SPACE JAM (Joe Pytka)

REALISATEUR

Joe Pytka

SCENARISTES

Leo Benvenuti, Steve Rudnick, Timothy Harris et Hershell Weingrod

DISTRIBUTION

Michael Jordan, Wayne Knight, Theresa Randle, Patrick Ewing, Charles Barkley, Bill Murray…

INFOS

Long métrage américain
Genre : comédie/animation
Année de production : 1996

I believe I can fly
I believe I can touch the sky
I think about it every night and day
Spread my wings and fly away

Il y a beaucoup de placements de produits dans Space Jam…et le projet est d’ailleurs né du succès de deux publicités Nike du début des années 90 dans lesquelles Michael Jordan faisait équipe avec Bugs Bunny. La Warner a alors mis en chantier un film avec les deux vedettes de l’animation et du sport, une production qui a un temps été mise en stand-by pendant la période où Michael Jordan a quitté le monde du basket-ball. Joe Pytka, le réalisateur de la première publicité de 1992, a été engagé pour réaliser Space Jam et selon plusieurs sources, le producteur Ivan Reitman (S.O.S. Fantômes) a aussi signé plusieurs scènes avec les acteurs en chair et en os sans être crédité.

MV5BNTIyYjc5NzItOThmYS00ZmMzLWI4MWYtMWE0OTA3MmI2MWE2XkEyXkFqcGdeQXVyNzU1NzE3NTg@.V1_CR0,45,480,270_AL_UX477_CR0,0,477,268_AL

Les Looney Tunes sont un jour attaqués par des extraterrestres de petite taille qui veulent faire d’eux des esclaves dans leur parc d’attractions galactique. Comme les aliens sont vraiment tout petits, ce bon vieux Bugs Bunny décide de les défier dans un match de basket-ball. Problème : les envahisseurs utilisent leur technologie pour voler le talent des champions de la NBA, devenant dans le processus des créatures géantes. Pour les Toons, un seul homme peut les sauver…Michael Jordan ! Une hérésie pour la légende de l’animation Chuck Jones…pour lui, Bugs n’aurait pas eu besoin d’aide et il serait venu à bout des extraterrestres le temps d’un cartoon de 7 minutes…

Ce qui n’est pas faux d’ailleurs…mais même s’il a ses défauts, ce Space Jam reste très sympathique, un bon petit divertissement familial qui est à son meilleur quand les toons sont à l’écran, avec de chouettes et énergiques idées de gags. Les scènes qui se passent dans le monde des humains font souvent office de remplissage, histoire d’allonger la durée du métrage qui dépasse pourtant à peine les 80 minutes sans compter les génériques début (qu’il est long celui-là) et fin.

space_jam_1995_9

Face aux héros cartoonesques, Michael Jordan fait ce qu’il peut mais il est aussi mauvais acteur que ses potes basketteurs. Les sportifs se font facilement voler la vedette, par les Looney Tunes et aussi par Wayne Knight (Jurassic Park) en assistant envahissant et Bill Murray qui joue son propre rôle. Il était initialement prévu qu’il ne participe qu’à une seule scène (le golf) mais Bill Murray apparait aussi par surprise dans les dernières minutes du grand match…parce qu’il est « pote avec le producteur » (héhéhé…).

Si les critiques furent partagées, Space Jam fut l’un des succès de l’hiver 1996. Il y a vite eu des discussions sur une suite, abandonnée quand Michael Jordan a refusé d’y participer. Le projet a été relancé dans les années 2010 avec Lebron James dans le rôle principal et après plusieurs années de développement, Space Jam 2 sortira finalement cet été.

1 J'aime

SUPER ACTEUR,PUTAIN!!!

Sinon,je ne trouvais pas Jordan mauvais.
Faudrait que je vois la VO.

Newman!

Hello Newman

Ils y en a quelques-uns, des basketteurs, à avoir fait une incursion dans le monde du cinéma (on peut par exemple citer Kareem Abdul Jabbar, Shaquille O’Neal, Dennis Rodman, Rick Fox, Wilt Chamberlain), mais peu ont transformé l’essai (bon, ce n’est pas le bon sport pour cette expression, je sais).

Tori.

C’est clair…Shaquille O’Neal dans Steel et Wilt Chamberlain dans Conan le destructeur, c’était aussi très, très mauvais…