SECTION ZERO #1-6 (Karl Kesel / Tom Grummett)

section-zero-1-of-6_e7fb379bdc

SECTION ZERO #1 (OF 6)

Published: April 3, 2019

“GROUND ZERO,” Part One A team of fearless adventurers uncovers the secrets behind UFOs, MONSTERS, and LOST CIVILIZATIONS! It’s “JACK-KIRBY-does-The-X-Files” in this miniseries by one of comics’ classic creative teams—KARL KESEL (Harley Quinn, Superboy) and TOM GRUMMETT (The Death of Superman, Superboy)—and some of the greatest alternative cover artists in the industry!

Source : www.imagecomics.com

Les couvertures variantes du #1 par Walt Simonson et Jerry Ordway :

_131fc7406f

_7a7c101497

19 ans après le troisième numéro je suis étonné que l’éditeur remette le couvert, mais puisque je garde un bon souvenir de ce que j’avais lu à l’époque, j’en suis aussi ravi.

Jim Lainé a parlé ici de cette série jadis morte-née, mais qui revient étonnamment maintenant ; il ne m’en a pas fallu plus pour vouloir donner sa chance à ce #1 réédité… et j’en suis ravi. Merci, Jim.
Je découvre donc ici la “fameuse” Section Zero, une structure secrète de l’ONU qui gère le surnaturel ; bon, rien d’original. On les voit en pleine action en Asie, pour gérer un étonnant garçon-insecte qu’ils finissent par recruter. “Ils” étant un aventurier grande gueule, charmeur et un peu bad-ass, une scientifique stricte et austère, et un extraterrestre gentil et apparemment innocent. Là non plus, rien d’original.
Karl Kesel ne présente rien de neuf, ici, et il ne fait qu’appliquer la formule classique de la section black-ops gérant le paranormal ; mais il le fait bien. Tout ça a le parfum du “bon classique”, de cette fameuse formule qui donne l’impression d’être en terrain conquis, mais agréable. Il est bon de rentrer “à la maison” dans cette série, qui va sûrement dérouler des choses prévisibles, mais avec sérieux et application.
A ce titre, Tom Grummett livre de très belles planches. Je ne suis pas un grand fan de son style, j’ai même “rejeté” ses planches à une époque (notamment les Teen Titans), mais… là, ça passe vraiment bien. C’est agréable, dynamique, joli ; efficace.
Un bon début. Un peu marqué par le début des années 2000, ce qui est légitime : la série a d’abord démarré il y a des années, s’est arrêtée, et est maintenant rééditée puis relancée ; je dis oui. J’ai hâte de voir la suite !

De rien.

Et cool, ravi que ça t’ait séduit.
Vers la même époque, le thème de l’équipe d’enquêteurs paranormaux (sanctionnés ou pas par le gouvernement) avait donné des trucs sympas. J’ai un bon souvenir des Perhapanauts de Todd Dezago, par exemple. Sans même parler du BPRD, pardi !
Mais comme tu le dis, Kesel arrive à trouver une tonalité. Et sur les trois épisodes sortis à l’époque, on voit qu’il évolue dans un terrain balisé par les Fantastic Four et par leur créateur, Jack Kirby. C’est de plus en plus sensible à mesure qu’on avance dans l’histoire. Pas étonnant, d’ailleurs, Kesel est un fan inconditionnel du quatuor, et a livré quelques très beaux moments à leur sujets (souvent trop courts, en revanche). Et Grummett est fan aussi.
Section Zero, c’est ce qui me faisait dire dans les années 2000, à chaque fois que Marvel se mettait en quête d’un nouveau scénariste, qu’il fallait confier la série à Kesel.
Franchement, je suis ravi que la série ait droit à une seconde chance.

Jim

Oui, Kesel aurait dû avoir une vraie chance sur les FF.
Il souffre de ne pas avoir de nom assez vendeur, hélas.

Un recueil de toutes ses histoires sur les FF, ce ne serait pas de refus (la version 2099, les fill-in avec Immonen, les one-shots “The Wedding special” & “A Death in the Family”, la série Human Torch).

Rien que ceux-là, ça ferait des merveilles.

Jim

Hop, deuxième numéro sorti, et ça reste très solide. Karl Kesel semble se perdre dans des rebondissements qui se téléscopent au début, mais c’est pour livrer de très bonnes dernières pages, qui créent plus de mystères en creusant le passé des personnages. Ca commence par la découverte de l’étrange créature aquatique que l’on croit morte, mais non ; elle s’avère en outre un ancien membre de la Section Zero.
L’équipe trouve le tigre à dents de sabre recherché, mais Tina disparaît. Sam est crispé, le retour à la base n’est pas simple, les ennemis se préparent, et Sam décide de gérer ça seul ; même s’il se souvient de sa lune de miel agitée avec elle, avant le divorce, et ça révèle de futurs éléments, notamment l’étrangeté du costume de la jeune femme. Le final est classique, mais efficace sur la disparition de Tina.
Bon, beaucoup de choses, donc. J’ai trouvé le début un peu pataud, un peu maladroit, mais Karl Kesel retrouve un bon rythme dès l’arrivée au QG. Même si tout ne fonctionne pas, sa mise en place est bonne : les ennemis manipulateurs, sortes d’équivalents agressifs de la Section Zero ; le directeur plein de secrets ; le subplot sur les anciens membres de la Section Zero ; l’étrange nouveau membre ; les difficultés de Sam avec Tina ; leur passé commun, aussi, et notamment la blessure de Tina. J’aime bien tout ce qui est ainsi avancé, et je suis curieux de lire la suite.
Tom Grummett livre des planches solides et équilibrées. Je ne suis pas un grand fan, mais sa narration est bonne, c’est clair, direct et très professionnel. Du bon travail. J’ai hâte de lire le prochain épisode, et ceux qui suivent, complètement inédits. Même si le titre est loin du maître-étalon en matière d’équipe de l’étrange, Planetary, la série propose des choses intéressantes, et sa gestion du surnaturel me plaît ; je prends, je dis oui à la suite !

SECTION ZERO #3

Written by: Karl Kesel.

Art by: Karl Kesel, Tom Grummett.

Covers by: Tom Grummett, Dave Gibbons.

Description: "Sacrifices Must Be Made."There’s a s ecret, savage world far below the streets of New York-and Section Zero must survive it in order to find their missing leader.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: June 5.

Source : www.comicscontinuum.com

Troisième numéro de Section Zero, “dernier” de la première mouture du titre, ressuscité quasiment vingt ans après son annulation ; et si je suis curieux de cette reprise, je dois avouer que la production “de l’époque” me plaît déjà.
Tina a disparu, Sam décide de mener une croisade solitaire pour la retrouver. Quitte à reprendre contact avec une sorcière séductrice, pour obtenir des informations sur Tina… en échange d’un mystérieux médaillon, que Sam doit retrouver dans les égouts ; dans le royaume des exclus et des monstres. Ca ne se passe pas bien, l’équipe vient l’aider ; mais ils se font prendre par le Rat King. Ca se bat, ça se libère… mais ça se fait prendre par les Ghosts, qui usent d’un odieux chantage pour obtenir le médaillon. Tout est à refaire, même si Sam a l’opportunité d’avoir la connaissance du Rat King - de la pire des façons ! En le dévorant, car le titre et le savoir de la lignée passent par la “dégustation”.
Un numéro dense et riche. Une fois de plus, Karl Kesel ne révolutionne rien, mais enchaîne les idées sympathiques dans le domaine de la lutte contre le surnaturel ; c’est prévisible, mais rigolo, et surtout très bien rythmé. Les rebondissements se succèdent, c’est bien dynamique, et Karl Kesel lance un univers pas vraiment original, mais avec beaucoup d’éléments, et beaucoup de possibilités.
En parallèle, Tom Grummett livre des planches jolies et efficaces. Ca permet une lecture très fluide, très agréable ; comme le sentiment de revenir en terrain connu, mais en suivant une voie que le fan du genre ne peut qu’aimer. Je suis curieux de la suite et donc de la reprise, mais ce lancement d’il y a 19 ans était déjà bon !

N’est-ce pas !!!

Jim

sectionzero5a

SECTION ZERO #5

Written by: Karl Kesel.

Art by: Karl Kesel, Tom Grummett, Kelley Jones.

Covers by: Tom Grummett, Dave Gibbons.

Description: « Strange and Mysterious Creatures. » Something horrible happened in the Green Swamp – something that changed Section Zero forever.

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: August 7.

Source : www.comicscontinuum.com

Je gardais un assez bon souvenir de cette série, du moins des trois numéros parus. Je ne sais pas ce qu’a fait Karl Kessel ces derniers temps, mais son scénario du quatrième épisode, inédit, pour la relance du titre fait pitié.


Tom Grummett quand à lui ne prend pas plus de risque du côté de la planche à dessin que son associé.

Le point positif, est qu’il me semble que Section Zero est une fort belle opportunité d’offrir aux très jeunes lecteurs un ticket d’entrée dans le monde de la BD. Je suis sûr que j’aurais aimé lire ce type d’histoire lorsque je découvrais la bande dessinée, vers 5-6 ans.
Un âge que je n’avais pourtant il y a 19 ans.

Je te trouve un peu dur.
J’ai lu les #4-5 en même temps, et si je reconnais quelques défauts, je reste charmé par l’ensemble ; même si j’avoue que c’est sûrement parce que cette BD me fait penser aux choses que j’aimais quand j’étais gamin, les chasseurs de monstres assez propres sur eux et sages.

Karl Kesel et Tom Grummett avaient signé les trois premiers numéros de Section Zero il y a quasiment vingt ans, et ça s’était arrêté ; ils ont réédité le début et reprennent maintenant… en assumant le changement temporel, et en plongeant le lecteur dix-huit ans après. Même si les numéros #4-5 vont et viennent entre les flashbacks, pour expliquer un peu ce qu’il s’est passé après le choc des découvertes. Et il y en a.
La Section Zero existe toujours, mais les membres et équilibres ont changé ; bien que le groupe ne se soit jamais remis, en fait, de la disparition de Tina et des ravages que cela a causés sur l’équipe, et surtout Sam. C’est assez rapide, assez téléphoné aussi, mais l’ensemble fonctionne bien sur moi. J’aime bien ces changements, je suis curieux de voir la poursuite de la saga, et je suis surtout intrigué pour voir comment Kesel va tout remettre sur pieds, vu les quasi deux décennies passées depuis la fin du #3.
J’aime bien les nouveaux personnages, l’alchimie ne fonctionne pas pour tout mais ça se passe bien. Tom Grummett livre des planches correctes, bien qu’il n’y ait en effet aucun risque pris. C’est propre, sage.
Comme cette série, en fait. Qui donne bien l’impression de lire une BD « tous âges », sur la quête du paranormal dans un univers propre et assez doux. J’aime bien, ça fait partie du charme de ce titre clairement ressuscité pour mon plaisir.

Je me demande ce que Kesel a gardé et ce qu’il a modifié…

Jim

La quête des Rings (of Fire, of Water), l’apparition du pote de Sam, voire le switch entre Sam et le monstre.
Le reste, ça a dû changer.

Ah, ils ont fait ça en Real Time ?

J’achète !

sectionzero6a

SECTION ZERO #6

Written by: Karl Kesel.

Art by: Karl Kesel, Tom Grummett, Adam Hughes, Stuart Immonen.

Covers by: Tom Grummett, Dave Gibbons.

Description: Mini-series finale. « Ring of Fire. » This action-packed finale has it all: death, destruction, the greatest sacrifice of all-even the Mall of America!

Pages: 32.

Price: $3.99.

In stores: Sept. 4.

sectionzero61

sectionzero62

Source : www.comicscontinuum.com

Suite et fin (apparemment ce ne serait qu’une mini-série en six parties, et ce numéro conclue beaucoup) de la saga « ressuscitée » de Karl Kesel et Tom Grummett. C’est plutôt cool, mais un peu expédié ; j’en reprendrais bien.
Beaucoup de rebondissements se succèdent ici, et Karl Kesel maintient une narration fluide : le lecteur arrive à comprendre ce qu’il se passe, et si plusieurs choses sont survolées, on arrive à comprendre et à suivre aisément. Quasiment toutes les intrigues sont ainsi gérées et conclues, même si elles appellent des suites et des explications complémentaires. Chaque personnage a son petit moment, les éléments sur les fameux anneaux sont « faibles » mais tout connaisseur de la culture populaire saura être en terrain connu.
Je retiens essentiellement les dernières pages, avec une jolie émotion sur deux personnages assez classiques mais dont l’histoire fonctionne bien. Karl Kesel a créé un petit univers très riche, même s’il est essentiellement basé sur les clichés de cette fameuse culture populaire, mais ça fonctionne très bien. Je me suis beaucoup amusé à la lecture, avec ce rythme très fort, ce casting important, avec beaucoup de bons mots et d’idées sympathiques.
Il est un peu dommage que ça se termine « si vite », car l’auteur a planté beaucoup de graines qui demanderaient à germer. J’aimerais qu’une suite existe, ça serait cool car je suis demandeur d’un titre comme ça en ce moment. Tom Grummett a un style efficace, que je trouve plus joli ici que d’autres fois. C’est très dynamique aussi, ça sert très bien le récit, et son côté « classique » correspond complètement au ton général.
C’était cool. Pas original, très influencé par les grandes œuvres passées, mais… ouais, c’était cool et fun. J’aimerais une suite, je me suis attaché aux personnages, et l’ensemble est finalement solide dans cette petite niche de pseudo X-Files.