RÉÉDITIONS MARVEL : TPBs, omnibus, masterworks, Epic…

Oh chouette.

Sur Black Widow ça donne très envie, va falloir que j’aille me plonger là-dedans, j’avoue que ce sont des titres que je ne connais pas : je crains d’avoir comme un gros trou dans ma connaissance du personnage entre la période Amazing Adventures sur les dessins (sexy en diable pour l’époque) de Buscema et les versions les plus récentes (à partir du tournant des années 2000, disons). Bon, si le MCU se décide à nous sortir un film Black Widow d’ici deux ou trois ans, ça motivera peut-être Panini à se fendre d’une intégrale…

ca risque d etre un peu court pour une intégrale… le gros vient d apres les années 2000…
j ai pas un grand souvenir des amzing adventures que j ai lu dans l Inattendu…

Pour la cape et l epee, il y a eu un beau bouquin chez hachette avec la mini des 80’s…

J’ai ce qui semble être le troisième TPB des séries historiques, et j’ai commandé les deux premiers, donc j’attends de les avoir afin de les faire dans l’ordre.

À vue de nez, ce TPB semble combler tes lacunes. Je n’ai pas tout en tête, et je soupçonne qu’il puisse exister des récits courts dans des anthologies telles que Marvel Comics Presents, mais au-delà de ça, il me semble également que le gros de l’évolution du personnage se situe dans d’autres séries que la sienne (dans Champions, dans Daredevil…).

Je sais aussi qu’elle est apparue dans au moins deux “graphic novels” de Marvel, d’abord Daredevil / Black Widow: Abattoir, de Jim Starlin et Joe Chiodo…

… puis Punisher / Black Widow: Spinning Doomsday’s Web, par D.G. Chichester et Larry Stroman.

Punisher-Black-Widow-Spinning-Doomsdays-Web-3

Je n’ai lu aucun des deux.

Jim

J ai lu le Punisher qui est dans le epic Collection Punisher “Capital Punishment”… pas le plus laid de stroman mais bon… et un scenar banal.
A priori elle a apparait dans 2 histoires de MCP et a un arc dans Journey Into Mystery (apres Lost Gods quand il ya aussi Shang Chi).

Mais a part du Marvel Team Up et les avengers… Jim a fait le tour.

Les amazing adventures sont reedites dans Sting of widow

Faut que je le prenne, ce recueil : je ne suis pas sûr d’avoir tout lu en VF, et le peu que j’en connais est magnifique.

Jim

J’avais gardé un souvenir diffus mais assez négatif de la mini-série Doctor Strange parue dans le cadre de la collection “Marvel Knights”, et parue en français dans la série Marvel Knights qui s’affichait comme un vaste fourre-tout avec quelques réussites (Daredevil, Inhumans) et quelques essais moins fructueux.

La mini a été compilée il y a deux ans dans un recueil reprenant son sous-titre, “The Flight of Bones”, qui comprend non seulement les quatre épisodes de ce récit écrit par Dan Jolley, mais également quelques pépites de la même période. Parmi lesquelles je signale un récit de Jim Starlin, publié dans un numéro de Shadow & Light (une série limitée ne contenant que des récits en noir et blanc) et dont je ne résiste pas à la tentation de partager ici de larges extraits : une histoire à la fois très simple et très efficace, traitée avec une générosité graphique évidente, sous la forme d’un magnifique hommage à Ditko.

Les amateurs trouveront dans le recueil un autre récit en noir et blanc par Michael Golden, une petite histoire de Michael T. Gilbert dans la droite lignée de Ditko (et sortie d’un numéro de Marvel Double Shot), ainsi que l’intégrale d’un one-shot dont je n’avais pas connaissance, The Mystic Hands of Doctor Strange, qui comprend plusieurs prestations en noir et blanc, par des gens comme Frazer Irving, Frank Brunner ou Ted McKeever.

Mystic_Hands_of_Doctor_Strange_Vol_1_1

Bref, un sommaire éclectique, assez épatant par sa variété de tonalité (la plupart tapent juste, tout en offrant un portrait en creux du Sorcier Suprême, à la fois complexe et cohérent) et par sa richesse visuelle. Le tout est complété de quelques bonus, illustrations, couvertures et articles divers.

strange-bones

Mais la mini-série, que j’ai relue pour l’occasion, a été une bonne surprise. Non pas qu’elle soit géniale. Déjà, graphiquement, elle constitue une déception : montée autour de la figure du dessinateur de Starman, Tony Harris, elle voit ce dernier quitter le navire après deux épisodes (très beaux mais en deçà de ses grands moments sur la série déjà citée), avant d’être remplacé par Paul Chadwick, très chouette dessinateur (et créateur) de Concrete, mais qui semble ici assez mal à l’aise. Surtout sur le premier épisode qu’il réalise (donc le troisième).
La résolution de l’intrigue est également un brin rapide. La maladie dégénérative dont semble victime Strange est rapidement évacuée derrière l’explication facile d’une rémission inattendue (reposant sans doute sur le thème de la confiance retrouvée, fil rouge du récit), et l’identité du méchant est assez plate aussi, puisqu’il s’agit d’un des gros ennemis du bon docteur, là où l’on pouvait espérer la confrontation avec une figure sinon nouvelle, du moins inhabituelle. Et que Chadwick lui confère un traitement assez ditkoïen ne rend pas la chose moins banale.
L’ensemble donne un récit sympathique, pas trop mal rythmé, mais un peu déjà vu mille fois, quoi. Rajoutons à cela le fait que l’ambiance donne l’impression qu’on est encore dans une période proche de la fin des années 1970, où Strange se lamente de la disparition de son mentor parti sans lui avoir donné l’ensemble des leçons, et on obtient une histoire qui semble rater le coche de la modernisation, malgré ses promesses de départ (Strange en détective occulte qui utilise un équivalent marvelien de la Force pour intimer ses ordres, c’est pas si mal).

J’en avais gardé un souvenir calamiteux. Sans être renversante, cette mini-série, pourtant pleine de défaut, parvient à emporter le lecteur, malgré pas mal de pistes inexplorées.

Trop de ceci, trop peu de cela, ça donne au final une mini-série pas très relevée. Un plat pas mauvais, mais un peu fade. Heureusement, la sauce d’un sommaire riche fait de ce TPB une lecture bien plus qu’agréable. Bref, un recueil qui, selon les goûts de chacun, devrait pouvoir étaler quelques charmes, d’autant que, visuellement, c’est assez joli.

Jim

Je ne me souvenais même pas de son existence !

Dans un monde idéal, Panini nous gratifierait d’une collection “Marvel les inédits” avec toutes ces perles.

Ahahahahahahah.

Le one shot N et B était toute une gamme sortie à l epoque.
J en ai 2… celui de Strange et celui sur Shang Chi
Je crois qu il y en avait d autres…

sauf que c’est pas inédits, ce fut publié en VF dans le mag Marvel Knight.

Le vieux tigre parlait des autres récits mentionnés dans le post de Jim, qui sont eux inédits…

J’ai acheté 2 numéros de ce titre à l’époque. J’ai été déçu que ça s’arrête si vite, il y avait de très belles choses, dont cette histoire du Docteur Strange par Starlin et je me souviens aussi d’une aventure de la Chose entièrement réalisée par Lee Weeks.
Sur une dizaine d’histoires, il n’y en a eu que 2 qui ont été publiées en V.F. par Panini…

au temps pour moi.

ça m’a complètement échappé.

Jim

J’ai récemment trouvé, à vil prix, un TPB reprenant les deux rencontres mémorables que les X-Men ont faites dans les années 1980 avec les Fantastic Four et avec les Avengers.

_Avengers_Fantastic_Four_HC_Vol_1_1

Deux aventures que j’ai lues avec passion dans la collection Récit Complet Marvel de Lug, mais qui présentent, pour des raisons différentes, de quoi décevoir.

-X-Men-1-4

La première, écrite par Chris Claremont et dessinée par Jon Bogdanove, est bien entendu magnifique : les personnages sont expressifs et sensibles, les portraits sont vivants, tout le monde est crédible et touchant. Les décors (notamment latvériens) sont très chouettes. Bref, de l’excellent boulot.

Mais la série souffre d’un trop grand nombre d’intrigues (les X-Men se remettent avec difficulté de la raclée administrée par les Marauders, Doctor Doom vient jouer les tentateurs faustiens et le passé de Reed Richards est remis en cause) et d’une conclusion rapidement expédiée et bien faible : tout ça pour ça, serait-on tenté de dire.

FantasticFourVsX-Men04-03

L’autre mini-série revient sur le procès de Magneto et sur ses méfaits en tant que super-vilain et incarnation de la cause mutante. Le script est rédigé par Roger Stern et les dessins assurés par Marc Silvestri, alors encré par Joe Rubinstein (qui éteint un peu sa fougue, mais ça reste très chouette).

x-men_vs_avengers

Malheureusement, Stern écrit un quatrième épisode qui va à l’encontre de ce qui était prévu pour les mutants, et sachant que l’editor n’est autre qu’Ann Nocenti, il n’a d’autre choix que de revoir sa copie ou de céder la place. C’est ce qu’il fait, le quatrième épisode étant réalisé par Tom DeFalco et Keith Pollard, équipe éminemment compétente mais dont la prestation laisse entendre qu’on est passé à côté de quelque chose.

Stern ne tardera pas à quitter la série Avengers. J’ai longtemps pensé que son départ était motivé par les désaccords avec Ralph Macchio notamment quant à l’intrigue en cours (le groupe Heavy Metal), mais je me demande si le changement de cap de la mini X-Men / Avengers n’a pas joué un rôle également.

Silvestri-marvel-characters-the-avengers

Le recueil propose un aperçu du quatrième épisode version Stern, en reproduisant en petit ses pages de script, annotée par Macchio.

Le sommaire, enfin, propose la réédition de deux conflits précédents, tous deux orchestrés par Stan Lee et Jack Kirby. On a tous lu ces épisodes, mais ça ne fait jamais de mal d’en reprendre une tranche.

Jim

Allez, plus qu’une semaine …

Sans oublier Terry Austin à l’encrage. La qualité des planches de Bogdanove dépend beaucoup de l’encrage (il y a d’autres séries où il a officié que j’ai trouvées nettement moins agréables à regarder) !

Jamais aimé FF Vs XMen… c est typqiue du claremont que j en aimais déjà plus… ca pleurniche… ca part dans tous les sens sans queue ni tête…
ZZZZZZZZZZZZZZ
Comme Stan sans Kirby et Ditko, Claremont sans Byrne ou Cockrum c est souvent sans idée, ca tourne en rond et ca veut faire humain quand ca fait soap de bas étage.

J adorais l autre mini malgré une fin pourrie… mais les 3 numéros de Stern sont superbes…et Silvestri n a jamais été aussi bon qu en sous mike zeck…

Rien que la réplique de Black Knight à Wolverine et ses phrases répétitives… c est un régal.

Je viens de lire “Control”, le TPB reprenant les premiers épisodes de la série Heroes for Hire version Dan Abnett et Andy Lanning. Et c’est excellent.

H4H-Control

L’histoire débute grosso modo dans la période suivant le cross-overShadowland”, orchestré autour de la série Daredevil version Andy Diggle. On retrouve Misty Knight, qui vient de remonter les “Héros à louer”, mais sous une forme inédite chez Marvel. “Chez Marvel”, parce que la forme emprunte un peu à Mission: Impossible et beaucoup à l’Oracle de DC, à savoir que Misty confie des missions à des héros qui ne connaissent pas son identité (pour la plupart d’entre eux) et qu’elle ne rejoint pas sur le terrain, puisqu’elle reste derrière son ordinateur. Si l’idée en soi n’est donc pas originale, elle a le mérite de créer une dynamique inédite pour ce “groupe”. Cela permet de voir passer des personnages moins connus (le Paladin tire la couverture à lui) ainsi que des vilains peu exploité (le Baron Brimstone fait un retour impressionnant).

La première qualité de la série est la diversité des missions : les héros interceptent des trafiquants d’armes distribuant des objets magico-techno-organiques impliquant des possessions, ou déjouent un trafic de femmes primitives enlevées dans la Savage Land et destinées aux clients de clubs sélects. Il y a dans les trois premiers épisodes, superbement illustrés par Brad Walker, un petit quelque chose de Warren Ellis, dont on retrouve les thèmes : mélange de magie et de technologie, marchandisation de l’humain… C’est assez brillant, très vif, les dialogues fusent et les épisodes peuvent être lus indépendamment.

Mais il y a un fil rouge : Paladin soupçonne que quelque chose cloche, et se met en secret à enquêter sur Misty, découvrant qu’elle n’opère pas de sa plate-forme. Mais où est-elle ? Et si elle a été enlevée, à qui parle-t-il ? La résolution de ce premier volet se déroule dans les deux épisodes suivants, illustrés par Robert Atkins, qui est nettement moins bon que celui qu’il remplace. Dommage. Mais le suspense fonctionne très bien, et les rebondissements sont bien amenés. Misty est libérée de l’emprise où elle se trouve, et il reste aux héros à louer à découvrir pour qui son ravisseur travaillait.

H4H-Complete

Pour ma part, je n’ai pas encore la suite, dont je découvre d’une part qu’elle est connectée à Fear Itself (zut, un cross-over) et d’autre part qu’elle semble n’avoir été recueillie que dans une intégrale. Ce qui va sans doute occasionner un doublon dans ma collection, parce que je crois que je vais me précipiter dessus si je le vois passer, tant cette première partie m’a emballé.

Jim