RÉÉDITIONS MARVEL : TPBs, omnibus, masterworks, Epic…

Et voici la discussion qu’on avait eue sur le sujet, avec quelques illustrations à destination des nouveaux venus et des curieux :

Jim

Aucune idée.
Le personnel autour de Cap a-t-il été dissous ?

Jim

Ce qui au demeurant me semble diablement piqué à Spawn.

Voilà.
Et c’est sympa d’avoir cette thématique d’héritage chez Marvel.

Tout le sel de Spider-Man, c’est la figure paternelle. Les adversaires animalisés, c’est complètement secondaire. La dynamique tourne autour du fait qu’il affronte des « vieux », des figures paternelles négatives.

Jameson, c’est aussi un père de substitution qui révèle à la fois Peter en lui faisant faire un nouveau métier, et Spidey en le mettant en avant contre son gré.

Jim

oui jamais revu depuis…
d ailleurs oui le personnel des avengers/de cap n est jamais revenu depuis reborn…
y avait un annual avec manco qui en parlait je crois…

dommage qu elle ne dépasse pas un run… en général (ghost rider, iron fist, new invaders, all-new invaders…)

Hier, je me suis baladé à Caen et je me suis arrêté à La Cour des Miracles (Rue Froide, pour ceux qui connaissent un peu la ville) où j’ai déniché pour un vil prix (un seul petit euro) le TPB de la mini-série Rogue, par Mackie et Wieringo, dans l’édition britannique de Boxtree de 1995.
Je l’ai pris tout de suite, pour plusieurs raisons : le relire en VO, préserver ma VF qui est dédicacée par Mike, profiter de l’occaz imparable…

J’aime bien cette mini. Elle propose de creuser un peu le personnage en lui donnant un passé, elle marie assez bien l’action et les sentiments, elle est magnifiquement dessinée par Wieringo, sur les dessins de qui Terry Austin ne plaque pas ses zigouigouis chichiteux mais reste sobre. Et enfin, Mackie commence à établir un petit univers, sur lequel il reviendra (notamment à l’occasion d’une mini-série consacrée à Gambit).

C’est bien entendu l’ambiance des années 1990, Marvel tentant de faire feu de tout bois avec les mutants, et affichant d’autant moins de scrupules que Claremont a été viré et que de nombreuses forces vives se portent volontaires pour occuper le terrain. Cette curée a donné le pire comme le meilleur, et cette mini Rogue tient davantage du bon grain que de l’ivraie.

Jim

Je viens de me replonger dans le TPB Thor Corps, rassemblant la mini-série homonyme ainsi que divers épisodes de la série Thor. Ces derniers, je les connais, mais je n’avais jamais réussi à compléter la mini, et l’achat de ce TPB a été une occasion de jouer au larron.

61WoBQKFeTL

Alors bon, moi, j’aime bien les Thor de DeFalco. C’est enlevé, au long cours, avec des mystères que ce dernier sait réellement bien développer (on pourra dire la même chose de ses Fantastic Four : il a l’art de distiller les fausses pistes). Et franchement, une réédition de l’intégrale ne me déplairait pas (d’autant que j’ai une partie en VF, une partie en VO, c’est le bazar…).

En attendant, ce volume rassemble les Thor #438 à 441, parus à l’été 1991 je crois, selon un rythme bimensuel, et qui marquent la première union de trois Thor face à Zarrko, le maître du temps. C’est sympa comme tout, Ron Frenz est en mode Sal Buscema, donc c’est musclé sans génie, mais ça a une sacrée patate.

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/S/cmx-images-prod/DigitalPage/30027370/145981baaf9e98ba809535677abf715f.SX1280_QL80_TTD.jpg

Vient ensuite le gros du menu, à savoir la mini-série Thor Corps elle-même, écrite par Tom DeFalco là encore, avec l’aide de Frenz, et dessinée par Pat Oliffe. Alors Olliffe, j’aime bien, mais c’est quand même très brouillon. Son encrage montre qu’il tente des choses à la Kyle Baker ou à la Klaus Janson, mais il ne maîtrise pas. En revanche, la reproduction d’originaux à la fin du recueil démontre que ses planches en noir & blanc sont nettement plus lisibles que leur version couleur.

George Roussos a dû être bien enquiquiné avec les originaux, vu qu’il semble régulièrement en difficulté quand il s’agit de faire ressortir tel élément du décor ou de distinguer telle partie d’un costume. Ralph Macchio a la bonne idée de confier, dans les troisième et quatrième épisode de la mini, l’encrage à Romeo Tanghal, un vétéran qui donne de la clarté aux planches. Y a un petit plus, qui se ressent même au niveau des couleurs, c’est dire.

http://thumbs4.picclick.com/d/w1600/pict/252263806643_/Thor-Corps-1-Sep-1993-Marvel-304804.jpg

La grosse qualité visuelles provient du somptueux lettrage de John Workman, le lettreur attitré de Simonson, qui signe là un chouette festival : bulles ouvertes sur les marges, onomatopées délirantes, titres et crédits utilisant des polices surprenantes, vraiment, c’est un régal.
La mini est construite sur un postulat classique : l’ennemi du Thor du futur (Drago Ktor), alias Demonstaff, fait pression sur ce dernier pour qu’il lui obéisse. Le futur Thor contacte donc Beta Ray Bill et Eric Masterson (alias Thor / Thunderstrike), dans l’espoir de jouer la montre. Mais bien entendu, ça part en quenouille, les héros sont baladés entre différentes époques (car oui, Demonstaff a trouvé le moyen de trouer l’espace-temps et d’y faire passer des choses, et on découvre bientôt qu’il est sur le point de tout faire péter, parce que gniark gniark gniark tout ça tout ça…). Les trois héros croisent donc le chemin des Invaders période Seconde Guerre mondiale, du Spider-Man 2099, des Guardians of the Galaxy (période Valentino), des héros du western, etc etc. Mais ils sont fortiches, donc à la fin ils parviendront à invoquer le Thor de base, le seul l’unique, et à déjouer les plans de Demonstaff. Intrigue vu mille fois, d’un petit commando de héros errant d’époque en époque dans l’espoir de retricoter l’espace-temps.
Mais là où ça vaut le détour, c’est dans le portrait du méchant. Le héros, apparu au détour d’une séquence dans la saga précédente publiée dans Thor, est creusé. De vilain spectaculaire au look très nineties, il devient une véritable menace car son pouvoir est immense. Mais il n’est pas dupe justement de sa capacité de nuisance et l’exprime. L’ironie est double car DeFalco prend soin de lui mettre dans la bouche des propos ronflants à base d’allitération, qui le font sonner comme un vilain à la Stan Lee, voire comme Stan Lee lui-même. Le vilain médiocre devenu vilain cosmique sait qu’il est un vilain médiocre devenant vilain cosmique, et ne s’en cache pas. Ses origines sont racontées à plusieurs reprises, selon plusieurs points de vue, et la vérité à chaque fois est déformée, ce qui est assez intéressant là aussi. Et ça renforce le tragique de l’affaire, car Demonstaff, dans la grande tradition Stan Lee, est un de ces méchants devenus maléfiques à cause d’un coup du sort, alors que le destin aurait dû faire de lui sinon un héros, du moins un homme normal. Et si à la fin il prend conscience de ses errements, son châtiment s’accompagne d’une véritable rédemption, chose rare pour les vilains (s’ils sont épisodiques, ils sont sacrifiables, et s’ils sont de premier plan, ils restent des méchants). DeFalco semble vouloir offrir à Demonstaff un parcours complet, et l’ironie expliquée plus haut se marie à une réflexion complexe sur les vilains à la Marvel. C’est plutôt finaud.
Le reste du sommaire est complété par la réédition des premières apparitions des trois Thor alternatifs occupant la vedette dans le recueil.

Le Thor #337, apparition de Beta Ray Bill et premier chapitre de la légendaire prestation de Walt Simonson, est proposé ici dans sa recolorisation par Steve Oliff. Belle, maîtrisée, matiérée, elle tranche avec celle d’époque (George Roussos pour les premiers épisodes), et si elle rajoute des volumes, elle fait des choix de sources de lumière qui sont bien différents de celle de Roussos. Oliff, si j’ai bien compris, s’est chargé de la nouvelle colo à l’occasion de l’édition Omnibus, repassant donc sur les travaux de Roussos, mais aussi de Christie Scheele, qui a colorisé les derniers épisodes (donc le fameux Thor #380, dessiné par Simonson en splash-pages).

Un très bon papier se penche sur les apports (ou pas) d’Oliff, et c’est à lire ici.
Si le boulot d’Oliff reste de grande qualité, il y a quelque chose qui est perdu, des choix moins tranchés, et peut-être une force amoindrie.

Jim

Je peux me tromper mais vu la couverture et le postulat, Thor Corps doit informer le récit Objectif Temps (Avengers: The Terminatrix Objective, 1993) de Mark Gruenwald et Mike Gustovitch, où deux divisions de Vengeurs, d’un coté les originaux Captain America/Thor/Iron Man et de l’autre leurs successeurs Us Agent/Thunderstrike/War Machine, voyagent dans le temps pour empêcher l’expansion du royaume de Kang.

[quote]La grosse qualité visuelles provient du somptueux lettrage de John Workman, le lettreur attitré de Simonson, qui signe là un chouette festival : bulles ouvertes sur les marges, onomatopées délirantes, titres et crédits utilisant des polices surprenantes, vraiment, c’est un régal.
[/quote]

John Workman a d’ailleurs été récompensé du prix du meilleur lettreur lors des prix Harvey de 2016.

J’aime bien Patrick Olliffe, dans le genre petit faiseur pas malhabile. J’ai toujours regretté qu’il ne continue pas à s’encrer comme lorsqu’il a repris WARLOCK AND THE INFINITY WATCH . Et ces UNTOLD TALES OF SPIDER-MAN (encré par Williamson, je crois ) étaient vraiment chouettes.

Très bon papier en effet… et qui donne (hélas ?) encore un peu d’eau au moulin de mes réticences face aux recolorisations.

Ah tiens, je l’ai lu il y a pas longtemps, ce machin là. Et bon, comment dire, on va qualifier ça de très nineties :mrgreen:

Je conserve un excellent souvenir de cette période moi aussi. Et je lui trouve comme toi un air de famille avec son travail sur les FF : dans les deux cas, sans faire dans le rétro outré, y’a un côté old-school/respectueux des débuts, avec des développements hyper-intéressants sur la durée.

Dans les deux cas, De Falco est accompagné par des dessinateurs (Frenz et Ryan) qui sont pas hyper-spectaculaires mais dont le savoir-faire et la patine « classique » servent parfaitement son propos.

Oui, c’est certainement vrai (pas relu depuis longtemps), mais j’en garde là encore un super souvenir.
Bien tarabiscoté comme il faut, et même difficile à saisir sans une maîtrise ès-Avengers, posant des tas d’éléments intéressants, jusqu’à l’outrance, concernant le folklore entourant Kang, rythmé et fun, c’est pour moi du super Gruenwald.

D’un coté je suis d accord avec vous… de l autre, c est l un des auteurs qui m a marqué pour la 1ere fois sur du rétropédalage… du back to basics tellement gros que ca casse l evolution ou l illusion d evolution…

Defalco aprés Stern sur spidey, simonson sur Thor et Simonson sur FF… on voit quand même qu il efface des evolutions importantes… qu il revient a des recettes classiques et parfois dépassées (un alter ego humain à Thor)…

Bref j aime beaucoup mais c est pas sans casse… ca me rappelle un peu les séries de Byrne a partir de 1986… c est enlevé, plaisant à lire mais y a de la casse pour le futur…

Pour rester sur le cas de son “Thor”, j’aime quand même beaucoup certaines de ses orientations : il revient effectivement à un alter-ego pour “Thor” (j’aime bien l’idée et ne la trouve pas si datée ou dépassée), comme Jurgens le fera plus tard, et va très loin finalement dans le retour aux sources. Eric Masterson est en effet dans la même situation que le Don Blake des débuts, qui découvre ses pouvoirs mais aussi tout le folklore asgardien.
Paradoxalement j’avais trouvé que ça apportait de la fraîcheur au titre.

Sans compter que la recherche du vrai Thor, qui s’est inscrite dans la durée de manière étonnante, conférait une belle aura au perso original… De Falco a un peu fait le même coup avec Red Richards durant son travail sur les FF, d’ailleurs.

Je n aime pas l idee de l alter ego…
ce truc avec le marteau… c est du faux suspense…
De plus, je prefere largement thor dans un contexte cosmique et mythologique.
De plus, il n arrive bien sur pas a avoir un vrai boulot… bref autant simonson joue bien avec cela car il n y a pas un “vrai” alter ego… autant avec Jurgens et Defalco. c est un ennui.
Simonson a eu l idee qu il fallait en se debarassant de cela (et d ailleurs Kirby s en servait peu quand on lui a laché la bride)… c est typiquement une idee mauvaise à la stan Lee (comme son début de DD).

Moi au contraire je retiens plus deflaco pour la/les sagas avec les celeste, la black galaxy, seth (même si c est pas mal pompé sur un tas d anciennes histoires mais j avoue que rien que la scene de Rogers et Thor sur une tonne d adversaire avec le recitatif sterankien/englehartien… je suis faible, je marche toujours avec ca…)

Je suis moins fan de son loki qui comme celui de Byrne (Acts of vengeance) redevient un couard à la Stan Lee… là où Simonson en avait fait un adversaire qui a sa superbe… et qu on ne retrouvera pas avant… JMS…

Voilà, c’est notamment à ce récit que je pensais. Pas mal, mais un peu poussif. C’est dommage qu’on ait eu celui-ci, et pas Thor Corps, en VF à l’époque.

Jim

Pour ma part je trouve que sur la dernière image le travail d’Oliff (à gauche c’est ça) est magnifique.
Et sur l’image précédente, celle du haut que j’ai gardée, je préfère nettement la colorisation de l’omnibus.

Mais je vais lire attentivement l’article, merci.

Grosso modo, je suis d’accord avec Fred (même si les Célestes et la Black Galaxy, c’est quand même du repompé, au dessin près), les apports de Simonson ont été effacés, à commencer par la barbe ! Mais DeFalco parvient à créer et maintenir un suspense incroyable, en jouant sur les codes. La manière dont il ramène Don Blake et ce qu’il en fait, teinté d’une grosse ironie, c’est splendide.
Sur Fantastic Four, j’aime beaucoup le fait qu’il aille piocher des trucs que Byrne avait lancés sans les exploiter, tels que Kristoff ou Nathaniel. Il en tire vraiment une grande substance.
Et comme le remarque Photonik, plein de choses se développent sur la longueur, et tiennent en haleine tout du long. C’est un des trucs que j’aime bien dans le run de Jurgens, également : il débute en lançant des sagas intéressantes, mais quand on arrive à la fin du run, on a le sentiment d’une vaste saga bien équilibrée.

Jim

Jurgens… je suis aussi trés partagé… y a du bon mais là aussi le décalque est encore plus grand du passage à du “kirby” avec Romiat jr à du “Simonson” avec Kubert…
Et la saga de Thor en all-father est pas mal… mais manque d ambition sur la fin… et surtout s efface d elle même.
C est un peu comme son run sur Cap ou Spiderman… y a pleins de petits détails interessants mais pleins de trucs qui vont pas (ex les méchants liés a internet ou aux jeux videos qui sont au mieux risibles)…

Pas mal de gens sont pas d accord mais pour moi, Defalco c est quand même le début du “on revient en arriere” qui aujourd hui est devenu la norme à chaque run… On défait… le grand exemple suivant sont les xmen du gang image
On avait eu jusque là de la stagnation…

C’est clair que le début des années 1990, c’est un retour en arrière assez frappant, qui marque l’ensemble des séries (quelques trucs s’en sortent, genre le Hulk de Peter David…).

Jim