RÉÉDITIONS MARVEL : TPBs, omnibus, masterworks, Epic…

Oui je viens de voir, je me suis embrouillé en effet. Bon ben en fait je les ai jamais lu ces épisodes, faudra que je les découvre un de ces quatre quand je me referais le début de la série

J’ai pas tout lu de ce qu’Ellis a fait sur ce titre, mais si c’est évidemment plutôt de la bonne came, on n’est quand même pas ici au niveau de ce qu’il a fait vite après avec Transmet et The Authority, il me semble…

Il ne faut surtout pas négliger les premiers épisodes du titre non plus, avec un John Francis Moore très inspiré, un concept très porteur, et ce malgré les dessins de Broderick que je n’aimais pas des masses.

C’est sur que ça sent les premiers travaux d’Ellis. Mais je trouve qu’il y a déjà quelques chevaux de batailles du scénariste comme l’anarchie, la politisation des héros (ou vilain pour le coup). Ce n’est pas aussi aboutit et il y a quelques passages moyens, mais il y a déjà un truc on reconnaît tout de suite que c’est du Warren Ellis.

Oui, en cela tu as tout à fait raison : abouties ou pas en termes d’exécution, les marottes et idées habituelles d’Ellis sont bel et bien présentes.

Tiens, en fouinant sur Amazon pour chercher des infos sur les TPB Hulk, je découvre ce volume, intitulé « From the Marvel UK Vaults »…

61jeIXnXGcL.SY445

J’en sais pas beaucoup plus, mais je vais quand même essayer de me renseigner, histoire de revenir en parler à l’occasion…

Jim

On en parlait l’année dernière, la réédition de la dernière grande période de Bill Mantlo sur la série Hulk a connu un troisième gros tome, qui conclut son run mémorable par sa longueur et par ses apports.

3-HulkCrossroadsTPB

Mantlo fait partie, comme Len Wein (ou d’une certaine manière Gerry Conway) de ces auteurs qui font avancer la série mais qui rangent les jouets avant de partir. On pourrait reprendre une expression qui avait, je crois, été popularisée par Jean-Paul Jennequin en son temps, et qui définissait le travail de ces auteurs comme une « évolution en trompe-l’œil ». Tout gigote, mais rien ne bouge. « Il faut que tout change pour que rien ne change », comme il est dit dans le Guépard de Lampeduza. C’est un peu vrai de Mantlo : quand il quitte la série (reprise par John Byrne pour quelques courts numéros pas réellement convaincants), Hulk est redevenu une bête idiote, un crétin musclé au babil enfantin et parano, un peu comme dans les premières années de sa remuante carrière.
Cependant, Mantlo a apporté plein d’idées, de concepts et de personnages. Kate Waynesboro a pris une importance énorme auprès de Banner. Mantlo s’amuse avec les pouvoirs, d’autres personnages écopant de la malédiction de Banner ou de ses problèmes et travers. Enfin, ce dernier est parvenu à contrôler son monstre intérieur, mais alors que son contrôle s’effrite et qu’il se retourne contre ses anciens alliés, il est éjecté dans une dimension lointaine sous le prétexte de protéger la Terre des ravages qu’il pourrait commettre (si ça ne rappelle pas par anticipation Planète Hulk, hein…).
C’est là qu’on retrouve le Titan de Jade, coincé dans une dimension dont l’aspect évoque fortement les mondes mystiques qu’explorait le Doctor Strange de Ditko. Dans ce carrefour dimensionnel (avec la métaphore de la croisée des chemins chères au Warlock de Starlin), Hulk rencontre différentes créatures qui sont autant de métaphores de ses états mentaux. Cette longue saga située « ailleurs » est en fait le tremplin sur lequel Peter David prendra appui pour sa reprise de la série (et notamment le formidable épisode #377, numéro dont je recommande la lecture à tout le monde). Dans ces épisodes, Mantlo explore les troubles psychologiques de Banner, mais également son passé et les liens conflictuels avec son père. Les flash-back du premier film, celui d’Ang Lee, viennent de là. Moment donc important que cette période, qui méritait une réédition de longue date.
question dessin, Sal Buscema signe ses derniers épisodes de la série, toujours servi par l’encrage rond et torturé de Gerry Talaoc (formidable dessinateur philippin qui avait déjà réalisé des épisodes d’Unknown Soldier pour DC, qui écrase un peu les dessinateurs qu’il encre, mais qui assure à la série une sacrée patte…). Après le depart de Sal, c’est Mike Mignola (encore débutant) et Bret Blevins qui assure l’intérim, et c’est de haute volée, graphiquement.
Personnellement, j’avais leurs épisodes, mais pas ceux de Sal Buscema. Je me suis donc replongé avec gourmandise dans cette période, afin de saisir tous les détails, et c’est vraiment un boulot de grande qualité, qui mérite qu’on la redécouvre.
N"hésitez pas.

Jim

Gerry Talaoc, c’est pas celui qui a dessiné les derniers épisodes de la Division Alpha dans Strange à l’époque (retour de Langowski “masculinisé”, combat contre l’omnipotent Sorcier…) ? Parce que je n’avais pas gardé un soubenir impérissable de cette période…

Il n’a pas dessiné, il a encré les épisodes de Mignola et de ses immédiats successeurs (Sal Buscema en a fait assurément un, et ensuite… Dave Ross ???). Ensuite, je crois qu’il a quitté le poste d’encreur. La série a été dessinée par d’autres personnes (Dave Ross est resté, je crois, ensuite euh… June Brigman ? Mary Wilshire ?… je sais plus. Whilce Portacio en a fait un ou deux, Jim Lee aussi…).

Jim

OK, je dois confondre.

Après une brève recherche, il semblerait que l’artiste dont je cherchais le nom est John Calimee. Donc rien à voir.

John Calimee, que j’aimais beaucoup. Pas du tout fait pour dessiner du super-héros, j’en conviens, mais je trouvais son trait superbe.

Ah ouais, Calimee, il dessinait les épisodes de James Hudnall, je crois. Je détestais pas, ça me semblait bizarre, mais j’aimais bien, une sorte de Steve Rude un peu maladroit, mais avec une vraie personnalité.

Jim

C’est ça, sur les scénars de Hudnall. Trop bizarroïde pour moi à l’époque.

Récemment, j’ai découvert ce TPB là :

Il contient les débuts dans Marvel Super-Heroes (épisode de Colan), la série par Gerber et Milgrom (bourrée d’idées, avec un Milgrom en mode cosmique tout à fait honnête), et les histoires qui suivent, venant de Marvel Two-in-One notamment.
Tout cela, je connaissais par les VF publiée notamment dans Titans et Spécial Strange, mais le relire en VO, même en diagonale, est très sympa.
Je signale l’existence de ce TPB souple parce qu’il est bien plus avantageux que l’édition en hardcover, qui est en deux tomes.
Excellente lecture, belle redécouverte d’un ovni Marvel des années 1970.

Il existe apparemment un tome 2, qui rassemble les apparitions des héros dans les séries voisines (genre, Marvel Team-Up ou Avengers). Je ne l’ai pas encore vu, pour ma part.

61UgOYKlKsL.SX321_BO1,204,203,200

Jim

Tiens, puisque l’on parlait de Starlin, je vous invite à regarder cette couverture, et à dénicher un petit détail en forme de blague (ou une petite blague en forme de détail, allez savoir…).
Vous séchez ?
Allez, un indice, c’est pas dans le dessin.
Allez, un autre indice : cherchez en haut à droite.

Plus d’explications ici.

Jim

Excellent :mrgreen:

C’est marrant je les ai feuilletés cet semaine chez pulps, je suis en train de me refaire tout les Marvel universe et ça m’a donné envie de découvrir un peu plus les gardiens originels. Le tome deux contient la korvac saga? Je pense juste prendre le premier tome.

Whohohoho vous avez vu qu’il y a ça qui allait sortir en 2014

61RnXF+0y1L

voilà pour moi le run classique entre tous de spidey, hormis les premiers par lee et ditko.

Un vrai appeau à Jim …

C’est clair.
Sauf que je me fais les Essentials, donc j’aurais tout cela en noir & blanc. Mais ouais, c’est de l’excellent matos (et j’ai encore en tête sa prestation sur Spectacular Spider-Man, qui me semble presque meilleure encore que celle sur Amazing Spider-Man…). Bref, j’adore.

Jim