SOYEZ SYMPAS, REMBOBINEZ (Michel Gondry)

Le pitch :

Mike bosse dans un vidéoclub promis à la destruction qui ne loue que des VHS. Un jour son meilleur pote, Jerry, démagnétise toutes les bandes après avoir été électrocuté. Pour éviter de se faire virer par son patron, Mike décide de tourner leur version les films que les clients veulent louer.

Mon avis :

Putain quel film ! Alors qu’à l’heure actuelle la France s’emballe pour les comédies franchouillardes et lourdingues telles que le Bronzés 3, Astérix et Bienvenue chez les ch’tis qui rappellent les pires années du cinéma populaire (voire populiste) français (Les De Funes, Jean Lefevre et consorts que je pensais définitivement morts et enterrés et qui, hélas, ressortent sous les traits des Dany Boon, Jugnot, Clavier et consorts), il est plus que vivifiant de voir des comédies inventives, fraîches, naïves et poétiques.
Alors que jusque là j’appréciais l’œuvre de Gondry sans être totalement dedans (La science des rêves faisait un chouia trop prétentieux), là j’étais à fond dedans pendant 1 heure 30 avec un plaisir total.

Ce film est une ode à la bricole, à l’inventivité cinématographique au service des spectateurs. Il faut voir la débrouille, le génie créatif dont font preuve à l’écran ses personnages pour faire revivre les films populaires que veulent leur client. Leur remake des Ghostbusters, Robocop, sont des petits miracles hallucinants de bricolages farfelus, de bordel et de délires. Du pur bonheur qui montre que les plaisirs simples, naïfs sont les meilleurs.
Ajoutez à cela les interprétations jubilatoires des divers protagonistes (Jack Black nous montre ici qu’il est simplement un comédien énorme, peut être le plus drôle à l’heure actuelle) qui en plus de se faire plaisir à l’écran nous apportent un plaisir énorme.

Mais Soyez sympas, Rembobinez est plus qu’une comédie hommage au cinéma débrouillard et à la fantaisie lunaire faite de bric et de broc qui dépeint une réalité alternative, c’est comme dans tout film de Gondry, une réflexion sur l’appartenance de l’individu à une communauté, à un quartier. Il dépeint ici la vie quotidienne, et ses difficultés, des gens ordinaires, avec la vision certes utopique que chacun à, au fond de lui, le sentiments d’appartenir à une petite communauté, si ténu que soit ce lien.
Cette vision belle et naïve d’une vie propre au quartier et aux gens qui le composent est montrée à l’écran avec la participation des habitants aux délires créatifs de Mike et Jerry (ces films deviennent le point de rassemblement d’une population à la diversité culturelle et ethnique) et un final qui rappelle les block party si chères au cœur de Gondry : tout le quartier se réunit dans la rue pour assister au dernier film de Mike et Jerry.

Un film frais, délirant, poétique qui ne passera pas le dimanche soir sur TF1 et qui n’aura pas de pubs lors de sa sortie DVD. Alors plutôt que d’aller voir Astérix chez les ch’tis, gardez vos 8 euros pour Soyez sympas, rembobinez.

vendu, c’est un tres bon moment.

Le personnage de jerry soit un tantinet énervant, ce qui prouve que l’acteur est tres bon dans ce genre de role.

énorme déception (en même temps je demande pourquoi je persiste a aller voir les films de notre “presque sous hype williams national”)

Gonry sait filmer, est un petit génie du visuel, se faire mousser et vendre ses produits mieux que le meilleur des publicistes, la satisfaction s’arrête là.

Sous couvert d’une histoire sans une once de scénar on retrouve Jack Black en roue libre faisant son numéro habituelle de blagues pourries: le premier remake tire un sourire la suite de plus en plus convenue et faiblard a du mal a faire montrer les dents autrement que pour grogner de dédain…

Gonry se complait dans une facilité réductrice du cinéma amateur en le focalisant sur des remakes de films (plus ou moins) cultes, de mauvais pastiches bout à bout pour un film à sketch à la gloire de Jack Black: le problème est donc là, un réel manque de propos; les scènes s’enchainent et se ressemblent pour enfin finir sur un final bien meilleur que tous le reste du film.

Une mention “spéciale” à la bande annonce, bien meilleur que le film en lui même, contenant les meilleurs gags et les meilleurs scènes de remakes.

Je suis de ton avis en ce qui concerne la bande annonce, car finalement toutes les scènes drôles et intéressantes ne se situent qu’au début. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, mais ce n’est pas non plus un film excellent mais plutôt moyen. J’ai été déçu car finalement danny glover n’est pas mis en valeur et le scénar prometteur, fini par lassé pendant l’heure 30 du film. Heureusement que j’ai la carte ugc, car ça m’aurait fait mal de dépenser plus de 8€ pour ce film.

Synopsis : Un homme dont le cerveau devient magnétique efface involontairement toutes les cassettes du vidéoclub dans lequel l’un de ses amis travaille. Afin de satisfaire la demande de la plus fidèle cliente du vidéoclub, une femme démente, les deux hommes décident de réaliser les remakes des films effacés parmi lesquels “SOS Fantômes”, “Le Roi Lion” et “Robocop”.

Un film génial, on en pleurai presque, les acteurs sont drôles et attachants (jack black et mos def)
Le meilleur moment du film c’est quand ils commencent à faire des remakes de films ( très réussie mieux qu’un dvd)
:open_mouth: :smiley: :smiley: :smiley: :smiley:

Je vous invite à voir la bande-annonce en vf ou de voir le film en intégralité
allocine.fr/video/player_gen … 10281.html

Vive le cinema
Vive la culture