RÉÉDITIONS MARVEL : TPBs, omnibus, masterworks, Epic…

[quote=“Jack!”]
Tu devrais aussi jeter un coup d’œil à Son of M et l’excellent Silent War qui forment un tout cohérent.[/quote]

À la réflexion, j’ai lu Silent War (qui est paru après les séries cosmiques de DnA il me semble, chez Panini) mais pas Son of M, j’en prends bonne note. Merci.

Son of M et Silent War de David Hine furent une très bonne utilisation des Inhumans. Exactement l’inverse de ce que produit MARVEL avec eux depuis l’abandon des idées de Hine.

Je vais donc relire **Silent War **et lire Son of M sur vos bons conseils. Merci

je suis de l avis de Oldtiger
d ailleurs cela devait etre une trilogie abandonnée par l envoi des inhumans dans l especa (la mini de Pacheco??)

la mini de Pacheco se fait avant. Elle date de Marvel Knight et fait suite directe a la maxi de Jenkins et on est à quelques années d’HOM. La mini de Pacheco date de 2000 là ou Son Of M date de 2006

Recueil très sympa que celui-ci. Pour ceux qui ont suivi les aventures du robot vivant de Kirby dans les pages de Titans, il n’y a rien de bien nouveau (un épisode avec Alpha Flight dessiné par Ditko, un récit court issu de Marvel Comics Present…), mais c’est vraiment sympa de lire le King dans sa langue. Et la bataille contre Ten-For a du souffle.
Autre chose sympathique, la reproduction des couvertures, parmi lesquelles on notera une par Simonson (pour la période Kirby) et une par Frank Miller (pour la période Ditko), encré par Terry Austin.
Bon, reste plus qu’un TPB reprenant la série X-51, qui était d’excellente tenue, et on aura tout bon.

Jim

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/16807676_10211244841693891_3526873926951184902_n.jpg?oh=0948555cbc3f0b99b98dca77c0e18afa&oe=58FF0820

Donc après avoir lu The Death of Jean DeWolff, me voila plongé dans la suite des épisodes à savoir Spectacular Spider-man #137 à #150*.

Alors que la série mère The Amazing Spider-man est entrée dans l’ère Todd McFarlane et voit l’arrivée de Venom, la série menée par un tandem solide (Gerry Conway au scénario et pour le dessin Sal Buscema qui débute ici une des plus longue prestation sur le personnage) va se poser comme une alternative bien moins clinquante mais o combien plus passionnante et intéressante. En créant le personnage de Tombstone, les auteurs s’inscrivent dans ce qui fait une des très grandes force de la série : son aspect soap-opera. On prend le temps d’installer le personnage et surtout on le lie à un autre bien installé dans l’univers du Tisseur. Quel grands moments pour Robbie Robertson. On est émue et on tremble pour lui, on espère que Spider-Man va le sauver et pourtant non. Tombstone est un personnage magnifique. Terrifiant et fascinant (notamment par son parlé).

Entouré de divers autres histoires faisant intervenir le Punisher, le clone de Gwen Stacy ou bien les démons de la saga Inferno (me donnant l’occasion de lire la transformation du Super-Bouffon, événement que je n’avais jamais lu), la saga Tombstone est superbe et rappelle par certains aspect le sublime Daredevil - Born Again.

Gerry Conway écrit magnifiquement bien le personnage bien sur mais ce qui me fascine c’est bien la patte du dessin de **Sal Buscema **qui donne le là à une atmosphère unique et terriblement prenante. Une perle que j’adorerais voir en album en France.

  • Plus un annual qui nous permet de découvrir les premiers pas de Mark Bagley sur Spider-Man

J’aime beaucoup le style post-Thor de Simonson de Sal Buscema durant cette période (87-93), plus finalement que celui des années 70-80 (je met un peu à part les épisodes de Rom encrés par Akin et Garvey, pour leurs aspect qui s’éloigne du rendu habituel des planches du dessinateur).
Il n’y a plus qu’à espérer après ça la réédition des épisodes de DeMatteis avec Harry Osborn et Vermine.

J’en étais fou gamin des dessins de Sal Buscema, dans le “Nova” de la grande époque…
Je suis néanmoins également très friand de sa collaboration avec Akin et Garvey, le résultat dans “Rom” était sublime.

Ses Hulk encrés par Joe Staton sont magnifiques également : une énergie incroyable rehaussée par des finitions qui reluquent un peu vers le travail de Bob Layton. Ça date des années 1970, quand Buscema prend le relais de Trimpe (qui lui-même avait profité du travail de l’encreur), mais ça n’a pas perdu en charme, selon moi.

Jim

ça fait un moment que j’y pense, mais faudrait que je me chope les intégrales de Panini sur Spectacular. Je n’ai jamais fait les Nova (un choix qui s’est affirmé avec le temps) et je vois que c’est un manque à ma collec, cette époque de Spider-Man !

Spectacular, les premiers 75 numéros sont très bien. Les épisodes de Goodwin pour le lancement sont tout à fait corrects, puis ensuite Mantlo enchaîne les tours de force avec le retour du Lézard, Carrion et quelques autres prouesses du genre, Stern fait une épatante saga avec le Scarabée qui reste l’une des meilleures histoires qui soient, Mantlo revient avec des épisodes de folie dessinés par Hannigan et la formidable guerre des gangs entre Octopus et le Hibou…
Déjà, rien que ça, c’est une lecture formidable. Ensuite, ça reste de bon niveau. La période Peter David est pas mal, y a de bonnes idées et surtout le fameux récit de la mort de Jean DeWolff. Et la période Conway est épatante, ça fuse de partout.
Et c’est clairement la meilleure série Spider-Man de l’époque.

Jim

ça, c’est pile poil ce que j’ai ! Je ne sais plus pourquoi, mais j’ai les albums reliés Nova de 25 à 32 et c’est (re)pile poil au milieu !

Dans les années 90 je lisais avec plaisir The Amazing Spider-Man de Michelinie et Bagley (j’avais débuté au moment de cet arc sympa où le tisseur s’associait au Punisher, Moon Knight, Nova, Darkhawk et Midnighter contre l’Empire Secret). J’aimais beaucoup les dessins de Bagley.

Mais quand j’ai découvert Spectacular Spider-Man dans Nova peu après ce fut la claque. En fait non, je crois que la vrai claque fut au moment où Semic décida d’agrandir le format de Nova pour le mettre au même format que les autres revues. Là ce fut vraiment la claque. Et quand je découvrais les épisodes précédents via mes achats en brocante je me régalais.

Pour moi cette série surpasse largement The Amazing Spider-Man de l’époque. Par sa tonalité, ses ennemis, son univers bien développé et surtout par les dessins de Buscema (ma psycho à deux balles me faisant d’ailleurs dire que si son boulot dans les années 70/80 est déjà excellent, son partenariat avec Simonson sur Thor la transformé)

J’ai malheureusement pas tout lu de cette période mais pour l’heure je pense que le sommet reste le retour du Bouffon Vert quand Harry retombe dans la folie. Ça montait progressivement pour éclater dans un final terrible (la scène du repas :open_mouth: )

C’est à partir de quel numéro que Nova a adopté le grand format ?

Le 193

Edit : Mine de rien avec les FF de Byrne puis de Simonson et ensuite de DeFalco, Miss Hulk de Byrne, Starlin sur le Surfeur d’Argent et, donc, Spectacular Spider-Man, la revue avait un sommaire de qualité durant longtemps

Ah bah tiens, c’est que je démarre réellement mon stock de Nova (je crois que j’étais tombé - sans me faire mal - sur un lot !)

Rhââ mais ça devrait être interdire d’écrire des choses comme ça ! http://www.bdgest.com/forum/images/smilies/grrrr.gif

Ça fait depuis cet été [size=85](et l’intégrale 83 croisée en librairie)[/size] que j’essaie de résister à l’envie de me plonger là-dedans. Je n’ai plus de places sur mes étagères moi !!! http://www.bdgest.com/forum/images/smilies/bdgest2.gif

Mon premier comics fut Nova 195 : fin d’une saga de Spectacular avec X-Factor, retour de Harry en Bouffon ; Reed, Ben et Sharon Ventura s’échappent d’un monde idyllique créé par le Maître des Maléfices pour Alicia, tandis que Johnny est poursuivi par Silver Sable et que Sue, très déshabillée, tente de gérer la crise ; et le Silver Surfer recrute Terrax avec d’autres hérauts pour affronter Morg.
Un super début.

Mon premier Lug est un Nova, le #38. Autant dire que j’affectionnais beaucoup ce format, même s’il “gâchait” un peu le contenu.

Et c’était une merveilleuse porte d’entrée : l’épisode de Spidey présentait une alliance avec le Black Goliath contre le vilain spécialisé dans les météores (et dont le nom m’échappe), ce qui me permettait de découvrir un héros et un vilain et d’avoir un avant-goût de l’univers partagé de Marvel ; l’épisode de Spider-Woman était également un début d’histoire ; et l’aventure des Fantastiques débutait avec un texte off dans lequel Roy Thomas expliquait que les héros venaient de se prendre une dégelée, ce qui me laissait deux sensations, la première étant que les héros pouvaient perdre, et la seconde qu’il fallait absolument que je lise les épisodes précédents.
Quels débuts.

Jim