

Ah, tiens, j’ai découvert ce blog cet été, et j’ai commencé à en lire les articles… Mais je n’en suis pas encore à ceux de 2015…
Une réflexion que je me fais, au passage, à propos de ces crédits… Stan Lee est crédité en tant que « writer », non ? mais ce terme est par essence ambigu.
Dans les crédits, le scénariste et le dialoguiste devraient pouvoir être séparés (je suppose que les dialogues sont bien, eux, pour la plupart signés par Stan Lee uniquement quand il est seul crédité en tant que « writer »… mais je me trompe peut-être).

Tori.

En réédition tu as juste dark dimension qui trés sympa dans la lignée de la formule montesi (mais Jim l a superbement vendu).
Malheureusment il reste de l inédit TP et qui n est donc pas numérisé et donc pas adaptatble en VF (puisque panini ne numerisera pas pour Marvel).
J attendais un volume Strange en epic collection…
il reste plus grand chose a part Stern ou bien la série Sorcerer Supreme…

Eh bien, il n’y a plus qu’à patienter, alors…car j’ai bien l’impression qu’il y aura pas mal de rééditions dans un an pour accompagner la sortie du film. Le contraire serait étonnant…

oui mais il y aura dans le tas surement une nouvelle edition de la periode Ditko par exemple.

Comment ça « ambigu » ?

Oui, ça arrive. Je n’ai pas d’exemple en en tête mais ça s’est déjà fait.

Compte tenu de ce que je sais, je pense la même chose.

Ce qui est amusant (façon de parler) avec Stan, c’est que la légende qu’il a construit ou que j’ai construit au fil du temps de ma jeunesse se défait lentement mais surement.

Ainsi quand je lis ça :

Extrait de Marvel Comics: The Untold Story (bientôt en V.F (l’auteur tient un tmblr ici.

Dans le sens où l’écriture peut concerner le scénario ou les dialogues, comme je le développe ensuite. D’ailleurs, on pourrait même découper encore plus : il y a la (ou les) personne qui a l’idée de départ, celle qui écrit le scénario, celle qui fait le storyboard et celle qui écrit les dialogues. Parfois toutes ces personnes sont la même, parfois non… Mais tout ça est normalement crédité en tant que “writer”.

Tori.

Les Journey into Mystery, les premiers avec Thor il me semble, non ?

oui mais pas que… ca se fait encore…
Y a eu des spidey avec slott et Gage en intrigues et gage aux dialogues…
mais la plupart des #1 des seventies avaient ca aussi … pas sur a 100% des exemples mais souvent Thomas ou Lee faisaient des intrigues que Conway ou autres dialoguaient…
je pense que skull the slayer a pas mal eu de dialoguistes sur les intrigues de wolfman…
dans les 70’s c est parfois indiqué chez DC sur du Ditko je pense.

Mon logiciel de gestion sépare les choses quand ce ne sont pas les mêmes qui font l intrigue et les dialogues… et ca arrive plus souvent qu on le pense.

Apres c est souvent aussi pas dit (genre Secret Warriors ou bendis ne fait qu une partie des intrigues et surement aussi Iron Fist où Brubaker ne participaient a priori qu aux intrigues…)

c est aussi le cas sur les back up de batman ou sur Batman eternal… où Snyder ne participe qu à l intrigue générale.

D’ordinaire, le writer écrit tout. C’est ce qui est admis.
Quand il y a une division des tâches, on reconnaît d’ordinaire le plotter, qui signe l’intrigue, et le scripter, qui signe les dialogues. Le writer, lui, il fait les deux.
L’opération se fait, chez Marvel en tout cas, en deux temps. C’est d’une part lié à la fameuse « méthode Marvel » promue par Stan, mais aussi et surtout aux habitudes comptables. En effet, un scénariste, dans les années 1970-1980 (je ne sais pas si c’est encore comme ça de nos jours), était payé en deux temps. Il recevait une première moitié de son pognon quand il livrait l’intrigue page à page (le plot). Il recevait le reliquat quand il faisait les dialogues (le script), soit après l’arrivée des planches.
Ce qui pouvait expliquer que, souvent, le plotter et le scripter ne soient pas les mêmes.

Jim

C’est ton côté lecteur de *manga * qui parle.
Dans l’industrie U.S il n’y a pas autant de segmentation du travail ou peu souvent.
D’ailleurs aucun exemple ne me vient en tête.
Celui qui fait le *storyboard * c’est parfois le scénariste (Moore avec ses scénario genre annuaire de téléphone), parfois le dessinateur (qui a dit **Kirby ** ? mais pas que).

Je sais que pour la série sur un **Japon ** imaginaire avec un ronin chasseur de démons (que j’aime bien mais dont le nom m’échappe) c’est le scénariste qui est d’ailleurs crédité (je crois).

Sinon aux U.S.A c’est arrivé avec les premiers **Fury ** de **Kirby ** et Steranko, si je me souviens bien c’est **Kirby ** qui faisait le découpage.

D’autres ?

Ah, merci Jim pour ces précisions. J’y vois un peu plus clair.

Tori.
Edit : Et merci à Artie, qui a dû poster son message pendant que je rédigeais le mien : c’est vrai que mon habitude des mangas fait que je n’appréhende pas forcément les comics sous le bon angle… C’est vrai que les comics, les mangas ou les BD franco-belges ne sont pas fabriquées d’une seule et même façon.
Cela dit, le découpage (pas forcément le storyboard complet, mais au moins le nombre de pages attribuées à chaque partie du récit) me semble être du ressort du scénariste et non du dessinateur.

Tori.

Giffen a souvent fait du découpage (52 par exemple)
Miller pour Janson sur la fin de son 1er run de DD
c est arrivé récemment sur une série …
C est assez répandu aussi aux USA … plus qu on ne le croit quand on a une BDD…

Sur la méthode Marvel
Mais avant Kirby… Ditko ou Mannely travaillaient déjà selon al marvel Method.
Ditko avait la main sur spidey et surtout Doc Strange avant que lee ne lache Kirby sur FF et Thor.

Oui Giffen, voilà !

j’ai commencé à lire. Je n’en reviens pas non plus.

Le coup de ditko voulant que gg soit un inconnu, pour question de réalisme, c’est ce que j’ai toujours entendu.

Le portrait qui ressort de lee du premier lien est assez terrifiant.