SILENCE (Didier Comès)

Discutez de Silence

La critique de Silence T.1 (Intégrale - Casterman) par ginevra est disponible sur le site!

Lire la critique sur BD Sanctuary

Mon préféré de Comès, peut-être.

Jim

Limite, j’avais cette BD dans les mains avant même de savoir lire ! Un grand classique de la famille (et donc dans plusieurs maisons de la famille)

9782203166752

Scénario : Didier Comès
Silence
Nouvelle édition 2018

25,00 €

A PARAÎTRE le 06/06/2018

Une référence majeure de la bande dessinée contemporaine.
« Je mapel Silence é je sui genti». Ainsi les lecteurs d’(À Suivre), début 1979, découvrent-ils, bouleversés, l’ouvrier agricole désarmant et mutique auquel a donné naissance Didier Comès. C’est un choc. Une fois consommée cette somptueuse histoire, personne n’oubliera de sitôt cet extraordinaire personnage de simplet lumineux, exploité avec hargne par un paysan prospère du village où il vit.

C’est la couv’ de la nouvelle édition ?

Oui. À part pour l’édition en 2 volumes de 2001, c’est toujours la même couverture qui est utilisée.

C ‘est pour ça que je posais la question.
La couv’ est devenue cartonnée, ou elle est restée souple ?

Ce n’est pas précisé sur le site de Casterman.
(et perso, la dernière fois que j’ai eu une édition de ce bouquin entre les mains remonte à très longtemps)…

C’était surtout par curiosité, que je posais la question (et pour voir un peu quelle était la logique d’éditeur)

Simple d’esprit, Silence travaille comme garçon à tout faire dans la ferme d’Abel, un rustaud teigneux qui ne ménage pas le jeune homme. Nous sommes dans la campagne ardennaise, peuplée de superstitions diverses et cruelles, de vieilles rancunes et de haines tenaces. Silence, qui ne connaît pas la malice, ne comprend pas qu’on l’exploite et qu’on se moque de lui. Jusqu’à ce qu’il rencontre la Sorcière, une vieille aveugle réputée pour avoir des dons et qu’une bonne partie des fermiers du coin déteste. Cette femme étrange va apprendre bien des choses au jeune attardé, qu’il s’agisse de la sensualité ou des lourds secrets de son propre passé.

Couv_22873

Comme le souligne Soyouz, Silence fait partie des classiques des années 1980, comptant parmi les incontournables, au même rang que les albums d’un Hugo Pratt ou d’un Enki Bilal. Il fait partie des bandes dessinées dont toutes les bibliothèques de collège ou de lycée ont un exemplaire, et de celles que les professeurs de français acceptent que leurs élèves en fassent des notes de lecture ou des exposés (c’était plus facile de présenter un Pratt, un Bilal ou un Comès qu’un Strange ou un Spectral, c’est moi qui vous le dis).

PlancheA_22873

Il faut dire que le récit a été publié dans (À suivre…), un magazine qui a régné sur la bande dessinée de 1978 à 1997, proposant des récits ambitieux émancipés de la structure feuilletonnante alors de mise. À l’initiative de son premier rédacteur en chef, Jean-Paul Mougin, le périodique se donne pour défi d’injecter un souffle littéraire dans la bande dessinée (ce qui présuppose qu’il n’y en avait pas avant, mais n’allons pas chipoter). La communication fonctionne, puisque le magazine (et la collection qui en découle) se drape dans le concept de « romans ». Et effectivement, les albums qui en naissent, de pagination variable, sont pour le coup de véritables « romans graphiques », offrant une unité de ton et de style, privilégiant le contenu sur la rigidité d’un format prédéfini. Et les œuvres de Comès comptent parmi les plus notables, bénéficiant de cette aura de légitimité littéraire. Comme quoi, ça tient à peu de choses.

Il n’en reste pas moins que Silence, dans sa modernisation de la littérature rurale (il y a un petit côté « George Sand sous amphétamines » dans le récit), dans sa cruauté qui avance masquée, dans sa description de destins condamnés d’avance, reste un récit de premier ordre, qui marque la maturité d’un auteur.

Jim

ça, j’ai. Check.

Héhéhéhé

Jim

Casterman annonce une intégrale, en deux volumes, des « romans en noir & blanc » de Comès. À paraître au 20 mai prochain.
Couvertures à venir.

Comès, les romans noir et blanc - 1976-1984

shopping

Tous les romans graphiques en noir et blanc de Didier Comès, auteur culte d’ (À Suivre) , enfin réédités !

Cette compilation reprend les premiers romans graphiques en noir et blanc de Comès, dont l’emblématique Silence , portrait d’un simple d’esprit évoluant dans un village ardennais où la sorcellerie et les songes deviennent une réalité tangible. Suivent L’Ombre du Corbeau , une fable fantastique sur la vanité de la guerre, La Belette , autre grand récit ésotérique et rural, Eva , une troublante histoire mêlant sensualité, possession et folie, ainsi que de courts récits inédits en album et parus dans la revue (À suivre) . Avec ces récits, Comès démontre sa capacité à toucher au plus profond de l’âme et à construire des ponts entre le monde du visible et de l’invisible.

39,00 €
À PARAÎTRE le 20/05/2020

Comès, les romans noir et blanc - 1987-2006

Comes-les-romans-noir-et-blanc-1987-2006

Cette compilation reprend les derniers romans graphiques en noir et blanc réalisés par Comès : L’Arbre-Coeur, une confrontation entre deux êtres en proie à la folie, Iris, une aventure étrange entre passé et présent, humains et animaux, La Maison où rêvent les arbres, un récit poétique sombre et lumineux à la fois, Les Larmes du tigre, une histoire initiatique indienne, Dix de der dans lequel l’auteur revient sur la vanité de la guerre, ainsi que de courts récits inédits en album et parus dans la revue (À suivre). Avec ces récits, Comès démontre sa capacité à toucher au plus profond de l’âme et à construire des ponts entre le monde du visible et de l’invisible.

39,00 €
À PARAÎTRE le 20/05/2020

Les deux tomes sont repoussés au 9 septembre prochain.

Jim